Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Editions Praelego] "Planète Farini" de Riccardo Carminati Galli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Inlandsis


avatar


Messages : 1404
Age : 35
Localisation : Fin fond du Poitou
Emploi/loisirs : en dilettante...


Vos papiers SVP
Crédits: à moi même...
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: [Editions Praelego] "Planète Farini" de Riccardo Carminati Galli   Ven 22 Avr - 15:32

Avant toute chose, je vous préviens ça va être assez long... Et donc du coup, je reprendrais peut être certains points à tête reposée.


Avant toute chose, je vous préviens ça va être assez long... Et donc du coup, je reprendrai peut-être certains points à tête reposée.

Planète Farini nous fait explorer Farini, une planète luxuriante qui attise toutes les convoitises de 3 races : les Humains, les Arbatos et les Baroclytes, ce qui entraînent son lot de conflits armés et sanglants.
Au cours de la conquête de Farini par les humains, quelque chose d'inattendu se produit : un jeune humain qui ne comprend pas très bien la nécessité de toutes ces guerres et une fière guerrière baroclyte sont forcés de cohabiter et d'apprendre à se connaître. Ils engendrent un être qui sera exceptionnel à plus d'un titre : Dahlia, mi-baroclyte, mi-humaine.
Dahlia participera à toutes les grandes guerres que connaîtra Farini et c'est par la vie de Dahlia qu'on va voir se dérouler l'Histoire de Farini.

Le tome 1, Dahlia, nous conte sa propre conception ainsi que son enfance et les premiers conflits auxquels elle prend part.

Le tome 2, Leviathan reprend l'action là où le tome 1 l'a laissé. Il conte la vie de Dahlia au sein de la société baroclyte et la guerre d'indépendance de Farini vis-à-vis de l'Empire Humain.

La première chose qui saute aux yeux n'est pas une qualité : ma lecture a été particulièrement gênée par les multiples fautes de français (la grammaire c'est important!) dont les 2 tomes foisonnent. Une relecture plus approfondie aurait vraiment été judicieuse. Cela m'a tellement gênée que j'ai failli abandonner la lecture sur certains passages. Cela aurait été bien dommage tant l'histoire m'a plu et tant il y a des bonnes idées dans ce récit.
Puisque j'en suis aux défauts, j'ai au départ été un peu perdue entre les Arbatos et les Baroclytes : leurs particularités spécifiques m'ont un peu embrouillée. Les Baroclytes sont les ennemis ? Les alliés ? Les Arbatos c'était qui ça déjà ? Bref au départ, j'ai trouvé ça un peu brouillon : lorsqu’on n’est pas familier avec ces termes, ils sont peut être introduits un peu vite et on est donc parfois un peu perdu. Finalement au cours de la lecture on finit par s'y faire et par comprendre qui est qui, qui fait la guerre à qui et pourquoi...
On arrive là à l'un des sujets principaux de ce récit : la guerre et son absurdité. La guerre est omniprésente au fil des deux tomes. D'abord la conquête de Farini par les humains contre les Baroclytes, ensuite l'invasion des Arbatos, puis une nouvelle guerre contre les Arbatos et les Baroclytes et la guerre d'indépendance des Fariniens contre l'Empire Humain. Bref ici tout le monde fait la guerre à tout le monde. Personne ne se comprend ou essaie même de dialoguer. C'est assez pessimiste de la part de l'auteur d'ailleurs : aussi civilisés que soient les civilisations, la guerre est toujours la solution choisie par chacune d'entre elles. Les alliances se font et se défont au gré des circonstances : l'ennemi de mon ennemi est mon ami jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que lui et nous, en quelque sorte.
Le récit est présenté sous forme de mémoires et de sortes de rapports militaires aux gouvernements respectifs. Le narrateur change donc constamment ou presque. Cet aspect aurait pu perdre le lecteur, mais ce n'est pas du tout le cas. Ces changements permettent de voir les évènements de points de vue différents et c'est très enrichissant. Certains sont lâches, certains sont réfléchis et d'autres retranscrivent chirurgicalement ce qu'ils voient. De plus, les narrateurs ne sont pas forcément des humains. On découvre ainsi les points de vue des Baroclytes, des Humains de l'Empire et des Fariniens (Humains, Hybrides et Baroclytes). C'est réellement un point très intéressant qui apporte beaucoup au récit. Ces multiples narrateurs permettent également une réflexion intéressante sur la guerre : les monstres ne sont pas toujours ceux qu'on croit (à part peut être les Arbatos) et il est clairement démontré que dans un conflit les deux belligérants sont autant en cause l'un que l'autre dans les atrocités, même si la culpabilité ne pèse que sur celui qui a commencé (les humains en général évidemment).
Le genre humain, justement, est ici présenté dans tout son côté vil et mauvais. La plupart des personnages humains n'ont aucune conscience et provoquent des atrocités sans vraiment s'en rendre compte, voire même par caprice pour l'Empereur. Toutefois, certains humains, comme le père ou la mère adoptive de Dahlia, sont bons et montrent les qualités positives. L'Humain est à la fois monstre et victime.
De même les Baroclytes sont au départ présentés comme les agressés. On ne peut que prendre parti pour eux, pour leur civilisation tellement en avance et qui semble emplie de sagesse. Pourtant les Baroclytes ne font montre d'aucune pitié et sont en guerre perpétuelle contre les Arbatos ou contre les Humains. Ils sont belliqueux, mais moins bestiaux que les autres. Ils se défendent et, parfois, la meilleure défense, c'est l'attaque. Ils ont également un côté fataliste : ils savent leur race vouée à l'extinction et cherchent quand-même à éviter l'inévitable.
Enfin les Arbatos : on sait peut de choses sur eux, mais ils personnalisent l'animalité des personnages. Organisés comme des insectes, ils ont une civilisation basée sur l'amour... On n’est pas à une contradiction près... Mais ce serait chouette d'avoir leur point de vue aussi (oui je demande, on ne sait jamais).
Ces races nous personnifient et nous amènent à réfléchir sur nous mêmes, sur la tolérance et sur la différence. Un sacré défi, relevé avec brio!

Passons à présent, à tout ce que je n'ai pas encore dit... oui il en reste encore !
D'abord, hormis les soucis de grammaire et de vocabulaire (ou le « qui est qui ? »), j'ai bien aimé le style de l'auteur. Les phrases ne sont pas tarabiscotées : on va directement à l'essentiel et ça, c'est chouette.
Ensuite, il y a tellement d'action qu'on ne peut pas s'arrêter : beaucoup de rebondissements, pas toujours très clairs, c'est sûr, mais il y a tellement d'idées que forcément, c'est foisonnant. Puis, je remercie sincèrement la maison d'édition de m'avoir envoyée les tomes 1 et 2 : si je n'avais eu que le 1, je me serais arraché les cheveux tant on est interrompu au milieu d'une action... ou comment ménager le suspens !

Au final, ces romans sont vraiment une agréable surprise. Et, sans les soucis de grammaire dont j'ai parlé et qui font perdre beaucoup à Planète Farini, je le recommanderais à tous. En l'état, ils laissent un goût d'inachevé, comme si on avait lu un manuscrit et non une œuvre finie.

J'espère que cette critique, sincère, ne sera pas prise uniquement de son point de vue négatif et je remercie grandement les Editions Praelego et le forum Accros et Mordus pour ce partenariat.

_________________________________________________


No good deed goes unpunished


Dernière édition par Aurélie le Ven 29 Mar - 20:33, édité 2 fois (Raison : Corrigé par Lolly)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dodoniver.blogspot.com/
 

[Editions Praelego] "Planète Farini" de Riccardo Carminati Galli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: MAISONS D'EDITION :: Partenariats passés :: Partenariats ponctuels-