Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La douce empoisonneuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tari


avatar


Messages : 211
Age : 24
Localisation : Alsace
Emploi/loisirs : Etudiante / lecture, musique


Vos papiers SVP
Crédits:
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: La douce empoisonneuse   Lun 18 Mar - 21:10

La douce empoisonneuse
Arto Paasilinna



informations
TITRE D'ORIGINE : Suloinen myrkynkeittäjä
DATE DE PARUTION : 2001 (pour la traduction française).
NOMBRE DE PAGES : 251.
ÉDITION DE TON LIVRE : Folio.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Une maisonnette rouge flanquée d'un petit sauna en bois gris, non loin d'Helsinki. Linnea, la douce veuve du colonel Ravaska, mène une existence paisible à soigner ses violettes et son chat. Pourtant chaque mois, le jour où elle touche sa pension, un trio maudit, conduit par son neveu, s'invite sous son toit pour la détrousser. Lorsque ses visiteurs ne se contentent plus de sa maigre pension de retraite et exigent un testament à leur avantage, c'en est trop. Elle est résolue à en finir. Comprenez : à se suicider. Mais, surprise, concocter un poison mortel se révèle une activité beaucoup plus passionnante que tricoter. Et les noirs desseins de Linnea, par une suite précipitée d’événements cocasses, se retournent en sa faveur, tandis que ses ennemis...
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



© aurélie

Ton avis
LE LIVRE EN UN MOT : Délicieusement immoral. (Oui, je sais, ça fait deux mots. ^^)
UN CITATION : « Il aurait été plus équitable, selon Kake, d'indexer la durée des peines pour crimes de sang sur le nombre d'années de vie qu'il restait au défunt. Autrement dit, si l'on mettait fin aux jours d'un bébé qui aurait pu vivre encore soixante-dix ans, une condamnation à dix ans de taule, si ce n'est plus, paraissait raisonnable. Si on zigouillait un vieux birbe, par contre, une amende aurait dû suffire, car le dommage n'était pas bien grand. »
UNE NOTE SUR 10 : 7.5.
TON AVIS : La vieille colonelle Linnea Ravaska pourrait couler des jours heureux dans sa petite métairie de la campagne finlandaise. Oui mais, c'est sans compter Kake, son neveu, un bon à rien alcoolique et fainéant qui, chaque mois, vient lui extorquer sa pension de retraite en compagnie de ses deux acolytes, Jari et Pera. Lorsque lors d'une de leurs visites mensuelles à "tantine" Kake et ses camarades de beuverie, après avoir mis à sac la paisible métairie (ainsi qu'une bonne partie de la campagne alentour dans la foulée), exigent de la colonelle qu'elle signe un testament en leur faveur, Linnea décide d'agir. Cachée dans l'appartement d'un ancien amant en ville, elle se consacre à la préparation d'un poison mortel, afin de mettre elle-même fin à ses jours si la situation l'exige. Et c'est là que les péripéties commencent. Par un enchaînement de coïncidences et de hasards, les projets de Linnea vont tourner bien autrement que ce qu'elle avait imaginé...

C'est drôle, plein d'humour noir et de propos volontairement immoraux et provocateurs, à prendre au second degré évidemment. Une satire du décalage des rapports entre générations, de la haine et du désir de vengeance. Arto Paasilinna réussit à nous faire rire de sujets graves grâce à sa maîtrise du burlesque et du comique de situation. Un coup de maître.

Certes, les péripéties ne sont que peu, voire pas du tout, vraisemblables, les situations de hasard fortuites sont trop énormes pour être crédibles, et tout est prévisible d'avance, mais qu'importe. On s'attache follement à la colonelle, personnage qui apparaît comme victime au départ, mais qui petit à petit prend le contrôle des événements (pas forcément volontairement !), on la soutient et on l'encourage dans ses projets, bien qu'immoraux (il s'agit tout de même de poison, et de mort !), et à chaque fois qu'une sentence est infligée à l'un de ses tortionnaires, on éprouve le même soulagement qu'elle de se voir enfin débarrassés des "méchants".

Il y a quand même un reproche à faire, je trouve. Le roman est long à démarrer, il ne devient intéressant qu'à partir du moment où Linnea commence à préparer son poison, ce qui n'arrive qu'aux alentours de la page 100. Sur 250 pages au total, ça fait quand même 40% du livre, un peu long pour un démarrage.

C'était ma première lecture d'Arto Paasilinna, cet auteur dont la réputation n'est plus à faire. La douce empoisonneuse ne se placera pas parmi mes meilleures lectures. Je ne sais même pas si je lirai d'autres romans du même auteur. Mais j'ai quand même passé un agréable moment en compagnie de ces personnages.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? Tous ceux qui veulent passer un bon moment de lecture.




_________________________________________________

"You know you've read a good book when you turn the last page and feel a little as if you have lost a friend"
"You can't buy happiness, but you can buy books and it's kind of the same thing"



Dernière édition par L'erreur sociale le Mer 6 Mai - 21:11, édité 1 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://i-read-therefore-i-am.blogspot.fr/
 

La douce empoisonneuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Littérature contemporaine/générale-