Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Argemmios] " Et cette porte, là-bas, qui se fermait..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
malaury28


avatar


Messages : 265
Age : 22
Emploi/loisirs : Etudiante


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: [Argemmios] " Et cette porte, là-bas, qui se fermait..."   Mer 2 Mar - 3:37

Voici ma critique pour : Et cette porte, là-bas, qui se fermait...

Tout d'abord, je tiens à remercier le forum Accros-et-Mordus et à la maison d'édition Argemmios de m'avoir permis de lire ce livre.

Je ne m'attendais vraiment pas à cela. Ce livre est constitué de chapitres et, dans chacun d'eux, on retrouve une partie du mythe d'Orphée et d'Eurydice. Dans cette première partie du chapitre, l'auteur pose des questions sur les actions de ces deux personnages. Ensuite, nous retrouvons une femme, Eurydice, qui fume et un homme : Orphée, qui boit. Ils sont en couple et, tout au long de l'histoire, nous allons les suivre pendant une journée et savoir comment ils pensent.
Les sentiments sont bien décrits. On voit bien qu'Orphée est jaloux et un peu paranoïaque et, des fois, j'ai douté qu'Eurydice aime vraiment Orphée. Il y a aussi quelques rare passages drôles, mais l'atmosphère est plutôt sombre, emplie de doutes et de jalousies. Eurydice pense partir. Orphée pense qu'elle le trompe avec un de leurs voisin car elle a oublié de fermer la porte de leur appartement et une fois arrivé dans le couloir, il voit la porte d'un autre appartement se fermer, croyant que c'est Eurydice qui y entre pour voir un autre homme que lui et tout finit sur un énorme malentendu.

Il y a quelque chose qui m'a gênée, c'est que l'auteur change de focalisation sans crier gare. Des fois, on connaît les pensées d'Orphée, et l'histoire est racontée à la première personne, puis on passe à Eurydice, qui nous dit ce qu'elle ressent. Après, on passe à une focalisation zéro et, quelquefois, le narrateur raconte l'histoire en s'adressant directement à l'un des personnages en employant "tu", même si les personnages ne peuvent pas l'entendre. Enfin ce point là est un peu bizarre quand même.

Sinon, on retrouve bien le mythe grec dans la vie des deux personnages, avec les même noms, comme Hadès et Monsieur Hadès, ainsi que la fin inévitable. Ce livre est le mythe d'Orphée et d'Eurydice retranscrit en version actuelle.

En conclusion, c'est une lecture agréable et qui m'a permis de découvrir ce mythe car je ne le connaissais pas. Je ne suis vraiment pas déçue et j'ai été très étonnée.

Cette critique est publiée sur mon blog littéraire.


Dernière édition par Aurélie le Ven 13 Sep - 10:53, édité 2 fois (Raison : Corrigé par Lolly)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Argemmios] " Et cette porte, là-bas, qui se fermait..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: MAISONS D'EDITION :: Partenariats passés :: Partenariats ponctuels-