Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Saga] Saga Malaussène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lireparelora


avatar


Messages : 192
Age : 28
Localisation : Auxerre (89)
Emploi/loisirs : Lecture, Equitation


Vos papiers SVP
Crédits:
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: [Saga] Saga Malaussène   Mer 3 Oct - 9:32

Saga Malaussène
Daniel Pennac


image

Tome 1 : Au bonheur des ogres
Côté famille, maman s'est tirée une fois de plus en m'abandonnant les mômes, et le Petit s'est mis à rêver d'ogres Noël.
Côté cœur, tante Julia a été séduite par ma nature de bouc (de bouc émissaire).
Côté boulot, la première bombe a explosé au rayon des jouets, cinq minutes après mon passage. La deuxième, quinze jours plus tard, au rayon des pulls, sous mes yeux. Comme j'étais là aussi pour l'explosion de la troisième, ils m'ont tous soupçonné.
Pourquoi moi ?
Je dois avoir un don...
image

Tome 2 : La Fée carabine
«Si les vieilles dames se mettent à buter les jeunots, si les doyens du troisième âge se shootent comme des collégiens, si les commissaires divisionnaires enseignent le vol à la tire à leurs petits-enfants, et si on prétend que tout ça c'est ma faute, moi, je pose la question : où va-t-on ?»
Ainsi s'interroge Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel, payé pour endosser nos erreurs à tous, frère de famille élevant les innombrables enfants de sa mère, cœur extensible abritant chez lui les vieillards les plus drogués de la capitale, amant fidèle, ami infaillible, maître affectueux d'un chien épileptique, Benjamin Malaussène, l'innocence même («l'innocence m'aime») et pourtant... pourtant, le coupable idéal pour tous les flics de la capitale.
image

Tome 3 : La Petite marchande de prose
«"L'amour, Malaussène, je vous propose l'amour !" L'amour ? J'ai Julie, j'ai Louna, j'ai Thérèse, j'ai Clara, Verdun, le Petit et Jérémy. J'ai Julius et j'ai Belleville...
"Entendons-nous bien, mon petit, je ne vous propose pas la botte ; c'est l'amour avec un grand A que je vous offre : tout l'amour du monde !"
Aussi incroyable que cela puisse paraître, j'ai accepté. J'ai eu tort.»
Transformé en objet d'adoration universelle par la reine Zabo, éditeur de génie, Benjamin Malaussène va payer au prix fort toutes les passions déchaînées par la parution d'un best-seller dont il est censé être l'auteur.
Vol de manuscrit, vengeance, passion de l'écriture, frénésie des lecteurs, ébullition éditoriale, délires publicitaires, La petite marchande de prose est un feu d'artifice tiré à la gloire du roman. De tous les romans.
image

Tome 4 : Monsieur Malaussène
«- La suite ! réclamaient les enfants. La suite ! La suite !
Ma suite à moi c'est l'autre petit moi-même qui prépare ma relève dans le giron de Julie. Comme une femme est belle en ces premiers mois où elle vous fait l'honneur d'être deux ! Mais, Julie, crois-tu que ce soit raisonnable ? Julie, le crois-tu ? Franchement... hein ? Et toi, petit con, penses-tu que ce soit le monde, la famille, l'époque où te poser ? Pas encore là et déjà de mauvaises fréquentations !
- La suite ! La suite !
Ils y tenaient tellement à leur suite que moi, Benjamin Malaussène, frère de famille hautement responsable, bouc ressuscité, père potentiel, j'ai fini par me retrouver en prison accusé de vingt et un meurtres.
Tout ça pour un sombre trafic d'images en ce siècle Lumière.
Alors, vous tenez vraiment à ce que je vous la raconte, la suite ?»
image

Tome 5 : Des Chrétiens et des maures
«Un matin, Le Petit a décrété :
- Je veux mon papa.
Il a repoussé son bol de chocolat et j'ai su, moi, Benjamin Malaussène, frère de famille, que Le Petit n'avalerait plus rien tant que je n'aurais pas retrouvé son vrai père. Or ce type était introuvable. Probablement mort, d'ailleurs.
Après deux jours de jeûne Le Petit était si transparent qu'on pouvait lire au travers. Mais il repoussait toujours son assiette :
- Je veux mon papa.»
image

Tome 6 : Aux fruits de la passion
La tribu Malaussène et ses proches
ont le regret de vous annoncer
le mariage de Thérèse Malaussène
avec le comte Marie-Colbert de Roberval,
conseiller référendaire de première classe.

Cet avis tient lieu d'invitation.


informations
TITRE D'ORIGINE : Saga Malaussène
DATE DE PARUTION : 1985–1999.
ÉDITION DE LA SAGA : Folio.
RÉSUMÉ DE LA SAGA : Benjamin Malaussène a un drôle de métier : bouc émissaire au service réclamations d'un grand magasin parisien où il est chargé d'apitoyer les clients grincheux. Une bombe, puis deux, explosent dans le magasin. Benjamin est le suspect numéro un de cette vague d'attentats aveugles. Attentats ? Aveugles ? Et s'il n'y avait que ça ! Quand on est l'aîné, il faut aussi survivre aux tribulations de sa tumultueuse famille : la douce Clara qui photographie comme elle respire, Thérèse l'extralucide, Louna l'amoureuse, Jérémy le curieux, le Petit rêveur, la maman et ses amants... Le tout sous les yeux de Julius, le chien épileptique, et de Tante Julia, journaliste volcanique. Quel cirque !

Avec ce premier tome des aventures de Malaussène, on plonge avec bonheur dans un univers baroque. Pennac multiplie les personnages secondaires, les digressions. Ça grouille comme dans une fourmilière. Le rire n'est jamais loin des larmes, le sordide côtoie le sublime. —Bruno Ménard
NOMBRE DE TOMES : 6.
EST-ELLE TERMINÉE ? Oui. Mais une nouvelle série, intitulée Le Cas Malaussène, a débuté en 2017 avec le roman Ils m’ont menti.



©️ aurélie

Ton avis
LA SAGA EN UN MOT : Sympa (tome 1).
UNE NOTE SUR 10 : 7 (tome 1).
TON AVIS :
Avis sur le tome 1, Au bonheur des ogres :
Dès les premières pages, nous faisons la connaissance de Benjamin Malaussène au cœur de son travail de "contrôleur technique" où il doit porter toutes les plaintes des clients du Magasin. Oui, il est plutôt Bouc Émissaire. Tout va pour le mieux jusqu'au jour où une série d'explosions commence dans la grande surface. Il devient petit à petit le meilleur suspect.
Chaque jour, lorsqu'il rentre chez lui, il retrouve Clara, Thérèse, Jérémy (qui ne m'a absolument pas marquée), Louna et le Petit.
Ils sont tous frères et sœurs, issus des amours volages de leur mère qui profite des capacités de nourrice de son grand fils.
Je les ai tous aimés à leur façon. Benjamin, dans son rôle d'employé de grande surface, m'a fait pitié. Clara  qui photographie tout (et surtout n'importe quoi) et Thérèse, passionnée d'astrologie et qui consigne soigneusement les histoires de son frère, m'ont beaucoup surprise. Mais j'ai, parfois, eu envie de les secouer. J'ai eu envie de câliner Louna qui se rend malheureuse pour son médecin de compagnon. Quant au Petit, il m'a fait sourire avec ses rêves concernant les ogres de Noël.

Nous trouvons de nombreux personnages secondaires : les chefs, Théo et ses petits vieux... Mais celui que j'ai préféré, c'est Julius. Évidemment : un chien épileptique, je n'en rencontre pas tous les jours.

Alors que les personnages m'ont semblé complexes et variés, j'ai trouvé l'histoire assez simple. Entendez par là que je n'ai pas été surprise par son déroulement ni par le dénouement.

Quant au style, il me semble plutôt destiné à la Jeunesse. Daniel Pennac fait preuve de beaucoup d'humour (ou de cynisme ?) plus d'une fois à travers les pages. La narration est à la première personne, ce qui permet de suivre les pensées de Benjamin. Ces dernières se situent parfois entre parenthèses et elles ajoutent souvent au comique des scènes.

En conclusion :
Si ce livre vaut le détour, c'est essentiellement pour ses personnages hauts en couleurs et pour le style de Pennac qui, je crois, est vraiment un auteur à découvrir.
À QUI LA CONSEILLES-TU ? Tout le monde !




_________________________________________________



Dernière édition par L'erreur sociale le Mar 31 Juil - 9:41, édité 5 fois (Raison : Correction par Aurélie + transformation en fiche [Saga] par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lireparelora.wordpress.com
Patty07


avatar


Messages : 133
Age : 27
Localisation : Suisse
Emploi/loisirs : Etudiante / Equitation, Handball


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: [Saga] Saga Malaussène   Mer 3 Oct - 10:59

Ce livre me replonge quelques années en arrière déjà, où je l'ai lu à l'école.
C'est le premier livre de Daniel Pennac que j'ai découvert et j'ai vite dévoré les autres livres de cet auteur !

Tu m'as donné l'envie de le relire avec quelques années de plus, pour pouvoir apprécier encore plus le cynisme de Pennac.

wink

_________________________________________________

"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. " - Sénèque

« Il y a certainement plus de richesse en un seul livre que dans tout le butin rapporté par les pirates de l'Île au Trésor. » -Walt Disney


Dernière édition par Aurélie le Mer 11 Fév - 15:53, édité 1 fois (Raison : Correction par Aurélie)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lireparelora


avatar


Messages : 192
Age : 28
Localisation : Auxerre (89)
Emploi/loisirs : Lecture, Equitation


Vos papiers SVP
Crédits:
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: [Saga] Saga Malaussène   Mer 3 Oct - 12:33

J'ai eu l'occasion de le découvrir de moi-même et je pense que c'est ce qui m'a permis de l'apprécier. J'ai toujours détesté que l'on m'impose une lecture... surtout à l'école !

_________________________________________________



Dernière édition par Michiko le Lun 15 Juin - 18:45, édité 1 fois (Raison : [CPM])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lireparelora.wordpress.com
Catlinel


avatar


Messages : 25
Age : 40
Emploi/loisirs : Assistante d'éducation/Lecture, tissage de perles


MessageSujet: Re: [Saga] Saga Malaussène   Lun 1 Déc - 13:39

Mon premier Pennac. J'ai tellement aimé que j'ai enfilé l'ensemble de la saga en deux ou trois jours à l'époque.
La galerie de personnages est épatante. Je rigolais toute seule pendant ma lecture ; les traits d'humour, le cynisme, j'ai totalement adhéré à cette famille déjantée.


Dernière édition par Michiko le Lun 15 Juin - 18:45, édité 1 fois (Raison : [CPM])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'erreur sociale


avatar


Messages : 1649
Age : 22
Emploi/loisirs : Fantôme ubiquitaire


Vos papiers SVP
Crédits: Clara Lieu
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: [Saga] Saga Malaussène   Dim 29 Juil - 19:13

Il y a longtemps que j’aimerais parler de Pennac, que j’ai appris à connaître relativement récemment (premier livre de lui lu en 2016 environ) mais que j’ai très rapidement apprécié et dont j’ai lu, à ce jour, toute la saga Malaussène (mais non pas Le Cas Malaussène, que je considère être une série à part entière, bien qu’elle mette en scène les mêmes personnages que ceux que l’on a appris à connaître depuis Au bonheur des ogres jusqu’aux Fruits de la passion), Comme un roman et Ancien malade des hôpitaux de Paris, et dont je prévois de lire Journal d’un corps, Chagrin d’école, Le Dictateur et le hamac...

Mais voilà : je ne savais pas trop comment aborder le sujet. Et je ne suis pas tout à fait sûr d’en savoir davantage désormais. Non pas qu’il soit particulièrement complexe, mais je ne savais surtout pas autour de quel axe structurer mon propos.

La saga Malaussène s’intéresse aux aventures de la famille éponyme, la large « tribu » qui ne cesse de proliférer, et plus particulièrement à la vie de Benjamin, aîné de la fratrie dont il doit s’occuper en l’absence de la mère Malaussène, perpétuellement en vadrouille. Benjamin, tel qu’on le découvre au début du premier tome, Au bonheur des ogres, est un bouc émissaire professionnel, c’est-à-dire que son emploi consiste à encaisser, avec finesse et théâtralisme, le mécontentement des client·e·s du magasin où il travaille, poste qu’il reprendra par la suite dans les autres tomes chez la reine Zabo, éditrice de renom. Jusqu’au jour où un malheur survient (des bombes explosent dans le Magasin au début d’Au bonheur des ogres, un policier est abattu dans les premières pages de La Fée carabine, un directeur de prison est assassiné dans La Petite marchande de prose, des prostituées sont enlevées et charcutées dans Monsieur Malaussène...), et où Benjamin, involontairement, va se retrouver premier suspect des enquêtes menées. Et on tient là le seul vrai problème que j’ai avec cette série : pour tout l’amour que je porte à la saga, il n’est pas possible de nier que, arrivé au quatrième tome, je me suis senti lassé par la répétitivité de la trame narrative. Si chaque tome apporte son lot de spécificités (et, finalement, on pourrait se dire que ce qui fait la sève de la série n’est pas tant l’intrigue policière que le développement des personnages), force est de constater que l’enchaînement des événements est relativement similaire (/!\ attention, spoil relatif) : un crime est commis, Benjamin Malaussène fait sa petite vie dans son coin, la police enquête, suspecte Malaussène, Malaussène est convoqué chez Coudrier, toujours plus de preuves accablent Malaussène, et finalement dans un twist culminant, la vérité est dévoilée et Malaussène s’en sort de justesse. Ceci étant dit, j’ai été agréablement surpris de voir que les deux derniers tomes, Des Chrétiens et des Maures et Aux fruits de la passion, suivent des logiques très différentes : il s’agit respectivement d’un long flashback à la recherche du père du Petit, et d’un contre-pied au format habituel où Benjamin s’attend à être suspecté, voire incarcéré, s’y prépare mentalement, pour que tout retombe finalement sur les épaules d’un autre personnage.

Mais, comme je disais, ça n’est pas tout à fait l’intrigue policière qui soit particulièrement stimulante dans la saga Malaussène, mais bel et bien ses personnages. Le cast est immensément large, surtout si l’on prend tou·te·s celleux qui apparaissent dans les six tomes, mais chacun·e d’entre elleux est finement travaillé·e et haut·e en couleurs. Je ne serais pas surpris d’apprendre que, plusieurs années après avoir lu la série, ses lecteurs et lectrices se rappellent parfaitement de la plupart des personnages, là où d’autres romans n’auraient peut-être laissé que des souvenirs vaguement flous. Et de cet ensemble de personnages rigoureusement développés, couplé au style très fluide et terre-à-terre qu’emploie Pennac, tout particulièrement lorsqu’il emploie Benjamin comme narrateur, transpire une humanité profonde, une chaleur... on sent les personnages, leurs motivations, leurs façons d’aborder les choses, des cauchemars du Petit à l’astrologie de Thérèse, en passant par la smala quasi-mafieuse Ben Tayeb, le goût pour les néologismes patronymique de Jérémy — on pourrait presque les toucher. Ils vibrent d’une énergie particulière, d’un caractère complexe et atypique qui nous les rend si proches.

La plume Pennac, forte de néologismes et d’un registre familier, est agréablement limpide et presque cinématographique dans l’agencement des mots, des rythmes, des scènes. Cela rend le tout très confortable à lire (j’ai, pour le coup, dévoré les lignes à une vitesse qui m’a moi-même étonné), et souvent très drôle. Beaucoup de genres d’humour se côtoient entre les pages de la saga Malaussène, de l’humour absurde à la satire, en passant par l’humour, mais toujours à la sauce Pennac, avec beaucoup de bienveillance.

Brièvement, ce que j’ai pensé de chaque tome :

Au bonheur des ogres

Une très bonne introduction à l’univers Malaussène : on y retrouve tout ce qui fait le charme de la série, l’intrigue est intéressante (quoiqu’un peu floue par moments), les personnages sont attachants...

La Fée carabine

Mon tome préféré. Il allie à la perfection tension, humour, développement de ses personnages... un excellent tome.

La Petite marchande de prose

Dans la veine du premier tome, ni plus ni moins, mais de fait un peu en deçà du livre qui le précède dans la chronologie de la série. Et j’avouerais que la fin quasi-magique (quoique la magie fasse quelque part partie de la diégèse, entre les rêves prémonitoires du Petit, les astres de Thérèse et les crises d’épilepsies révélatrices de Julius, qui, à aucun moment, ne sont erronés) soit un peu de trop. Il y a des choses que j’arrive à tolérer, mais le miracle de la conscience de la conclusion est un peu de trop pour moi.

Monsieur Malaussène

Du même niveau que le premier et le troisième tomes, ni plus ni moins. Une expérience constante mais pas déplaisante, donc.

Des Chrétiens et des Maures

Un roman extrêmement court, qui fait plus l’effet d’un épisode filler que d’une réelle nouvelle aventure pour les personnages, mais qui est bien construite, drôle, et développe un personnage qui jusque là était resté plutôt stagnant.

Aux fruits de la passion

Une conclusion fort chouette et super amusante, qui, comme je l’ai dit plus haut, tourne en dérision le schéma narratif des tomes précédents. L’intrigue est un peu mollassonne, mais c’est une conclusion tout en douceur qui est singulièrement appréciable dans la série.




Breeeeef.

En conclusion : je recommande chaudement la saga Malaussène (ainsi que les autres livres de Pennac, au passage, mais il faudra que je revienne dessus dans les fiches correspondantes). C’est bien écrit, c’est fun, les personnages sont chouettes. C’est top.

Épicétou.

_________________________________________________

One was a wayfaring knight on an endless, forbidden search.
Only the Abyss granted closure, if not reunion, with his beloved.
Fear not the Dark, my friend.
And let the feast begin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Saga] Saga Malaussène   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Saga] Saga Malaussène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Littérature contemporaine/générale-