Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lavoixdulivre


avatar


Messages : 2870
Age : 20
Emploi/loisirs : Lire, écrire !


Vos papiers SVP
Crédits: Moi :)
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre   Sam 8 Oct - 11:56

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre
Ruta Sepetys



informations
TITRE D'ORIGINE : Between shades of gray
DATE DE PARUTION : 13 octobre 2011
NOMBRE DE PAGES : 420
ÉDITION DE TON LIVRE : Gallimard Jeunesse
COLLECTION : Scripto
QUATRIÈME DE COUVERTURE :
Une nuit de juin 1941, Lina Vilkas, une jeune lituanienne de quinze ans, est arrêtée par la police secrète du régime stalinien.
Avec sa mère et son petit frère, Jonas, ils sont déportés en Sibérie. Là, logés dans des huttes, sous-alimentés, brutalisés et harcelés par les Soviets, Lina et les siens tiennent bon. Soutenue par une mère exemplaire et par sa volonté de témoigner de cet enfer blanc à travers ses dessins et ses écrits, elle tente de survivre, au froid, à la maladie, à l’humiliation, et au travail éreintant de la terre. Dans le camp, Andrius, un jeune déporté de dix-sept ans, affiche la même combativité qu’elle…
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non !



© aurélie

Ton avis

LE LIVRE EN UN MOT : Bouleversant
UNE NOTE SUR 10 : 10 car un vrai coup de coeur ! ♥
TON AVIS :
Vraiment beaucoup de mots me viennent à l'esprit en repensant à ce livre. Mais deux des plus explicites seraient bouleversant et touchant. C'est un livre plein de vie, d'une profondeur à couper le souffle, d'une tristesse sans égale, ce livre a réussi à m'arracher quelques larmes, mais même sans ces larmes, mon corps entier tremblait et pleurait.

Je tiens à remercier les éditions Gallimard Jeunesse. Je n'aurais sans doute jamais lu ce livre si je ne l'avais pas reçu. Et quand j'y pense, je vous plains de ne toujours pas l'avoir lu. C'est un roman historique, mais moi qui n'en ai jamais lu, j'ai pourtant été passionné par celui-là. Certes le genre est parfois repoussé par nombre de lecteurs, mais le roman nous fait prendre conscience des horreurs qu'a fait Staline en ces temps, d'une manière touchante, et passionnés de ce genre et ceux qui ne sont pas adeptes s'y plairont tout autant ! Ce roman est comme une claque qui nous relève et nous ouvre les yeux sur un passé peu glorieux, et sur l'esprit de l'homme dans des situations pareilles. Sa solidarité, son caractère envers les autres, comment la peur peut nous contrôler, jusqu'à nous rendre pire que des misérables marionnettes.

Cet univers, si loin du nôtre et pourtant si proche de quelques années, est décrit par un style fluide, accrocheur et lisse. Léger. Et pourtant dur et froid. Le livre est à la première personne, ce qui rend comme un témoignage, touchant et renversant. L'histoire s'alterne sur phases présentes et phases futures, ces dernières reprenant un élément du moment qui vient de se dérouler, pour faire référence à un évènement qui s'est passé dans la vie de Lina, souvent joyeux, ou pour expliquer. Mais ces moments donnent un rendu encore plus fort de l'histoire.


L'histoire se déroule avec quelques questions qui ne trouveront leurs réponses qu'à la fin. Elle est rythmée par des rebondissements, touchante avec cette tristesse, cette colère et ces sentiments que retranscrit le livre de manière si bouleversante et rend notre cœur lourd, et nos yeux humides. De plus, les personnages ont vraiment la petite flamme littéraire qui rend un personnage vivant. Ils sont humains, par leur solidarité, et toutes les choses que l'on se rend compte qu'on ne fait jamais, et que ce n'est que dans des situations telles, que l'on voit qui les gens sont vraiment, quel est la flamme qui les anime vraiment.
Ces personnages traversent maintes épreuves, et tous n'y réchappent pas. Et les lieux qu'ils traversent ajoutent aussi au bouleversement du livre.
Des lieux tristes, froids, glacials par le temps, mais surtout les conditions telles que les maladies, les famines, et les personnes, qui donnent l'impression à tous, qu'ils ne sont plus que des poussières dans le monde, et que d'un simple petit coup de balai, quand on en veut plus, on s'en débarrasse. C'est peut être le cas.

Alors lisez ce livre. Je vous le conseille. Lisez le-pour moi, pour l'auteur, pour son père. Mais surtout pour tous ceux qui sont morts dans cette dure période, pour tous ceux qui ont survécus et qui ont dû reconstruire une vie après tout ça. C'est le premier roman qui m'a arraché des larmes. Un vrai coup de cœur pour ce roman touchant et bouleversant.
A QUI LE CONSEILLES-TU ? A tous, même si vous n'aimez pas les romans historiques. Mais à partir de 12 ans.




_________________________________________________

{Chroniqueur}
_________________________________________________




Dernière édition par lavoixdulivre le Ven 7 Sep - 19:18, édité 2 fois (Raison : Correction)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lireparelora


avatar


Messages : 192
Age : 27
Localisation : Auxerre (89)
Emploi/loisirs : Lecture, Equitation


Vos papiers SVP
Crédits:
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre   Mer 16 Jan - 10:04

Lire ce livre n’apparaît pas forcément comme une évidence. En effet, il est facile de lui reprocher un sujet plutôt vu et revu dans les livres et les films. La Seconde Guerre mondiale est un thème qui revient très régulièrement dans les romans. De plus, après avoir lu et fortement apprécié Ce que cache ton nom de Clara Sanchez, comment ne pas freiner des quatre fers ? Mais Ruta Sepetys a trouvé le sujet, celui qui a peu été exploité : la déportation des trois États baltes (Lituanie, Lettonie et Estonie) par l’URSS lors de la Seconde Guerre mondiale.

Ruta Sepetys nous parle de la Seconde Guerre mondiale d’une manière qui ne nous est pas vraiment familière. À l’école, on nous parle beaucoup d’Hitler, du massacre des juifs, un peu de Staline et c’est tout. Ici, l’auteur nous offre le point de vue de ces habitants pris en étau entre l’URSS et l’Allemagne.

Nous suivons le calvaire de Lina, arrachée à sa vie confortable et à son père, de sa famille et des autres Lituaniens qui ont été déportés en pleine Sibérie.

Cette arrestation et cette déportation sont d’une humiliation terrible et il est difficile de rester digne pour survivre. Cependant, notre protagoniste trouve ses ressources dans ses dessins (Lina s’apprêtait à intégrer une école d’art.) et dans l’amour de sa famille. Elle utilise de nombreux subterfuges, au péril de sa vie, pour cacher ses talents et ses œuvres qu’elle fait sur le moindre bout de papier tandis que son quotidien est fait de famine, de travail harassant, de vols mais aussi de souvenirs. Le récit de notre protagoniste est entrecoupé de curieux passages sur son enfance entourée d’une famille aimante et proche.

Lina est un personnage très fort, très brave, qui fait preuve d’une grande détermination et de courage. Elle est, parfois, un peu trop effrontée…

Le style de Ruta Sepetys est tout simplement excellent : vivant et entraînant. De plus, l’auteur arrive à rendre ses personnages très crédibles. On se les imagine et on a l’impression de les connaître parfaitement. L’histoire est ainsi rendue plus émouvante. Elle entraîne le lecteur, capte son attention pour ne plus jamais le lâcher de la première à la dernière ligne. De plus, elle nous offre une véritable leçon de courage, d’humilité et d’espoir. Elle nous rappelle la générosité et le dévouement même dans la pire des situations.

Dès les premières lignes, Ruta Sepetys donne le ton : rien ne vous sera épargné et la lecture risque de ne pas être facile. Rien n’est censuré ni, a priori, édulcoré. Ce ton est la plus grande qualité de ce récit car il lui permet de ne pas tomber dans le larmoiement gratuit. Pas la peine de sortir les violons !

Si l’histoire est un peu romancée, particulièrement concernant certains événements, Ruta Sepetys semble être restée au plus juste et ce, pour deux raisons qui lui tenaient en cœur. La première est d’ordre personnel car ses grands-parents, d’origine lituanienne, ont vécu une histoire semblable à celle de Lina. La seconde est cette volonté de faire passer un message aux générations suivantes qui n’ont pas connu cette sombre époque. À travers ses mots, elle souhaite que personne ne répète les erreurs et les horreurs du passé.

En quelques mots, certains événements sont révoltants, scandaleux, inqualifiables et intolérables. Comment les Hommes ont-ils été capables d’arriver à un tel niveau de haine et d’horreur ? C’est une question qui hante le lecteur tout au long de sa lecture.

_________________________________________________



Dernière édition par Jacana le Mer 6 Avr - 20:41, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lireparelora.wordpress.com
Kassyna


avatar


Messages : 314
Age : 30
Emploi/loisirs : lecture, cinéma, jeux de société


MessageSujet: Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre   Mer 28 Sep - 9:57

   
Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : Du haut de ses quinze ans, Lina mène une vie relativement agréable avec Jonas, son petit frère, et ses parents. Elle a pour ambition d’intégrer un programme scolaire lui permettant d’étudier le dessin. Mais tous ses projets se voient avortés lorsque des officiers soviétiques frappent à la porte de leur appartement et leur laissent quelques minutes pour rassembler leurs affaires. Déportés dans des camps de travail russes, ils vont devoir très vite apprendre à lutter pour leur survie…

   ● LE LIVRE EN UN MOT : Long.

   ● UNE CITATION : « Je fermai la porte des toilettes et entrevis mon visage dans la glace. Je n’avais pas la moindre idée de la vitesse à laquelle il allait changer, se faner. […] C’était la dernière fois que je pouvais me regarder dans un véritable miroir ; je n’en aurais plus l’occasion avant une décennie, et même plus. » (p.21)

   ● UNE NOTE SUR 10 : 4

   ● TON AVIS : Autant le dire tout de suite : j’ai été déçue par Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre. Le thème était vraiment intéressant et découvrir Lina, déportée avec son frère et sa mère et ignorant tout du sort réservé à son père, promettait un récit palpitant. Malheureusement, le livre s’ouvre sur une carte nous relatant le parcours que vont faire nos protagonistes. Nous apprenons ainsi qu’ils vont partir de la Lituanie pour se retrouver en Sibérie, et finalement gagner le pôle Nord 440 jours plus tard. Cela a très clairement gâté ma lecture et a même provoqué une forme d’ennui. Sachant pertinemment qu’ils allaient survivre durant au moins un peu plus d’un an, les difficultés qu’ils rencontraient avaient forcément moins d’impact sur moi, puisque j’en connaissais déjà l’issue. De plus, un schéma similaire est plusieurs fois répété au cours du livre : ils sont déportés vers un nouveau camp, le voyage est très difficile, ils arrivent et sont confrontés à des conditions de survie inhumaines.

Lina est la narratrice de ce récit. C’est à travers ses yeux d’adolescente que nous allons découvrir leur vie dans les camps en tant que travailleur et elle va grandir bien plus rapidement qu’elle ne l’aurait dû, étant confrontée à la douleur, à la séparation, à la mort… Elle va être témoin d’abominations, de ce que l’homme a de plus mauvais, d’à quel point il peut être cruel et ruser d’ingéniosité pour torturer ses pairs. Néanmoins, Ruta Sepetys a pris soin de ne pas écrire de scènes réellement choquantes, son ouvrage étant destiné à lectorat plutôt jeune. Jonas grandira lui aussi bien trop vite, et sa sœur tentera de le protéger. Leur mère va tout faire pour les préserver, pour leur rappeler que l’espoir reste permis et qu’il faut y croire. Et grâce à son don pour le dessin, Lina tentera de faire passer des messages lui permettant de retrouver son père, mais elle souhaite aussi établir un témoignage pour les générations futures. Et n’omettons pas Andrius, un jeune homme de dix-sept ans qui va faire le voyage avec eux et qui va se lier d’amitié avec cette famille, et il n’hésitera pas à prendre des risques pour eux, même s’il ne sera pas toujours considéré à sa juste valeur. De nombreux autres personnages gravitent autour d’eux, Lituaniens comme Russes, opprimés comme oppresseurs, qui cohabiteront dans cette période sombre.

Bien évidemment, le récit de la vie dans les camps est intéressant et absolument révoltant mais je n’ai pas ressenti de réelle empathie pour les personnages, à quelques exceptions près (je pense par exemple à une jeune mère qui perd son enfant pendant le voyage). Par ailleurs, je me suis quelque peu ennuyée à la lecture de Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre. En effet, comme évoqué précédemment, les chapitres se succèdent et se ressemblent. De fait, il n’y a pas de réelles surprises, et comme nous connaissons plus ou moins le fin mot de l’histoire dès les premières pages, je dois reconnaître que j’étais loin de brûler d’impatience de finir ce roman. Le style est pourtant fluide et les chapitres courts s’enchaînent rapidement. Je sais que de nombreux lecteurs ont apprécié ce livre, mais pour ma part, je suis passée à côté.

   ● À QUI LE CONSEILLES-TU ? Aux collégiens et lycéens qui étudient la Seconde Guerre mondiale, et à ceux qui s’intéressent à cette période et ont envie d’en découvrir un pan moins connu : l’histoire des Lituaniens qui ont été déportés par le NKVD dans des camps russes.


   


Dernière édition par Jacana le Mer 28 Sep - 15:48, édité 2 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loasislivresque.wordpress.com/
Miss Carotte


avatar


Messages : 1131
Age : 20
Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : Étudiante / Lecture, jeux vidéos, sciences…


Vos papiers SVP
Crédits:
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre   Dim 2 Oct - 21:09


Ton avis
LE LIVRE EN UN MOT : Poignant
UNE NOTE SUR 10 : 10
TON AVIS : Ce livre a été pour moi un vrai coup de cœur la première fois que je l'ai lu (il y a plusieurs années), et l'est toujours maintenant que je l'ai relu !

On suit l'histoire de Lina, son frère, sa mère, et les autres personnes déportées avec eux par les Soviétiques pendant la Seconde guerre mondiale. En effet, on parle beaucoup des déportations de Juifs par les Nazis pendant cette période, mais jamais des Soviétiques (du moins je n'en avais personnellement jamais entendu parler avant de lire ce livre).

Ruta Sepetys utilise une plume agréable, simple, ce qui ne la rend pas moins vraie, touchante et juste. On traverse ces épreuves avec Lina et les autres, on se sent concernés. Il est si dur de se dire que tout cela a été réel...

Je suis particulièrement intéressée par cette période de l'Histoire, j'aime lire des bouquins qui en parlent, mais celui-ci sort du lot et vient se placer en tête de liste pour moi. C'est un véritable coup de cœur. De plus, comme je l'ai dit, il parle d'événements dont on entend malheureusement peu parler. à lire absolument !

À QUI LE CONSEILLES-TU ? à tous ceux intéressés par cette période de l'Histoire, dès la fin du collège




_________________________________________________

Anciennement Crazy


Dernière édition par Goblinlaya le Lun 3 Oct - 8:29, édité 1 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Romans historiques-