Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La guerre de Troie n'aura pas lieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellie


avatar


Messages : 138
Age : 23
Localisation : Bretagne
Emploi/loisirs : Etudiante en Lettres Modernes / Rire, sortir, lire, courir...


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: La guerre de Troie n'aura pas lieu   Sam 9 Avr - 14:07

La guerre de Troie n'aura pas lieu
Jean Giraudoux



informations
TITRE D'ORIGINE : -
DATE DE PARUTION : 1980
PREMIÈRE REPRÉSENTATION : 22 novembre 1935
NOMBRE DE PAGES : 183
ÉDITION DE TON LIVRE : Le Livre de Poche
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Hélène, enlevée par Pâris, est réclamée par les Grecs. Mais la plupart des Troyens, fascinés par sa beauté, refusent de la rendre. D'âpres négociations s'ensuivent. Les partisans de la paix l'emporteront-ils ?
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : -
LA PIÈCE EN UN MOT : Mythologie
UN CITATION : ANDROMAQUE : [...] Aimes-tu la guerre ?
HECTOR : Pourquoi cette question ?
ANDROMAQUE : Avoue que certains jours tu l'aimes.
HECTOR : Si l'on aime ce qui vous délivre de l'espoir, du bonheur, des êtres les plus chers...
ANDROMAQUE : Tu ne crois pas si bien dire... On l'aime.
HECTOR : Si l'on se laisse séduire par cette petite délégation que les dieux vous donnent à l'instant du combat.
ANDROMAQUE : Ah ? Tu te sens un dieu, à l'instant du combat ?
HECTOR : Très souvent moins qu'un homme... Mais parfois [...]

____

PÂRIS : [...] Même au milieu de mes bras, Hélène est loin de moi.
HECTOR : Très intéressant ! Mais tu crois que cela vaut une guerre, de permettre à Pâris de faire l'amour à distance ?
UNE NOTE SUR 10 : 9.5/10
TON AVIS : Un véritable coup de cœur. Une immersion dans la mythologie grecque. Des personnages attachants (surtout les personnages féminins selon moi), des répliques intéressantes, intelligentes, et même drôles ! J'ai été tour à tour absorbée, émue, et en train de rire. J'ai apprécié cette vision différente des personnages mythologiques, avec le ton de l'auteur que j'ai trouvé très agréable, l'écriture est fluide mais travaillée, je compte lire d'autres pièces de cet auteur et recommande vraiment celle-ci.
À QUI LA CONSEILLES-TU ? À ceux qui aiment le théâtre, ou les personnages mythologiques, les pièces intelligentes mais avec un ton léger.





Dernière édition par Chouquette le Jeu 25 Avr - 12:35, édité 2 fois (Raison : Correction)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'erreur sociale


avatar


Messages : 1655
Age : 22
Emploi/loisirs : Fantôme ubiquitaire


Vos papiers SVP
Crédits: Clara Lieu
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La guerre de Troie n'aura pas lieu   Mar 23 Fév - 22:20

UNE CITATION :
HECTOR : On ne se penche pas. D'autres vous attendent. D'autres avec leur écume et leurs regards de haine. D'autres pleins de famille, d'olives, de paix.
ANDROMAQUE : Alors on les tue ?
HECTOR : On les tue. C'est la guerre.
ANDROMAQUE : Tous, on les tue ?
HECTOR : Cette fois nous les avons tués tous. À dessein. Parce que leur peuple était vraiment la race de la guerre, parce que c'est par lui que la guerre subsistait et se propageait en Asie.
UNE NOTE SUR 10 : 8.
TON AVIS : Pour ceux qui auraient oublié la mythologie grecque (et c'était mon cas), voici un bref résumé de ce qui amène à la guerre de Troie.
Le Troyen Pâris est désigné par la déesse Eris pour dire qui d'Aphrodite, d'Héra ou d'Athéna est la plus belle déesse. Sans trop de surprise, il décide qu'Aphrodite, elle est à tomber, et celle-ci, en récompense, lui offre la plus belle femme (dans le genre machiste, n'empêche, on peut difficilement trouver pire).
Seulement, pas de pot, la plus belle femme est déjà maquée : il s'agit d'Hélène, femme du roi grec Ménélas qui voit dans l'enlèvement de sa douce un affront et exige son retour au plus vite.
Seulement Pâris n'en démord pas.
Et c'est la guerre.

La guerre de Troie n'aura pas lieu raconte cet avant de la guerre, ce moment où, Troyens comme Grecs, sont emplis d'un désir de paix, de bonheur, d'insouciance peut-être et où le destin rigole bien dans son coin. Elle est une pièce pacifiste, à replacer dans son contexte d'avant-Seconde Guerre mondiale, et donc profondément bienveillante.


J'ai, il y a peu de temps, eu des envies de Grèce antique. De mythologie, de Dieux, d'histoires épiques, de monstres. Bercé par l'imagerie de l'extension Theros du jeu Magic the Gathering (dont je placerai çà et là des illustrations parce que je fais encore ce que je veux), par les vidéos de C'est une autre histoire, par les chœurs de Bertrand Cantat pour les Femmes de Wajdi Mouawad, me rappelant la Machine infernale de Jean Cocteau, ça m'a fait comme un choc (et je n'avais pas ressenti ça depuis un moment), alors j'ai acheté grec. L'Iliade et l'Odyssée d'Homère, Onysos le furieux de Laurent Gaudé... et La guerre de Troie n'aura pas lieu.


C'est donc avec ce gros biais de départ que je suis parti à l'assaut (ou du moins pas encore) de Troie. Une lecture dans l'ensemble sans surprise puisque je savais ce que j'allais y trouver mais pas dans un sens négatif, elle reste avant tout agréable et fraîche.

Je pense qu'elle peut être lue sous beaucoup d'angles différents. Dans la volonté pacifique du message, dans la critique également des guerres passées, complètement au détriment de l'humour qu'on ne retrouve d'ailleurs pas (à l'inverse de la Machine infernale), et surtout dans la conception même du destin : inéluctable, implacable. Le choix est donné qui n'en est en fait pas un. Personne ne veut la guerre et pourtant elle arrivera, sans que personne ne s'y attende (ou du moins très peu de gens).


Je ne me vois pas vous faire le détail de tous les niveaux de lecture qu'on peut déceler. C'est une pièce qui est agréable mais qui, si ne vous attachez pas à son message profond, ne manquera pas à votre culture. C'est dans l'effort de recontextualisation qu'elle prend tous son sens, et encore davantage quand on essaie de comprendre la vie de son auteur. J'ai toujours été d'avis que l'art se doit d'être accessible à qui n'a pas la culture pour le comprendre, du moins pour l'analyser, et qu'il doit malgré tout faire ressentir. S'il est vrai que cette pièce touche, je ne pense pas qu'elle puisse faire autant mouche si l'on ne la replace pas dans les circonstances historiques adéquates. Elle est d'ailleurs pleine d'anachronismes, tout autant de références directes à l'actualité de l'époque : les sommets, les conventions où se retrouvaient les chefs d'État, certaines personnalités politiques, certaines habitudes mondaines, etc. On ne peut dissocier le texte d'une volonté de réactualisation des mythes qui, apparemment, ne sont pas si éloignés des sujets brûlants des années 1930.

Mais bref, voici une anecdote qui m'a surpris, extraite de la préface :
« Et pourtant, au départ, le titre semblait mauvais : trop long, selon les conventions théâtrales pour être prononcé en entier, il était devenu, — tout comme On ne badine pas avec l'amour de Musset abrégé en Badine — pour les familiers de la troupe, « La guerre de Troie », et pour les acteurs principaux, « Troie » tout court. Sa connotation négative, surtout si l'on songe aux superstitions qui accompagnent habituellement les créations dans le monde du spectacle, ne risquait-elle pas de décourager les futurs spectateurs ? En tous cas, c'est pour une raison de ce genre — pour ne pas faire fuir le public — que Louis Jouvet avait déjà, en 1929, fait transformer un Au secours ! de Marcel Achard en Jean de la Lune. La formulation elle-même prêtait au quiproquo : « Donnez-moi deux billets pour le 13 décembre », aurait dit une cliente au bureau d'accueil de l'Athénée, « pour La Guerre de Troie ». — « La guerre de Troie n'aura pas lieu », complète l'employée. Mais la dame : « Eh bien tant pis, réservez-moi deux places pour le spectacle de remplacement. En Allemagne, ce fut pire. Kein Krieg in Troja [note : « Pas de guerre dans Troie. »], premier titre de la traduction, était devenu plus littéralement Der trojanische Krieg findet nicht statt [note : « La guerre de Troie n'a pas lieu. »]. Imprimée sur deux lignes de taille inégale, l'affiche, à l'entrée d'un théâtre du Bade-Wurtemberg, avait vidé la salle de ses spectateurs, persuadés — telle est la subtilité de la langue allemande » que la représentation était annulée [note : En allemand, le verbe stattfinden — ici au présent et non au futur — s'emploie précisément pour les représentations, défilés, manifestations qui « ont lieu » ou non.].
À QUI LA CONSEILLES-TU ? Elle peut être lue à tout âge mais, encore une fois, ce n'est qu'après avoir situé dans sa frise mentale les tension antérieure à la WW2 que l'on peut saisir la complexité du texte.



_________________________________________________

One was a wayfaring knight on an endless, forbidden search.
Only the Abyss granted closure, if not reunion, with his beloved.
Fear not the Dark, my friend.
And let the feast begin.


Dernière édition par Jacana le Jeu 7 Avr - 16:14, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacana


avatar


Messages : 4586
Age : 27
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La guerre de Troie n'aura pas lieu   Dim 10 Juil - 14:28

L'erreur sociale nous a déjà fait un petit résumé de l'épisode qui précède la guerre de Troie, alors je ne vais pas tout répéter, surtout que je me suis basée sur son résumé pour me remettre dans le bain.

Une fois mes idées sur la mythologie grecque un peu plus au clair, j'ai pu me lancer dans La guerre de Troie n'aura pas lieu sans être trop perdue. La pièce présente les éléments qui se sont passés entre l'enlèvement d'Hélène par Pâris et le début de la guerre de Troie. À ce moment-là, les Troyens pensent qu'ils peuvent encore éviter cette guerre, s'ils rendent la femme aux Grecs. La guerre est-elle évitable ?

Alors, commençons par une réflexion qui risque d'en motiver certains à entreprendre cette lecture : elle est nettement moins difficile d'accès que Phèdre, par exemple, qui m'avait posée quelques problèmes à l'époque. Le ton est aussi bien différent, ce n'est pas une tragédie et le sujet a été quelque peu actualisé. Donc après quelques scènes, je me suis sentie tout à fait à l'aise dans ma lecture et j'ai pris beaucoup de plaisir.

Les thèmes abordés sont très intéressants, j'ai beaucoup aimé la réflexion sur la possibilité d'éviter la guerre ou non. On fait rapidement face à un sentiment de fatalité, mais ce n'est pas pour ça que les Troyens baissent les bras et ils vont tout faire pour raisonner Pâris. Intéressant et sympathique comme tout. La fin est super bien trouvée et ça me donne envie d'en découvrir davantage sur cet épisode de la mythologie grecque.

N'hésitez pas à vous lancer même si vous avez déjà eu une mauvaise expérience avec le théâtre de mythologie grecque. Le ton est bien différent et actualisé, peu difficile d'accès.

_________________________________________________

Profil Livraddict | Mon Blog !


Dernière édition par L'erreur sociale le Dim 10 Juil - 14:37, édité 1 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La guerre de Troie n'aura pas lieu   

Revenir en haut Aller en bas
 

La guerre de Troie n'aura pas lieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Autres formats :: Théâtre-