Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Even dead things feel your love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sherryn


avatar


Messages : 340
Age : 31
Localisation : Suisse
Emploi/loisirs : Apprentie libraire


MessageSujet: Even dead things feel your love   Dim 10 Fév - 16:56

Even dead things feel your love
Mathieu Guibé



informations
TITRE D'ORIGINE : Even dead things feel your love
DATE DE PARUTION : février 2013.
NOMBRE DE PAGES : 276.
ÉDITION DE TON LIVRE : Éditions du chat noir.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel.
L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.
Y A-T-IL UNE SUITE ? -



© aurélie

Ton avis

LE LIVRE EN UN MOT : Gothique.
UNE NOTE SUR 10 : 8.
TON AVIS : N'étant pas une grande amatrice de bit-lit, j'entre souvent à reculons dans la littérature vampirique, à la mode ces dernières années. L'ombre de la bit-lit y plane trop souvent. Mais le récit de Mathieu Guibé n'a rien à voir avec de la bit-lit, et dès les premières pages, j'ai été conquise par son écriture extrêmement soignée. Il ne fait aucun doute que l'auteur s'est relu jusqu'à se saigner les yeux pour chasser toutes les fautes possibles. Certes, ce n'est pas exempt de maladresses, on remarque notamment des passages où trop de phrases longues s'enchaînent tandis que les retours à la ligne sont trop peu nombreux (provoquant des paragraphes interminables), ce qui rend parfois le texte un peu poussif. Néanmoins, la maîtrise du passé simple et la richesse du vocabulaire, soutenu et souvent poétique, sont absolument admirables et font de chaque phrase un délice de lecture.

L'auteur nous présente sa propre vision du vampire, une vision bien plus proche du mythe d'origine que ne l'est celle de la plupart des livres modernes. Lord Scarcewillow n'est pas un gentil vampire. Certes, il tombe amoureux d'une humaine, mais cela n'en fait pas un vampire végétarien tout mielleux pour autant. Tout au long du livre, il ne cesse jamais de tuer, de torturer, de se montrer sans pitié envers ses victimes. Les descriptions ne sombrent jamais dans le gore, mais elles n'épargnent pas non plus les détails. Le tout dans la plus grande sobriété mais avec un langage soigné, un mélange qui correspond parfaitement à l'époque classieuse où se déroule le roman.

L'Angleterre et la noblesse victoriennes sont une autre raison pour laquelle j'ai adoré ce livre. C'est original et exotique, et même temps on respecte pleinement l'ambiance Bram Stoker. De même, l'histoire d'amour est bien plus proche des grands classiques que de la littérature moderne, cette dernière nous présentant le plus souvent des histoires (hélas réalistes) à la "je t'aime je quitte je reviens bye bye je reviens encore". La romance entre Josiah et Abigale est à un autre niveau : profonde, exclusive, touchante à l'infini et à l'éternité. Certes, c'est une vision passéiste, mais qu'est-ce que ça fait rêver !

Le roman est divisé entre quatre parties qui chacune correspondent à une avancée significative de l'intrigue. Autrement dit, ça ne piétine pas, et c'est tant mieux. Durant la première partie, on peut être tenté de se dire que la romance est un poil trop aisée. C'est sans compter sur les retournements de situation cruels que l'auteur inflige à ses personnages. Rien ne leur est épargné, et les épreuves décidées à les séparer sont si absolues qu'on se surprend à espérer pour eux la moindre bribe de bonheur... tout en se doutant que ce ne sera jamais si simple. La facilité n'est pas de mise dans ce roman, y compris dans sa conclusion.

Even dead things feel your love est, à bien des égard, un roman bien différent de ce qui sort le plus souvent sur le marché à l'heure actuelle. J'ai envie de dire que c'est une vraie création d'auteur. Le style littéraire est excellent, le récit original et moderne tout en étant d'inspiration classique, et ça ne sombre pas dans la rallonge commerciale puisqu'il s'agit d'un volume unique. La romance est à la fois belle et tragique, les personnages sombres et torturés. Bref, cet ouvrage est une belle preuve que même de nos jours, c'est encore possible de proposer des œuvres remarquables, y compris sur le thème du vampire.

Je remercie les Éditions du Chat Noir de m'avoir fait découvrir ce superbe roman.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? Adultes ou jeunes adultes adeptes de romans gothiques du XIXème avec un goût de classique.





Dernière édition par Jacana le Dim 28 Fév - 20:19, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sherryn-lectures.skyrock.com
Chouquette


avatar


Messages : 1756
Age : 24
Localisation : Ardèche
Emploi/loisirs : Etudiante en L3 Droit


Vos papiers SVP
Crédits: Chouquette
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Even dead things feel your love   Ven 5 Avr - 19:39

UNE NOTE SUR 10 : 10/10 ! Coup de cœur.  coeur
TON AVIS : Roman que j'ai connu grâce au blog de Méli, je n'avais qu'une hâte : me le procurer et le lire. C'est ainsi que le jour même de sa réception, je me suis attelée à sa lecture, une lecture qui ne me laisserait pas de marbre et qui deviendrait un coup de cœur.

Lord Josiah Eddington Scarcewillow, vampire de son état, décide de fuir Londres et ses dangers en retournant à la campagne dans le domaine familial où il n'avait plus mis les pieds depuis bien des années. Mais peu de temps après son arrivée, il fait une découverte bien étrange : deux jeunes hommes braconnent sur sa propriété et tentent d'abattre un pauvre renard qu'une jeune lady semble vouloir protéger à tout prix. Il ne le sait pas encore mais cette rencontre scellera son destin à jamais et le changera jusqu'au plus profond de lui-même.

Histoire d'amour tragique, beauté d'un roman fatal.

Si vous vous procurez ce livre en vous disant que vous allez y découvrir une quelconque romance ou un énième roman à l'eau de rose, je ne peux que vous déconseillez votre choix. Even dead things feel your love est un roman dur, sombre, tragique même qui vous raconte l'histoire d'un couple sur lequel la vie (et la mort) s'acharne.

Josiah Scarcewillow est un personnage torturé qui pense n'être qu'une coquille vide, un Enfant de la Nuit incapable de ressentir la moindre émotion humaine, un Nosferatu qui se complaît dans la luxure et le sang. Mais lorsqu'il va faire la connaissance de Lady Abigale Bellsfort, toutes ses certitudes vont voler en éclats. Il se découvrira homme, apprendra ce qu'est l'amour et souffrira de cela car rien n'est plus douloureux que d'aimer éternellement, même quand on est un vampire.

Mathieu Guibé brise tous les codes de la bit-lit « traditionnelle » à travers un conte vampirique et romantique sombre et profond. Il vous emmène dans l'Angleterre du XIXe siècle, celle de la première exposition universelle à Londres, vous transporte à Hyde Park en compagnie d'Abigale et Josiah et vous fait vivre leur histoire d'une façon à la fois poétique et enchanteresse. Quand vous ouvrez ce roman, vous ne le refermez plus jusqu'à la fin et vous êtes submergé par les émotions et sentiments qui se succèdent.

Mais les pages se tournent, le bonheur laisse place au malheur puis au désespoir. Et quand enfin l'espoir revient, il n'est là que pour une courte durée pour finir sur une note à la fois tragique et magnifique. Ce roman vous transcende l'âme, vous fait éprouver ce que vous pensiez peut être ne jamais éprouver. du moins, pas tout cela à la fois : solitude, amertume, chagrin, amour, bonheur, espoir et désespoir.

Un roman à la profondeur psychologique parfois déroutante.

Ce roman est une œuvre très riche psychologiquement parlant. En effet, s'il n'y a que peu de personnages, chacun d'eux est très développé d'un point de vue psychologique et Mathieu Guibé nous montre à travers cela tout son talent. Du vampire solitaire au majordome dévoué en passant par la femme amoureuse, ce livre fait plus que vous conter la souffrance d'un vampire.

Racontée tel un journal intime, cette histoire qui se déroule sur deux siècles vous fait naviguer sur des eaux tumultueuses, sur des sentiments à la fois beaux et difficiles qui ne peuvent vous laisser indifférent. Ici, fini le gentil vampire qui ne brûle pas au soleil ou qui ne se nourrit pas de chair et de sang humains, l'auteur nous livre un vampire digne de Dracula mais un vampire qui est capable d'humanité et d'éprouver des émotions.

Rarement une lecture ne m'aura autant touchée et donné envie de verser des larmes pour le héros à qui il faudra deux siècles pour se rendre compte de sa propre nature mais aussi de ses propres erreurs. Il tombe, se relève avec beaucoup de difficultés mais se bat pour une cause qui est noble à ses yeux : retrouver l'amour de sa vie sans qui il a perdu toute envie de vivre. Et quand il perd cette envie, il retrouve ses vieux démons, essayant de se persuader qu'il n'est qu'un enfant du diable et qu'en étant comme cela, il oubliera plus facilement.

Ce roman ne ravira peut être pas tous les lecteurs (est-ce-qu'un roman le peut seulement ?) mais c'est un livre que je conseille vivement malgré tout. S'il lie intimement la mort et l'amour, comme dans toutes les grandes tragédies, c'est surtout un roman qui vous parle du fardeau d'un vampire condamné à souffrir pour l'éternité de la perte de la seule femme qu'il a aimée et qui l'a aimé malgré sa nature.

Un conte magnifique et bouleversant mais surtout une œuvre à part entière.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? À tout le monde !



_________________________________________________


No more feel, no more heal, no more light meets my eyes.
Is it night ? Is it day ? I'm alone, paralyzed.. ♪♫


Dernière édition par Jacana le Dim 28 Fév - 20:26, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://htpp://frozen-memories.1fr1.net
 

Even dead things feel your love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature imaginaire / futuriste :: Romans fantastiques/fantasy/Bit-lit-