Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Saga] Daniel Duval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacana


avatar


Messages : 4128
Age : 26
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: [Saga] Daniel Duval   Lun 23 Juin - 21:21

Daniel Duval
Jacques Côté

image

Nébulosité Croissante en Fin de Journée (#1)
Juin 1976…
Alors qu’une terrible canicule s’abat sur tout le Québec, les jeux Olympiques de Montréal se profilent à l’horizon. Mais à Sainte-Foy, en banlieue de la vieille capitale, H se soucie peu de la chaleur et des jeux. À peine sorti de prison, il perd le nouvel emploi qui était censé consacrer sa réinsertion sociale. Des gens devront payer pour ce nouvel échec !
Daniel Duval, lui, est enquêteur à la Sûreté du Québec. À son retour d’un marathon, il fait face à un cas difficile : un psychopathe s’amuse à canarder des automobilistes sur le boulevard Duplessis. En compagnie de son coéquipier, Louis Harel, il tente désespérément de mettre la main au collet du tireur fou afin d’éviter d’autres meurtres gratuits.
Or, les deux policiers ne connaissent pas la passion morbide de H pour la démolition automobile… ni sa ferme intention de se payer la peau d’un flic !
image

Le Rouge Idéal (#2)
Octobre 1979…
À Québec, une série d’événements sème la terreur : un message sanglant a été écrit sur un mur des corridors souterrains de l’Université Laval ; une chienne a été horriblement mutilée ; une main a été découverte plantée sur un piquet de clôture du collège Jésus-Marie avec, enroulé autour d’un doigt, un bout de papier portant les mots « Mes amours décomposés ».
Daniel Duval, lieutenant à la Sûreté du Québec, mène l’enquête, aidé, pour la première fois depuis l’affaire Hurtubise, de son coéquipier Louis Harel,
spoiler:
 
Mais pendant que les enquêteurs suivent toutes les pistes imaginables et que les experts du Laboratoire de sciences judiciaires tentent de faire parler le moindre indice, le meurtre sordide d’une jeune femme dans le cimetière de Sillery confirme leur pire craint : un tueur fou est en liberté dans la ville… et tout porte à croire qu’il est engagé dans une terrible spirale de violence !
image

La Rive Noire (#3)
Mai 1980...
Le lieutenant Duval et son équipe se voient confier une tâche difficile : trouver qui a empoisonné Florence, l'épouse bien connue de Charles Marquis, un riche entrepreneur qui vise la mairie de Québec. Or, ce n'est qu'à la suite de l'exhumation du corps et des analyses du chimiste-toxicologue - le décès remonte à octobre 1979 - que l'on a appris que ce n'est pas le cancer ou les traitements de chimiothérapie qui ont achevé - et fait terriblement souffrir ! - cette femme que tous considéraient comme une sainte.
Alors que l'enquête progresse, Duval voit la liste des suspects s'allonger. Bien sûr, l'important héritage s'avère un mobile incontournable ; le fait que Florence avait entrepris secrètement des démarches de divorce ne doit pas être négligé non plus. Mais quand Duval apprend que Charles avait « découvert » son homosexualité il y a quelques années et qu'il entretient toujours une relation mouvementée avec un jeune éphèbe, il comprend que son enquête va prendre une direction à laquelle il ne s'attendait vraiment pas !
image

Le Chemin des Brumes (#4)
Juillet 1981…
Pendant que Daniel Duval et son collègue Louis Harel participent aux Jeux mondiaux des policiers à Mexico, Gilles Hébert part en vacances avec ses petits-fils Sébastien, six ans, et Vincent, treize ans. Le vieil homme étrenne sa nouvelle roulotte et il a la ferme intention de trouver un site enchanteur en pleine nature sauvage. Si les Jeux se terminent bien pour les deux policiers, il n’en va pas de même pour le voyage des campeurs…
De retour au boulot le lundi matin, Duval et son équipe sont affectés à la disparition de la famille Hébert. Duval déteste ces cas – il sait bien que, une fois les vingt-quatre premières heures passées, chaque minute perdue représente un espoir de moins de retrouver des survivants. Or, tout ce qu’il a pour entamer les recherches, c’est une photo de la roulotte… et pas la moindre idée de la destination de Gilles Hébert !
Alors que les enquêteurs tentent par tous les moyens de localiser la roulotte et que la mère se ronge les sangs, le jeune Vincent, lui, vit un cauchemar : perdu au cœur du parc des Laurentides, il doit fuir un désaxé qui le traque comme une bête…


informations
TITRE D'ORIGINE : / (Note: la saga n'a pas de nom officiel, mais j'ai trouvé plusieurs fois le nom du héros pour s'y référer, à savoir "saga de Daniel Duval")
DATE DE PARUTION : 2000
ÉDITION DE LA SAGA : Alire
RÉSUMÉ DE LA SAGA : Juin 1976…
Alors qu’une terrible canicule s’abat sur tout le Québec, les jeux Olympiques de Montréal se profilent à l’horizon. Mais à Sainte-Foy, en banlieue de la vieille capitale, H se soucie peu de la chaleur et des jeux. À peine sorti de prison, il perd le nouvel emploi qui était censé consacrer sa réinsertion sociale. Des gens devront payer pour ce nouvel échec !
Daniel Duval, lui, est enquêteur à la Sûreté du Québec. À son retour d’un marathon, il fait face à un cas difficile : un psychopathe s’amuse à canarder des automobilistes sur le boulevard Duplessis. En compagnie de son coéquipier, Louis Harel, il tente désespérément de mettre la main au collet du tireur fou afin d’éviter d’autres meurtres gratuits.
Or, les deux policiers ne connaissent pas la passion morbide de H pour la démolition automobile… ni sa ferme intention de se payer la peau d’un flic !

NOMBRE DE TOMES : 4
EST-ELLE TERMINÉE ? Officiellement oui. (Mais un cinquième tome pourrait faire son apparition…)



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : /
LA SAGA EN UN MOT : Québec.
UNE CITATION : « C’était ça, Louis, le gros macho plein de paradoxes, tendre et dur, bourru et sympathique, que l’on avait acculé au pied du mur au point qu’il s’était senti obligé de prouver à tous qu’il avait encore de la valeur. »
« On vit un gros plan de Hurtubise. Il avait l’air aussi expressif qu’un bulbe de printemps qui n’a pas levé. » Pour le côté humoristique des descriptions que j’affectionne beaucoup.
UNE NOTE SUR 10 : 9/10
TON AVIS :
Les quatre tomes de la série mettant en scène le personnage de Daniel Duval sont bien différents les uns des autres, je reviendrai d’ailleurs un peu plus en détail sur chaque tome séparément, mais je souhaite commencer par parler des éléments qui se retrouvent tout au long de cette saga et qui font selon moi sa force.

Tout d’abord, j’apprécie beaucoup les romans policiers qui se passent avant la découverte de tous les procédés ultramodernes de recherches et d’analyses qui existent de nos jours et qui facilitent drôlement le travail des enquêteurs. Or, cette saga se passe dans les années 80, à un moment où les systèmes de communication sont encore très limités et où les enquêteurs doivent se creuser les méninges pour identifier le criminel grâce aux indices qu’ils dénichent. Bien sûr, de nos jours, de telles enquêtes seraient probablement résolues en deux temps trois mouvements : quelques clics sur Internet, une analyse ADN, trois coups de fil et basta. Ce n’est donc pas le cas ici, nous avançons pas à pas avec les enquêteurs et les moyens dont ils disposent. J’adore ces romans policiers un peu « old school », donc autant dire que cette saga m’a particulièrement plu.

Un autre élément qui fait la force de ces livres, c’est la complicité entre les deux personnages principaux, qui sont pourtant bien différents. Il y a d’un côté Daniel Duval, grand sportif, père de famille, qui aime son travail et qui ne fait pas de frasque ; et de l’autre Louis Harel, dit le Gros, toujours en train de raconter des blagues (souvent en dessous de la ceinture), misogyne et bon vivant, qui commet quelques fois des erreurs à cause de son impulsivité. Louis peut sembler être un peu « lourd » au début, mais il a aussi un grand cœur et on s’y attache très vite. Autant dire que lorsque les deux enquêteurs sont réunis sur une affaire, on ne s’ennuie pas ! Leur duo est étonnant (et détonnant) à la Laurel et Hardy, qui se comporte parfois comme un vieux couple et qui se lance régulièrement des petites piques.

Un dernier point qui m’a beaucoup plu lors de cette lecture, c’est tout simplement la découverte du Québec, autant grâce aux descriptions des environs qu’au travers de l’écriture, qui nous offre un témoignage fidèle du parler québécois et du quotidien de la province. J’ai aimé ce premier contact avec la littérature québécoise et je serai ravie de découvrir d’autres auteurs. Et dans un autre registre, je rêve d’aller visiter le Québec un jour, mais en attendant de pouvoir y aller, c’est la littérature qui m’y emmènera.

Tome 1 : J’aimerais préciser que j’ai commencé la saga par le tome 2 (qui peut se lire avant le tome 1 sans difficulté, bien que certains éléments logiques demandent une lecture dans l’ordre). J’ai d’ailleurs un tout petit peu moins apprécié le tome 1 que le 2… Peut-être que je n’aurais pas croché sur cette saga si j’avais commencé dans l’ordre. C’est assez difficile à dire une fois le 2 déjà lu. Donc un conseil si vous les lisez dans l’ordre (ce que je recommande quand même) : n’abandonnez pas ! La suite va sans aucun doute vous surprendre !

Une des raisons qui fait que j’ai un peu moins apprécié ce tome est la narration centrée sur le tueur : nous nous retrouvons dans sa tête et avons donc une certaine avance sur l’enquêteur.

Par moments, j’ai eu l’impression d’être le tueur, de le suivre et d’avoir un coup d’avance sur Daniel, ce qui était plutôt intéressant. À d’autres moments, j’ai moins aimé cette dualité, qui donnait naissance à une certaine lenteur dans ma lecture (l’impression de vivre deux fois la même situation). Cependant, je précise que ce type de narration n’est présent que dans le tome 1.

Pour parler de l’histoire en tant que telle, elle est bien cousue et j’ai trouvé très intéressant d’appréhender le quotidien d’un homme dérangé et dérangeant. Le vocabulaire très familier utilisé lorsque le meurtrier s’exprime est par contre difficile à saisir quelquefois pour un non-initié, mais ce n’est pas pour autant que je n’ai pas apprécié. La présence de quelques pointes d’humour dans les lignes de narration est, quant à elle, absolument géniale et j’ai souri à de nombreuses reprises. J’ai d’ailleurs noté de nombreuses répliques tellement je les ai trouvées drôles et bien envoyées.

Tome 2 : Nous retrouvons Daniel et Louis à la recherche d’un tueur en série aux manières très étranges. La vie privée des personnages principaux évolue petit à petit, ce qui est très agréable à lire.

L’enquête en elle-même est vraiment passionnante, les descriptions sont très réalistes et le rythme est beaucoup plus dynamique que dans le premier tome, on ne s’ennuie pas un seul instant.

L’ambiance du Rouge idéal est assez glauque (mais ce n'est pas pour me déplaire !) et un certain professeur de philosophie controversé ne va qu’accentuer ce sentiment. Les indices font avancer l’enquête à son rythme et de nombreuses pistes sont exploitées.

La fin tombe un petit peu trop abruptement à mon goût, mais toute la phase de dénouement est très intéressante et des plus passionnantes.

Tome 3 : Ce tome 3 nous offre une nouvelle fois un genre un petit peu différent. L’auteur a vraiment su varier les thèmes, les dénouements, les chutes et les perceptions de manière très satisfaisante.

Dans La Rive noire, une histoire de famille est déterrée. Daniel va infiltrer les quartiers homosexuels de Québec.

La chute est encore une fois bien différente de celles des deux premiers tomes ce qui est appréciable ! J’ai également beaucoup aimé l’aperçu de la vie homosexuelle à une époque où cela n’était pas bien perçu du tout. Je pense par contre qu’il me faudrait relire ce livre pour l’apprécier pleinement, car je pense qu’il me manquait une certaine quantité d’informations générales aussi bien sur l’époque que sur les thèmes abordés pour me sentir pleinement emportée dans l’histoire.

Tome 4 : Le Chemin des Brumes se découpe en deux volets de narration ; les chapitres alternent d’un côté le départ en vacances de la famille Hébert, qui se re en forêt et de l’autre le travail des enquêteurs, d’abord au Mexique pour les J.O. de la police puis dans leurs recherches pour retrouver ladite famille Hébert. J’ai beaucoup aimé ce livre, les passages mettant en scène Vincent, qui tente de fuir un homme qui le pourchasse, sont vraiment passionnants. Par contre, j’ai trouvé une certaine lenteur et quelques passages légèrement inutiles... Tout ce qui se passe aux J.O. ne sert pas vraiment à faire avancer l’histoire. Même si ce n’est pas à proprement dit désagréable à lire, puisqu’on en apprend davantage sur les personnages principaux, j'ai trouvé ces passages un peu trop longs par rapport à l’importance qu’ils apportent à l’histoire.

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment avec cette saga. C’est vrai que certains passages sont peut-être un peu longs. Toutefois, cela ne m’a pas trop dérangée vu que la plupart concernent des descriptions de paysages d’un lieu que je ne connais pas (Québec surtout) ou de la façon d’y vivre à l’époque (situation politique quant à la séparation, façon dont la communauté gaie y est perçue [tome 3]...) Certes, ceux qui connaissent davantage tout cela ou qui n’y sont pas sensibles risquent de trouver certains passages vraiment longs...

Je crois malgré tout que dans la plupart des cas, la trame est bien équilibrée entre passages descriptifs, actions, enquête, etc. De plus, j’ai adoré ne pas retrouver le même schéma d’histoire à chaque tome, les narrations changent, la chute est complètement différente et les enquêtes elles-mêmes sont variées. Je vous recommande vivement de lire cette saga et de découvrir l’auteur. J’attends avec impatience le tome 5 d’ailleurs et je pense commencer prochainement son autre saga Les Cahiers noirs de l’aliéniste.

À QUI LA CONSEILLES-TU ? Je la conseille à tous ceux qui aiment les polars d’une époque où Internet et les analyses ADN n’étaient pas encore connus et où les enquêtes doivent donc être menées « à la old school ». Je le conseille également à tous ceux qui n’ont encore jamais lu un ouvrage d’un auteur québécois.



Dernière édition par Jacana le Jeu 22 Sep - 21:12, édité 5 fois (Raison : CPA)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LaraEmilie


avatar


Messages : 1654
Age : 26
Localisation : CH
Emploi/loisirs : ACO, étudiante


MessageSujet: Re: [Saga] Daniel Duval   Jeu 22 Sep - 20:12

Voici ma chronique pour le premier tome (je n'ai pas encore lu la suite, mais ça va venir !)


Et c’est parti pour LA saga policière québécoise à ne pas manquer ! Daniel Duval, enquêteur à la Sûreté du Québec et coureur marathonien chevronné se lance sur la piste d’un jeune fou qui a une véritable passion pour les accidents de voiture ; H est tout juste sorti de prison, mais tout va mal pour lui. Heureusement, il est intelligent et a tout prévu pour se venger.
La grande force du roman, ce sont ses personnages, auxquels il est impossible de ne pas s’attacher. Les scènes tournant autour de l’enquête dominent, mais les petits aperçus que Jacques Côté nous donne de la vie privée des personnages les rendent plus humains. La passion de Daniel pour la course à pied renforce aussi sans doute cette idée. Il ne vit pas que pour son travail. Les personnages ne sont pas des super héros à qui rien ne résiste ; ils font aussi des erreurs et des mauvais choix, et ils n’en paraissent que plus réalistes. On s’attendrait presque à les croiser dans la rue !
Le récit retrace principalement l’enquête menée par Daniel et son coéquipier, Louis Harel, mais certains chapitres sont racontés du point de vue de H, le criminel qu’ils poursuivent. Vous vous demandez sans doute si je ne suis pas en train de gâcher le suspense. Je vous rassure tout de suite, ce n’est pas le cas. C’est quelque chose que les lecteurs découvrent très rapidement, et ce n’est pas l’identité du criminel qui crée le suspense.
Je pense en réalité que le fait de savoir qui est responsable dès le début est un très bon moyen de créer une attente chez le lecteur. Je m’explique : de courts chapitres nous plongent dans la tête de H. Il apparaît clairement qu’il est dérangé, mais il a tout de même un côté humain auquel il est difficile de rester indifférent. Il est certes violent et dangereux, mais la chance n’a jamais été de son côté et il presque impossible de le détester tout à fait. Tout en espérant qu’il soit arrêté, je me suis prise à éprouver une sorte de compassion pour lui, à certains moments… jusqu’à ce que l’enchaînement de décisions qu’il prend me fasse changer d’avis. Quoi qu’il en soit, on se demande à chaque page comment toute cette histoire va se terminer.
L’intrigue en elle-même m’a beaucoup plu. Il y a un côté « vintage » à lire une histoire qui se passe en 1976, sans que les nouvelles technologies ne soient omniprésentes. On se concentre sur le facteur humain plus que sur les machines, et j’ai trouvé qu’il était très agréable de suivre une vraie enquête de terrain, où on a l’impression que le policier a réellement une influence sur l’issue de l’enquête.
Le milieu dans lequel évoluent les personnages est intéressant, et la manière de commettre les crimes plutôt originale. On se retrouve plongé dans le monde des voitures et de courses automobiles un peu particulières et, même si ce n’est pas un sujet que vous trouvez particulièrement intéressant, vous ne pourrez pas vous empêcher de trouver cet univers fascinant.
À bientôt pour la suite de la saga !

_________________________________________________

Anciennement connue sous le pseudonyme de Lolly

___________

Imagine all the people, living life in peace.


Dernière édition par Goblinlaya le Ven 23 Sep - 8:37, édité 1 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitun-livre.blogspot.com
 

[Saga] Daniel Duval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature noire / à suspense :: Romans policiers/thrillers/horreur-