Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tours et Détours de la Vilaine Fille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacana


avatar


Messages : 3954
Age : 26
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Tours et Détours de la Vilaine Fille   Dim 8 Fév - 1:24

Tours et Détours de la Vilaine Fille
Mario Vargas Llosa



informations
TITRE D'ORIGINE : Travesuras de la Niña Mala
DATE DE PARUTION : 2008
NOMBRE DE PAGES : 417
ÉDITION DE TON LIVRE : Gallimard
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Que de tours et de malices chez cette « vilaine fille », toujours et tant aimée par son ami Ricardo, le « bon garçon ». Ils se rencontrent pour la première fois au début des années cinquante, en pleine adolescence, dans l’un des quartiers les plus huppés de Lima, Miraflores. Joyeux, inconscients, ils font partie d’une jeunesse dorée qui se passionne pour les rythmes du mambo et ne connaît d’autre souci que les chagrins d’amour. Rien ne laissait alors deviner que celle qu’on appelait à Miraflores « la petite Chilienne » allait devenir, quelques années plus tard, une farouche guérillera dans la Cuba de Castro, puis l’épouse d’un diplomate dans le Paris des existentialistes, ou encore une richissime aristocrate dans le « swinging London ». D’une époque, d’un pays à l’autre, Ricardo la suit et la poursuit, comme le plus obscur objet de son désir. Et chaque fois, il ne la retrouve que pour la perdre. Et, bien entendu, ne la perd que pour mieux la rechercher.
Il n’est jamais facile d’écrire l’histoire d’une obsession. Mais la difficulté est encore plus grande quand il s’agit d’une obsession amoureuse et quand l’histoire que l’on raconte est celle d’une passion. Mario Vargas Llosa avait déjà affronté ce défi par le passé dans « La tante Julia et le scribouillard » (1980), l’un de ses romans les plus populaires. Et voici qu’il le relève encore vingt-cinq ans plus tard et nous offre ce cadeau inattendu : une superbe tragi-comédie ou éros et thanatos finissent par dessiner une autre Carte de Tendre entre Lima, Paris, Londres et Madrid. Car « Tours et détours de la vilaine fille » est bien cela : la géographie moderne d’un amour fou.
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : Je trouve la quatrième de couverture très mauvaise en fait… En même temps elle en dit trop et pas assez, je ne comprends pas du tout ce choix, qui ne rend absolument pas hommage à l'incroyable histoire qui s'en suit! (Bon, après, il résume ce qui se passe, mais en le relisant maintenant, j'ai été surprise de la platitude de ce résumé...)
LE LIVRE EN UN MOT : Obsession
UNE CITATION : « Bien qu'on dise que seuls les imbéciles sont heureux, j'avoue que je me sentais heureux. Partager mes jours et mes nuits avec la vilaine fille remplissait ma vie. Malgré ses gestes tendres, en comparaison de son attitude glaciale d'autrefois, elle était parvenue, en effet, à me faire vivre dans l'inquiétude, avec l'appréhension qu'un beau jour, et de la façon la plus inattendue, elle recommencerait et s'évanouirait dans la nature sans me dire adieu. »
UNE NOTE SUR 10 : 9
TON AVIS : Ce livre est dans ma PAL depuis un petit moment, mais c'est le challenge "prix littéraire" m'a encouragé à me lancer. J'avais choisi les prix Nobel de littérature et Mario Vargas Llosa l'ayant reçu le prix Nobel en 2010, je me suis lancée avec quelques appréhensions. Je n'aurais pas dû! Ce livre n'est ni pompeux, ni ennuyeux, ni rien, ce livre est tout bonnement incroyable!

Déjà, plusieurs genres se mêlent pour former une histoire très rythmée et pleine de rebondissements. Au premier plan, se trouve l’histoire d’amour entre « la vilaine fille » et Ricardo, le « bon garçon », mais ce n’est pas un amour banal, non, bien au contraire, Mario Vargas Llosa nous montre ici l’amour passionnel poussé à l’extrême, l’amour destructeur. A l’inverse de nombreuses amourettes romanesques, ce n’est pas la fille qui recherche désespérément l’attention et l’amour de son cher et tendre, mais Ricardo, le « bon garçon » qui fera tout son possible pour se faire aimer de sa dulcinée, qui pourtant ne le lui rend pas. Au second plan, certains éléments historiques viennent donner du relief à la vie mouvementée des deux protagonistes, que nous suivons tout de même sur plus d’une quarantaine d’années ! De la décision de la « vilaine fille » de rejoindre la guérilla à Cuba, à la vie dorée du « bon garçon » lorsqu’il s’installe à Paris en passant par de nombreux séjours à Londres, Tokyo, Lima, nous suivons leurs aventures d’un pays à l’autre et vieillissons avec eux. De nombreux thèmes en relation avec l’histoire sont évoqués, tels la révolution cubaine et ses liens avec le Pérou, la Belle Époque, la période hippie principalement en Angleterre, les prémisses du SIDA, alors que l’on ne savait pas encore ce que c’était… Tous ces éléments sont particulièrement intéressants et n’alourdissent en rien le récit, au contraire, ce sont eux qui donnent du piment et de la cohérence à l’histoire. Au final, événements historiques, histoire d'amour, littérature, aventure et récit du quotidien s'entremêlent pour un résultat palpitant.

Entre les moments où les chemins des nos deux protagonistes se croisent, nous suivons le quotidien de Ricardo, traducteur-interprète, qui voyage dans toute l’Europe et fait de nombreuses rencontres. C’est pendant ces instants, lorsque nous sommes en tête-à-tête avec le « bon garçon » que l’on prend toute la mesure de son obsession et où on se rend pleinement compte de sa détresse. Il souffre de ne pas voir sa dulcinée, mais souffre tout autant quand il est à ses côtés : un cercle infernal duquel on s’imagine bien qu’il ne pourra ressortir indemne. Ces sentiments sont bien décrits et semblent si purs que, très vite, on ne peut lui tenir rigueur de sa passion dévorante, on comprend qu’il ne peut tout simplement pas vivre sans elle, même si sa vie en pâti…

J’ai beaucoup aimé cet amour impossible et destructeur, de voir jusqu’où un homme était capable d’aller pour une femme que, personnellement, j’ai eu très souvent envie d’étrangler au fil des pages ! Fugues, maladie, amants et tant d’autres… Comment peut-on sciemment faire autant de mal à un homme si bon, dont le seul défaut aura été de tomber follement amoureux de cette « vilaine fille », dont le surnom est bien en deçà de la réalité. Par moment on espère que Ricardo retrouve sa dulcinée et vive heureux avec elle, par moment on espère qu’il ne croise plus jamais sa route et puisse enfin panser ses plaies et se libérer de cette emprise. De nombreux sentiments contradictoires ont jailli en moi pendant cette lecture et à aucun moment je ne me suis ennuyée dans cette histoire d’amour hors du commun. (J’avoue toutefois qu’il faut quelques pages pour que le récit décolle, mais ces explications sont nécessaires pour cerner la psychologie des deux protagonistes, pour comprendre la relation si particulière qu’il y a entre eux.)

Un très bon livre sur une histoire d’amour hors du commun, qui aura consumé pendant plus de quarante ans l’homme que l’on peut qualifier de moins rancunier du monde. Tours et Détours de la Vilaine Fille ou quand amour est synonyme d’obsession et rime avec souffrance…
À QUI LE CONSEILLES-TU ? Dès 16 ans (quelques scènes osées). A tous ceux qui voudront découvrir l’amour destructeur et malsain dont souffre ce « bon garçon » à plus d’un titre !





Dernière édition par Enorah le Mer 15 Avr - 22:30, édité 1 fois (Raison : Corrigé par Enorah)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tours et Détours de la Vilaine Fille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Littérature contemporaine/générale-