Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Victoria, Reine et Tueuse de Démon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
louve


avatar


Messages : 1766
Age : 30
Localisation : Dans une grotte obscure et humide
Emploi/loisirs : la lecture, le cinéma, les jeux vidéos


MessageSujet: Victoria, Reine et Tueuse de Démon   Mer 11 Juil - 18:31

VICTORIA, REINE ET TUEUSE DE DÉMON
A. E. Moorat



informations
TITRE D'ORIGINE : -
DATE DE PARUTION : 2011.
NOMBRE DE PAGES : 402.
ÉDITION DE TON LIVRE : Eclipse.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Le personnel était nombreux à Kensington et s’acquittait de tâches très diverses. Le palais avait son propre dératiseur à demeure tandis qu’un autre était chargé de ramoner les cheminées. La présence d’un tueur de démons ne surprit donc pas Victoria outre mesure, à ceci près qu’elle ne s’attendait pas à ce que ce rôle lui incombe !
LONDRES, 1838. La reine Victoria est couronnée. Elle se voit confier l’orbe, le sceptre et tout un arsenal d’armes terrifiantes. En effet, même si la Grande-Bretagne est en passe de devenir l’empire le plus puissant de tous les temps, il lui reste un petit problème à régler au préalable, celui des démons. Mais au lieu de rêver de chasse aux démons, c’est le prince Albert qui occupe toutes ses pensées. Comment peut-elle consacrer sa vie à la protection de son pays alors que son cœur appartient à un autre ?
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : -
LE LIVRE EN UN MOT : Décevant.
UN CITATION : -
UNE NOTE SUR 10 : 4/10.
TON AVIS : En voilà un roman qui me tentait depuis sa sortie. Transformer un personnage aussi énigmatique que Victoria et la transformer en tueuse de démons pouvait être une excellente idée. Seulement la sauce n'a pas pris et je ressors déçue de ma lecture.

Le style est assez sympa. Il n'est pas non plus exceptionnel et parfois j'ai eu un peu de mal à déchiffrer certaines phrases. Les descriptions sont assez soignées, les scènes avec de l'action aussi, même si j'ai trouvé que l'auteur usait et abusait du gore et des scènes trash. De plus, j'ai trouvé une grosse faiblesse au niveau des dialogues avec la répétition du verbe dire. Chaque dialogue est arrosé de ce même verbe : dit-il, dit-elle... au point que j'ai eu l'impression de suivre simplement un match de tennis avec la parole en guise de balle. Déjà que j'avais du mal à plonger dans le roman... eh bien, j'avoue que les dialogues n'ont fait que renforcer ma gêne pendant la lecture.

De l'histoire, je pense que c'est là où j'ai eu le plus de mal. Je ne suis pas contre un bon roman gore, mais ici j'ai eu l'impression que l'auteur voulait en faire trop et de ce fait, cela m'a semblé maladroit et sans réel intérêt. On découvre dès le début Quimby, qui décide de rendre visite à des prostitués très douées dans le but de prendre en photo avec un appareil révolutionnaire (le dessin photogénique ou photographie) les dames en pleine action. Seulement cela tourne au vinaigre et des zombies décident d'en faire leur petit-déjeuner. Jusqu'ici, c'était drôle mais je pense que là où l'auteur s'est trompé c'est d'ensuite ajouter un tas de choses qui ne servait pas réellement. Les loups-garous, par exemple. Je les ai trouvés ridicules dans ce roman et inutiles. Les zombies sont pourtant bien pensés et eux, ils apportent quelque chose au roman (des tripes ?), mais les succubes, par exemple, sont elles aussi inutiles, tout comme la prophétie de baal ou les petits cheminots qui s'amusent à la balle au prisonnier avec la langue d'un mort...

Bon, du côté du surnaturel donc, il aurait été plus judicieux de mieux doser je pense, parce qu'à certains moments cela partait dans tous les sens ! Et puis la reine Victoria... la demoiselle n'a jamais vu de créatures de sa vie et pourtant, elle se transforme presque en Xena la guerrière...

Ensuite, le dernier point de l'histoire qui m'a gênée, c'est la manière dont la relation entre Victoria et Albert démarre : tellement vite et avec tant de mièvrerie que wahou j'étais pressée de les voir séparés...

Des personnages, à part Perkins le zombie, je n'ai réussi à en apprécier aucun. Ils m'ont tous beaucoup déplu ou ennuyée et Perkins fut le seul qui trouva grâce à mes yeux. Sa condition de zombie va le transformer en véritable machine à manger de la chair, mais il garde cependant son côté humain grâce à Quimby qui est son maître.

En bref, je me rends compte que ma chronique n'est pas positive. Ce roman est sympa, mais il comporte trop de défauts qui m'ont gâché la lecture et comme j'avais une attente particulière de ce roman, la déception n'en est que plus grande. Alors non, je n'ai pas aimé plus que ça et je regrette un peu d'avoir privilégié cette lecture à d'autres. Le roman est trop surchargé, c'est dommage. J'ai par contre découvert que l'auteur avait également écrit un roman avec Henry VIII en tant que loup-garou, à voir s'il est traduit. ^^
À QUI LE CONSEILLES-TU ? À partir de 16 ans pour certaines descriptions gores. Pour ceux qui cherchent un roman mélangeant historique et fantastique. ^^




_________________________________________________


http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/


Dernière édition par Jacana le Jeu 27 Aoû - 0:19, édité 3 fois (Raison : Fiche 2.0 par Chouquette / [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesvictimesdelouve.blogspot.com/
 

Victoria, Reine et Tueuse de Démon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature imaginaire / futuriste :: Romans fantastiques/fantasy/Bit-lit-