Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [10/18] Hôtel de Lausanne de Thierry Dancourt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Livresse


avatar


Messages : 4777

Vos papiers SVP
Crédits: Evange
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: [10/18] Hôtel de Lausanne de Thierry Dancourt   Jeu 16 Sep - 20:51

C'est par ici les critiques Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [10/18] Hôtel de Lausanne de Thierry Dancourt   Dim 19 Sep - 22:22

Hasard des lectures, me voilà de nouveau à aborder un roman où les personnages principaux font pour la première fois connaissance dans un cimetière (j'ai lu auparavant "Le mec de la tombe d'à coté" de Katarina Mazetti )!
Lieu, à priori incongru pour lier une relation sentimentale, celui de Passy, (16ème arrondissement de Paris) sert néanmoins de cadre à la rencontre de Daniel Debaecker et Christine Stretter.
Un jour venteux de septembre, il aide la jeune femme à allumer sa cigarette blonde, action qui l'emmène des années plus tard à la retrouver de façon régulière dans des hôtels parisiens où dans des établissements régionaux du même type.
Au hasard de ses voyages en tant que brocanteur/antiquaire, Daniel a découvert la véritable chambre qui hante la jeune femme: celle de l'Hôtel Lausanne à Casablanca (Maroc).

Prix du premier roman en 2008, éditée au format poche par les éditions 10/18, cette œuvre de Thierry Dancourt nous immerge dans une ambiance bercée par la chanson de Christophe: "Les Paradis perdus".
Une chanson, remise au goût du jour récemment à travers le film de "Quand J'étais chanteur" (2006) le film de Xavier Giannoli, avec Gérard Depardieu et Cécile de France, et que le chanteur Raphaël (fan de Daniel Bevilacqua, le vrai nom de Christophe) a intégré à son répertoire de scène (tout comme "Je l'ai pas touché"), qui illustre parfaitement l'atmosphère désuète et désabusée de ce récit que l'on peut rapprocher également du courant de la Nouvelle Vague (Le cinéma de Truffaut, de Godard issu des années 50).

Tout du long de ce court roman, Christine Stratter se révèle une sorte d'icône noire et blanche (La couverture de Guillaume Petit fait son effet!) autour de laquelle gravite le narrateur (Daniel), son père, collectionneur de mappemondes et Antoine, son mari, cinéaste dont le premier film pourrait être une sorte de biopic sur son épouse.
Les différents protagonistes ne se parlent pas vraiment, c'est particulièrement vrai entre la gente masculine et la "fragile"Christine. La femme étouffe dans l'atmosphère pesante de l'appartement qu'elle partage avec les deux derniers. Le père veuf et fortement attaché à sa fille ne supporte pas les habitudes mondaines de son gendre.

L'écrivain adopte le ton adéquate, choisissant d'illustrer le non dit et la pudeur caractérisant les rapports humains de l'époque.
Daniel et Christine sont manifestement amants mais cet aspect de leur relation est occulté.
Il émaille son récit de scènes drôles, imprégnées d'une certaine tristesse.
La propension de l'héroïne à collectionner les "Livres sur les villes"; le story-board loufoque du film d'Antoine en sont quelques exemples.

Tout est suggéré plutôt que véritablement explicité, un procédé qui n'est pas sans rappeler là aussi l'interprétation subjective d'une photographie et qui termine de rattacher le texte à un travail artistique, teinté d'intellectualisme.

Un exercice qui n'est pas forcément à la portée de tous et qui amène à penser que si en ce qui me concerne j'ai apprécié ce roman, ce ne sera pas le cas d'autres à qui les références échappent ne pourront y voir qu'une histoire manquant cruellement de chaleur et d'actions! Difficile en revanche de trouver à redire quand à l'écriture!

En ce qui me concerne j'ai apprécié ce nostalgique voyage et je ne doute pas que je me laisserai tenter par le second roman de Thierry Dancourt, "Jardin d'hiver",qui vient de sortir aux éditions de la Table ronde et dont le synopsis paraît très proche de celui de "Hôtel de Lausanne" que je vous conseille de prendre le temps de découvrir.

Merci aux Editions 10/18 et au forum pour ce partenariat.


Dernière édition par Michiko le Ven 22 Juin - 16:04, édité 3 fois (Raison : [CPM])
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [10/18] Hôtel de Lausanne de Thierry Dancourt   Dim 19 Sep - 22:28

Comme je n'ai pas de blog je l'ai mis en doublon sur mon compte "Myboox".
Revenir en haut Aller en bas
Livresse


avatar


Messages : 4777

Vos papiers SVP
Crédits: Evange
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: [10/18] Hôtel de Lausanne de Thierry Dancourt   Mar 21 Sep - 8:00

Superbe critique, comme toujours!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myriam


avatar


Messages : 241
Age : 27
Emploi/loisirs : Etudiante/musique/lecture


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: [10/18] Hôtel de Lausanne de Thierry Dancourt   Ven 24 Sep - 12:47

Hôtel de Lausanne

Ce Livre présente la rencontre de Christine Stretter et de Daniel Debaecker dans un cimetière, alors que Christine n’arrivait pas à allumer sa cigarette, elle demande donc à Daniel de l’aider.
Voila comment débute une longue histoire. D’un coté Christine avec ses manies sombres et distinguées et de l’autre Daniel une personne ordinaire, brocanteur de profession qui va la suivre et la retrouver dans plusieurs hôtels de régions et pays différents. Il comprendra que quelque chose tracasse Christine et finira par trouver la raison de sa hantise qui se trouve entre ombre et lumière dans une galerie de portraits bien sur dans l’Hôtel de Lausanne.

Christine a ses habitudes, jugée distinguée (habillée comme si elle allait à un enterrement) par son père et qui ne cessera de vouloir l’intégrer aux jeunes de son âge, elle a pour habitude de visiter le cimetière, elle va même jusqu'à connaitre tous les défunts y résidant.
Il n’y a pas vraiment de discussions entre elle et Daniel, on la sent très fragile et très pudique.

Au début, je n’arrivais pas à saisir correctement la personnalité de Christine mais au fur et à mesure de l'histoire on arrive un peu plus à la comprendre. La description des lieux était très détaillée et il était facile de se projeter dans leur univers.

J’avoue m'être un peu ennuyée lors de la lecture de ce livre, j’aurai aimé retrouver plus d’actions, du suspense ou une histoire d’amour plus développée et qui donne envie d’en savoir plus.
Je regrette aussi que les sentiments ne soit pas plus développés.
Mais il y a néanmoins un bon point qui est l’écriture comme je l’ai dit plus haut. La façon d’écrire de Thierry Dancourt est très simple de compréhension et convient à tous les niveaux. Il tient une grande importance sur la description des lieux, des personnages et des chambres et cela aide énormément le lecteur.

Je conseil ce livre aux personnes en manque de nostalgie et à ceux qui aiment les histoires simples, sans trop d’actions juste pour le plaisir de lire.

Je remercie A&M et les Editions 10/18 pour ce partenariat.


Dernière édition par Michiko le Ven 22 Juin - 16:08, édité 1 fois (Raison : [CPM])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

avatar



MessageSujet: Re: [10/18] Hôtel de Lausanne de Thierry Dancourt   Sam 25 Sep - 23:31

Hotel de Lausanne, un roman que nous propose Thierry Dancourt est certes court mais pour le moins singulier, ceci lui ayant permis de se trouver en tête de classement et d’obtenir le prix du premier roman 2008.

Dans cette œuvre, nous voici partis avec Daniel sur les traces de Christine Stratter, une jeune femme mystérieuse qu’il a rencontrée autour d’une cigarette dans un cimetière.
Les lignes se succèdent et nous donnent l’occasion de pénétrer au plus profond de l’histoire, nous délectant de cette atmosphère sombre y régnant, ponctuée par une écriture fine et pertinente nous permettant d’imaginer de façon précise les lieux et les intervenants.

Tout au long du roman, nous n’avons de cesse de vouloir parvenir à cerner le personnage de Christine, tâche pour le moins ardue mais accessible si tant est que l’on prenne le temps de lire et de se pencher sur l’œuvre comme il se doit. D’ailleurs, nul doute que vous vous trouverez vous aussi subjugués par ce personnage, ceci vous amenant à toujours vouloir en savoir plus.

Si l’on peut regretter un petit manque d’actions par moment, ainsi que certains aspects de l’histoire qui auraient pu être plus développés (tels que les sentiments liant entre eux les personnages), on se régale pourtant de ce livre, ceci notamment par l’ambiance y régnant, les personnages à la fois se cherchant et se fuyant, les non dits, la pudeur exposée et la justesse d’une écriture de main de maître.

En bref, un livre à lire par tous les adeptes d’écrits nostalgiques, sombres et sans actions débordantes, des plus expérimentés aux novices, celui-ci vous promettant de passer d’excellents moments et un bon souvenir une fois la dernière page achevée. Cependant, il me paraît bon de souligner que ce livre ne peut être apprécié à sa juste valeur que si l’on prend réellement le temps de se pencher dessus, et de l’appréhender dans son entier.

Merci A&M et les éditions 10/18 pour ce partenariat.
Revenir en haut Aller en bas
 

[10/18] Hôtel de Lausanne de Thierry Dancourt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: MAISONS D'EDITION :: Partenariats passés :: Partenariats ponctuels-