Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Machine Infernale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coupie


avatar


Messages : 1380
Localisation : France ( Bretagne )
Emploi/loisirs : Lecture ! =D


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: La Machine Infernale   Jeu 19 Jan - 9:29

La Machine Infernale
Jean Cocteau



informations
TITRE D'ORIGINE : -
DATE DE PARUTION : 1932
PREMIÈRE REPRÉSENTATION : 1932, par Louis Jouvet
NOMBRE DE PAGES : 154
ÉDITION DE TON LIVRE : Le Livre de Poche
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Obéissant à l'oracle, Oedipe résout l'énigme du Sphinx, tue son père et épouse sa mère. La peste s'abat sur Thèbes qui a couronné un inceste et un parricide. Quand un berger dévoile la vérité, la machine infernale des dieux explose. Oedipe se crève les yeux et sa mère se pend. S'inspirant du théâtre de Sophocle, Cocteau redonne vie aux grandes figures grecques : Oedipe, Jocaste, Antigone et Créon. Il philosophe en virtuose. Non, l'homme n'est pas libre. Il naît aveugle et les dieux règlent sa destinée. Même le héros, celui qui sort du rang, doit se soumettre. Ce grand texte dit tout sur l'homme avec infiniment d'humour et de poésie.

La Machine infernale (1934) est adaptation, très libre, de l'histoire d'Oedipe qui, selon l'oracle de Delphes, devait tuer son père et épouser sa mère. Cocteau fait subir à la tragédie de Sophocle un traitement tout à fait personnel à base de surréalisme, d'ironie et d'anachronismes volontaires. Il marie la poésie à ce drame austère de la fatalité et rénove, de manière éclatante, un mythe, avec tous les dons du virtuose. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.
Y A-T-IL UNE SUITE ? Antigone peut sûrement être considérée comme telle ?



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : -
LA PIÈCE EN UN MOT : Redécouverte !
UN CITATION : -
UNE NOTE SUR 10 : 8/10
TON AVIS : Curieusement, je ne connaissais pas vraiment Cocteau en tant qu'écrivain mais plutôt en tant que cinéaste. J'ai constaté il y a peu de temps que ses domaines d'expression étaient plutôt nombreux : poésie, peinture, cinéma... Après la lecture d'Oedipe Roi de Sophocle, et après avoir vu l'opéra d'Unescu joué par la Fura Del Baus à Bruxelles, je décidai de découvrir ce mythe sous une autre de ses coutures en lisant une version plus contemporaine de la pièce : La Machine Infernale, de Cocteau.

A la différence de la tragédie de Sophocle, la Machine Infernale relate l'histoire d'Oedipe depuis sa rencontre avec le Sphinx, alors qu'Oedipe Roi démarre bien plus tard, quand Oedipe recherche le meurtrier de Laïos sans savoir qu'il est lui même l'homme qu'il traque.

La pièce de Cocteau est présentée par une "Voix", qui n'est pas un personnage à part entière, mais est omnisciente et ouvre chaque acte. Elle incarne le concept omniprésent dans l'histoire : le rôle du Destin et la vulnérabilité des mortels face à lui. Les personnages ne seront que de simples pions soumis aux caprices des dieux...

"Regarde, spectateur, remontée à bloc, [...] une des plus parfaites machines construites par les dieux infernaux pour l'anéantissement mathématique d'un mortel."

Dans le premier acte, le fantôme de Laïos apparaît sur un chemin de ronde, cherchant à joindre Jocaste, sa femme. Il n'y rencontrera que deux soldats, mais c'est sans compter les deux personnages qui y mettront leur grain de sel... Ce début est surprenant quand on connait le mythe "classique", et à la fois étrange, grinçant et plein d'humour, ce qui sera aussi le cas du reste de la pièce. C'est l'occasion de voir Oedipe, Jocaste, Tirésias et tous les autres comme nous ne les avons jamais vu ! Le Sphinx surtout est très différent de la créature démoniaque que l'on connait, vous le verrez par vous mêmes...

L'ironie tragique est très présente dans cette pièce pour le spectateur qui connait bien l'histoire et son issue : par exemple, on marche à deux reprises sur l'écharpe de Jocaste, avec laquelle elle se pendra ; de nombreuses références sont faites à la cécité qui atteindra Oedipe à la fin.

Le texte est aussi parsemé d'anachronismes (voulus par l'auteur) : la présence d'Annubis (dieu égyptien) est plutôt étonnante en Grèce...

J'ai apprécié la façon de raconter l'issue du mythe et sa conclusion, qui fait référence au début. Mais les trois autres actes m'ont autant plu que le dernier. En somme, j'ai beaucoup apprécié cette pièce qui m'a fait redécouvrir Oedipe (et qui m'a même donné envie de le dessiner !). D'ailleurs, pour pousser cette découverte encore plus loin, je compte lire d'autres versions d'Oedipe, et la Machine Infernale ne sera pas le dernier livre que je lirai de Cocteau.
À QUI LA CONSEILLES-TU ? à ceux qui connaissent ou veulent connaître Oedipe...
Sinon, cette pièce n'est pas trop difficile à lire^^




_________________________________________________



Merci Tom !!! Very Happy

Spoiler:
 


Dernière édition par Chouquette le Mer 24 Avr - 15:20, édité 3 fois (Raison : Corrigée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elarinya


avatar


Messages : 263
Age : 23
Localisation : Sud de la France
Emploi/loisirs : Etudiante


Vos papiers SVP
Crédits:
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La Machine Infernale   Lun 9 Avr - 20:58

Lue dans un cadre scolaire mais aussi pour le challenge des A&M, j'ai beaucoup aimé cette pièce de théâtre contemporaine. Je l'ai lu juste après Oedipe Roi de Sophocle (mon avis arrive bientôt), et j'ai adoré l'interprétation faite par Cocteau. Le théâtre revêt un nouveau vêtement, beaucoup plus léger mais pas dénué de tragédie. J'ai aimé le personnage de Jocaste pour sa fantaisie, elle est très loin de l'héroïne tragique que l'on s'imagine, mais d'un autre côté beaucoup plus réelle. J'ai aussi beaucoup aimé le personnage du Sphinx qui (miracle) a des sentiments, et est continuellement partagé entre son côté monstrueux et son côté humain. Je n'ai qu'un seul regret, ne pas avoir pu voir la pièce. En fait il existe une version DVD que ma prof a commandé, donc peut-être que je pourrais la voir...

_________________________________________________


(Anciennement Kasia)


Dernière édition par Spleen la Jeune le Mer 27 Juin - 13:40, édité 1 fois (Raison : Corrigée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-faute-a-rousseau.revolublog.com
Ellie


avatar


Messages : 138
Age : 23
Localisation : Bretagne
Emploi/loisirs : Etudiante en Lettres Modernes / Rire, sortir, lire, courir...


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La Machine Infernale   Sam 23 Mar - 21:19

J'ai adoré cette pièce, plus légère que la version de Sophocle, mais non moins touchante. Le Sphinx gagne en humanité, alors que Jocaste en a perdu à mes yeux. Cependant, ce mythe étant plus que connu, c'est très agréable de pouvoir le redécouvrir dans un univers plus léger, mais en restant tout aussi fort.

_________________________________________________


"Nous sommes de ceux qui lui sautent dessus quand ils le rencontrent, votre espoir, votre cher espoir, votre sale espoir !" (Antigone, Anouilh)


Dernière édition par Jacana le Lun 4 Avr - 12:51, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'erreur sociale


avatar


Messages : 1958
Age : 22
Emploi/loisirs : Érudit de pacotille


Vos papiers SVP
Crédits: StingerJoe
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La Machine Infernale   Sam 7 Mar - 14:12

J'ai lu La Machine Infernale suite aux conseils d'une amie qui a (beaucoup) insisté alors que, de base, j'ai beaucoup de mal avec le théâtre écrit.

Bonne surprise. Et ce qui m'a d'autant plus étonné c'est, malgré sa dimension tragique omniprésente dans les quatre actes et renforcée par la connaissance du mythe par le lecteur, sa légèreté et son humour. Ce n'est pas le genre d'ouvrage que l'on va lire en se tapant avec hilarité sur le ventre, mais le qui pro quo concernant l'apparition de Laïus, le caractère de Jocaste et même jusque dans les derniers instants, il y a un humour fin qui est appréciable.

La revisite de l'histoire est rafraîchissante et bien amenée, le questionnement du Sphinx sur son propre rôle également.

Comme dirait l'autre : « Franchement, ça envoie du pâté. »

_________________________________________________

The spider hides all manner of rituals, certain to reveal nothing,
for true enlightenment need not be shared.


Dernière édition par Jacana le Lun 4 Avr - 12:52, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nawel


avatar


Messages : 153
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire, écrire, sortir, la musqiue...


Vos papiers SVP
Crédits:
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La Machine Infernale   Dim 3 Avr - 13:06

Je pensais que nous allions étudier ce livre en cours (ou du moins qu'il faisait partie des lectures cursives), du coup, j'en ai profité et j'ai pris un peu d'avance en le lisant sans que la prof en parle. Tellement d'avance que lorsque je suis allée lui demander quand nous le verrions en classe, elle m'a répondu que non, nous ne l’étudierions pas x).

Pourtant, je ne regrette pas de l'avoir lu, et j'aurais au contraire aimé pouvoir l'approfondir en cours car il y a à mon avis beaucoup à découvrir en creusant un peu.
Ç’aura été une lecture agréable, qui permet de redécouvrir le mythe d'Oedipe sous un autre angle. Je dis redécouvrir, parce que Jean Cocteau choisit les scènes qu'il veut mettre en avant, qui sont du coup très travaillées, sans pour autant devenir longues ou assommantes. Entre chaque acte, on a droit à un petit résumé déclamé par une "voix" (celle de Cocteau lors des représentations, en l’occurrence) permettant de mieux faire passer les ellipses et qui compense si on ne connaît pas le mythe sur le bout des doigts (ou du tout).
La mise en scène est également décrite, ce qui apporte un plus à l’œuvre, puisqu'elle vient vraiment compléter et appuyer le texte.
Jean Cocteau dédramatise un peu la pièce, en se réappropriant par exemple le nom de certains personnages, comme celui de Laïos (père d'Oedipe) qui devient Laïus (Cocteau passe du grec au latin), sûrement pour souligner d'une touche d'humour ses multiples tentatives de prévenir Jocaste du drame imminent qui n'aboutissent à rien (personne ne l'entend / ne le comprend).

Ce livre m'a donc agréablement surprise, puisque je n'aime d'habitude pas tellement lire du théâtre, et que la lecture de cette pièce ne m'a pas ennuyée du tout.

_________________________________________________

" ' Heart. Hard heart,' I said, not sure where it came from.'The hardest heart in the world.'
' Hmm,' Toby said, tapping a finger in the air.' That's a useful one, you know. Very handy. The question is...'
Toby paused like he was considering this all very seriously.
' The question is, stone or ice ?
Crack or melt ? ' "


Dernière édition par Jacana le Lun 4 Avr - 12:49, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie


avatar


Messages : 7961
Age : 26
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Reine des cailloux


Vos papiers SVP
Crédits: (c) sweet disaster
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La Machine Infernale   Dim 3 Avr - 13:15

Je l'ai lu il y a longtemps, si bien que je n'en ai plus de souvenirs précis, mais je sais que j'avais aimé. Beaucoup. J'étais en plus en pleine période tragédie grecque (j'ai avalé du Sophocle à foison red).

Vos deux avis rejoignent les souvenirs que j'ai de mon ressenti et me donnent envie de relire cette pièce. Vraiment !

_________________________________________________



Dernière édition par Jacana le Lun 4 Avr - 12:50, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/
Nawel


avatar


Messages : 153
Age : 18
Emploi/loisirs : Lire, écrire, sortir, la musqiue...


Vos papiers SVP
Crédits:
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La Machine Infernale   Dim 3 Avr - 14:28

Haha, ça peut être une idée de lecture commune. wink Enfin, pas pour moi puisque je viens de le lire, mais peut-être que d'autres seraient intéressés. Smile

_________________________________________________

" ' Heart. Hard heart,' I said, not sure where it came from.'The hardest heart in the world.'
' Hmm,' Toby said, tapping a finger in the air.' That's a useful one, you know. Very handy. The question is...'
Toby paused like he was considering this all very seriously.
' The question is, stone or ice ?
Crack or melt ? ' "


Dernière édition par Jacana le Lun 4 Avr - 12:50, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacana


avatar


Messages : 4705
Age : 27
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: La Machine Infernale   Dim 30 Oct - 11:42

J'ai eu envie d'un peu de théâtre hier soir et j'ai lu La Machine infernale. Une très bonne surprise pour moi ! J'ai toujours un peu peur avec les tragédies sur la mythologie. Souvent, je suis complètement perdue parce que je ne connais pas suffisamment les événements ou personnages présentés et que la pièce ne prend pas le temps de les présenter, partant du principe que le lecteur connaît. Je comprends parfaitement ce choix, mais du coup, j'ai toujours une petite appréhension.

Là, dans La Machine infernale, Jean Cocteau met en scène la vie d’Oedipe, un homme tourmenté par la prédiction qu'on lui a faite « Tu tueras ton père et tu épouseras ta mère ». Il va tout mettre en œuvre pour que cela n'arrive pas, mais son destin va le rattraper...

Je ne connaissais que très peu le mythe d'Oedipe et j'ai été ravie de pouvoir le lire et surtout le comprendre ! Jean Cocteau a su mettre au goût du jour ce mythe, avec les descriptions nécessaires pour qu'un néophyte puisse tout saisir. Un vrai plaisir. Même le ton tragique m'a beaucoup plu. De plus, après avoir lu Antigone, je suis contente d'avoir pu remonter un peu son arbre généalogique.

Je pense que cette pièce conviendra parfaitement à ceux qui, comme moi, ont un peu peur des difficultés de compréhension de la mythologie grecque. C'est aussi une très bonne entrée en matière à qui veut approfondir ses connaissances par la suite, en lisant Oedipe roi de Sophocle.

En bref, une pièce qui m'a surprise et qui m'a beaucoup plu.

« ŒDIPE : Si, je te gronde ! Je te gronde, parce qu'une femme telle que toi devrait être au-dessus de ces bêtises. Un visage de jeune fille, c'est l'ennui d'une page blanche où mes yeux ne peuvent rien lire d'émouvant ; tandis que ton visage ! Il me faut les cicatrices, les tatouages du destin, une beauté qui sorte des tempêtes. Tu redoutes la patte-d'oie, Jocaste ! Que vaudrait un regard, un sourire de petite oie, auprès de ta figure étonnante, sacrée : giflée par le sort, marquée par le bourreau, et tendre [...] »

(Ma note : 8/10)

_________________________________________________

Profil Livraddict | Mon Blog !


Dernière édition par Kassyna le Mar 1 Nov - 10:33, édité 1 fois (Raison : CPK)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La Machine Infernale   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Machine Infernale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Autres formats :: Théâtre-