Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journal d'un Enlèvement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacana


avatar


Messages : 4069
Age : 26
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Journal d'un Enlèvement   Ven 24 Jan - 21:05

Journal d’un Enlèvement
Gabriel García Márquez



informations
TITRE D'ORIGINE : Noticia de un Secuestro.
DATE DE PARUTION : 1999.
NOMBRE DE PAGES : 317.
ÉDITION DE TON LIVRE : Le Livre de Poche.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Entre août 1990 et juin 1991, le « Cartel de Medellin » fait enlever et séquestrer huit journalistes colombiens. Son but : empêcher l’extradition de plusieurs narco-trafiquants vers les États-Unis. Le drame se dénouera avec la reddition du chef du Cartel, mais deux otages – deux femmes – auront été abattus. C’est cette histoire d’un affrontement décisif entre un gouvernement démocratique et la mafia la plus puissante de ce temps, véritable État dans l’État, qu’a choisi de conter le romancier de Cent Ans de solitude, prix Nobel de littérature en 1982. S’appuyant sur les témoignages des protagonistes – en particulier une femme, Maruja Pachon, et son mari, Alberto Villamizar, dont le rôle sera décisif – le grand romancier du « réalisme magique » dépeint ici une réalité qui, pour une fois, dépasse la fiction. Les otages et leurs familles, les policiers, les tueurs et les hommes de main, le Président et ses conseillers, les journalistes jouent tour à tour ou simultanément leur rôle dans une négociation difficile, à l’issue incertaine, donnant à cette chronique de morts conjurées la tension haletante d’un thriller.
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : Le livre nous présente la prise d’otage de huit journalistes par le Cartel de Medellin, en Colombie. Nous plongeons dans la vie quotidienne de ces huit personnes jusqu’à la fin de leur séquestration, qui arrivent au compte-gouttes au fil des négociations entre les hommes de main d’Escobar et le gouvernement colombien. Nous découvrons leur nouveau monde respectif, qui se résumera pour la plupart à une simple pièce, sous escorte continuelle et avec de nombreuses contraintes. Certains seront agencés en groupes de deux ou trois et ne seront donc pas seuls face à leurs gardiens, d’autres n’auront pas cette chance. Leur seul espoir et contact indirect avec le monde extérieur se fera via la presse ou des émissions télévisées, grâce auxquelles leurs proches pourront leur envoyer leur soutien, jusqu’au dernier moment. Parmi les huit journalistes, deux n’auront pas la chance de retrouver leur liberté et seront finalement tué par le Cartel, les six autres seront libérés après de nombreux mois de captivité.
LE LIVRE EN UN MOT : Captivité.
UNE CITATION : J’ai lu le livre en espagnol, alors je n’ai qu’une citation en espagnol : « De todos modos, ver aquel programa en el cautivero era como estar muertos y ver la vida desde el orto mundo sin participar en ella y sin que los vivos lo supieran. »
UNE NOTE SUR 10 : 8/10.
TON AVIS : Cette histoire est incroyablement touchante et c'est ce que j'ai particulièrement apprécié. Personnellement, je ne connaissais que très peu la situation en Colombie à l’époque d’Escobar et je n’avais jamais entendu parler de ces enlèvements. En lisant un tel récit, il est tout bonnement impossible de ne pas s’attacher aux protagonistes et on ressent immanquablement une certaine gêne de rentrer de la sorte dans la vie de personnes qui ont réellement existé et de les accompagner dans leurs tourments jusqu’à leur dernier souffle ou leur libération. Je pense que le fait que je ne connaissais pas leur existence avant de lire ce livre est la chose qui m’a gênée le plus ; ce récit n’est pas juste une histoire comme une autre… Ce n’est pas une fiction, c’est la réalité ! Et c’est là la force de cette histoire : la volonté des survivants de se rappeler de leurs amis décédés, leur désir de dénoncer leurs bourreaux et les conditions de vie dans lesquelles ils ont été plongés, impuissants, pendant de nombreux mois, leur besoin de pouvoir finalement apporter la lumière sur tout ce qui s’est réellement passé, après de nombreux mensonges pour protéger leurs amis encore captifs, sans oublier les récits de toutes les personnes qui ont participé aux négociations de libération des victimes et qui ont envie de faire savoir le rôle qu’ils ont joué dans cette affaire. Tout cela est d’une sincérité troublante, que j’ai particulièrement appréciée.

Le seul petit problème de cette histoire est qu’elle compte au final tellement de personnes impliquées que certains passages sont vraiment flous. Il est en effet quelques fois un peu difficile de suivre les situations qui se passent surtout en dehors des lieux de séquestration, car il y a vraiment beaucoup trop de personnes qu’on ne connaît pas et qui n’apparaissent que quelques instants dans le livre. De plus, les noms sont aussi assez compliqués, quelquefois des surnoms sont utilisés ou uniquement le nom de famille, ce qui n’est pas très clair vu le nombre de personnages et certains noms se ressemblent tellement (notamment avec deux des journalistes enlevées au même endroit : Maruja et Marina) qu’il est aussi parfois difficile de savoir de qui on parle. Si ce livre avait été une fiction, j’aurais conseillé à l’auteur de choisir des noms plus distincts… Bien sûr, vu qu’il ne s’agit pas d’une fiction, il est normal de garder les vrais noms des personnes impliquées dans l’histoire, mais il est vrai que la compréhension de l’histoire en est quelquefois malheureusement un peu affectée.

Je trouve que le début du livre est un peu trop basé sur les comptes rendus que les protagonistes ont fait à l’auteur, et de ce fait, le premier tiers du livre n’est presque qu’une description des faits, un peu trop longue à mon goût et assez impersonnelle. Mais les premiers chapitres passés, l’histoire se centre davantage sur les journalistes séquestrés, avec plus de dialogues et plus de ressentis personnels, qui nous permettent vraiment de vivre le calvaire de la captivité à leurs côtés, de les comprendre et pour finir de souhaiter autant qu’eux leur libération ou leur mort, peu importe tant que leur enfer se termine…
À QUI LE CONSEILLES-TU ? À tous ceux qui souhaitent découvrir la vérité qui se cache derrière les enlèvements des huit journalistes colombiens au temps d’Escobar. Pour ceux qui souhaitent découvrir les réalités de ce pays ou qui veulent une vision réaliste de ce que peuvent vivre des otages pendant leur séquestration. Je dirais 16 ans et plus pour apprécier pleinement le côté un peu historique du livre.





Dernière édition par Jacana le Ven 8 Avr - 11:26, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Journal d'un Enlèvement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Romans biographiques/témoignages/réalistes-