Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ciels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'erreur sociale


avatar


Messages : 1958
Age : 22
Emploi/loisirs : Érudit de pacotille


Vos papiers SVP
Crédits: StingerJoe
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Ciels   Sam 4 Juil - 9:45

Ciels
Wajdi Mouawad



Les artworks de Lino, à l'origine des couvertures pour le Sang des promesses, sont à couper le souffle.

Le sang des promesses, T4.
[Tome précédent]

/!\ Recommandation : un ouvrage à lire sans rien savoir dessus. Innocemment. Surtout pour les lecteurs des autres tomes. L'expérience de la lecture première est beaucoup trop cruciale.

informations
TITRE D'ORIGINE : Ciels
DATE DE PARUTION : 2012.
PREMIÈRE REPRÉSENTATION : Non trouvée, probablement antérieure à la publication (la pièce ayant été créée en 2009).
NOMBRE DE PAGES : 144.
ÉDITION DE TON LIVRE : Actes Sud / Babel.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Isolée dans un lieu secret, l’équipe internationale de l’opération Socrate scrute le ciel et cherche à décrypter les messages invisibles que des terroristes y envoient. Quand l’un de ses membres se donne la mort pour des raisons obscures, ce ciel de toutes les voix et de toutes les nations s’obscurcit davantage : se pourrait-il que la beauté du monde enfante elle-même les démons de sa destruction, que L’Annonciation du Tintoret serve de motif à une tapisserie de l’horreur?

« Ciels est la dernière partie d’une tétralogie commencée avec Littoral, Incendies et Forêts. Il en est aussi le contrepoint. Ciels est un spectacle qui cherche à contredire, par le fond et par la forme, tout ce que Littoral, Incendies et Forêts tentent de défendre : l’importance de la mémoire, la recherche de sens, la quête d’infini. Ciels raconte comment, précisément, ce qui est défendu par Littoral, Incendies, Forêts peut perdre le monde. »
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



© aurélie

Ton avis
LA PIÈCE EN UN MOT : Incisive.
UNE CITATION : « Une nuit comme celle-ci, c'était avant la fin du siècle, je suis rentrée chez moi et j'ai tué en leur tirant une balle dans la tête mes trois filles, Emily, Sylvia et Clarisse, sang de mon sang, vérité de ma vérité, puis j'ai tué de deux balles dans la poitrine, leur père. J'ai assassiné mes enfants et cette vérité est tout entière liée aux battements de mon cœur, à mes impressions, mes sentiments, ma vie, mes amours, ma raison, mon être, à tout cela qui n'est pour toi que du détail ! »
Mention spéciale : « Tout homme qui tue un homme est un fils qui tue un fils
Nécessairement horrible nécessairement ;
Tout sang d'homme qui tache des mains d'homme
Nécessairement horrible nécessairement
Est le sang d'un fils qui tache les mains d'un fils ! »
UNE NOTE SUR 10 : 8.
TON AVIS : Aux antipodes des trois premières, Ciels est le revers de la pièce (hohoho). Là où le Sang des promesses montre l'ascension des enfants vis-à-vis de leurs parents, il s'agit là de la descente des parents vers leur descendance. Il s'agit là d'un récit d'adultes finis, tandis que les autres parlaient d'adolescents progressant. Un choc, vivace, aiguisé, la fine taillade d'un long couteau. Beaucoup moins glauque, beaucoup plus poignante, les larmes aux yeux à la toute fin, au dénouement qui marque la catastrophe, là où les autres marquaient la métamorphose (positive).

Je ne sais pas vraiment quoi dire sur Ciels. Je ne m'y attendais pas. Clairement pas. L'univers est différent. La pensée est différente. L'écriture est différente. La structure narrative est différente. Tous d'une précision, d'une inventivité, d'une beauté impressionnantes. On touche presque à la science-fiction. Les timelines multiples sont abandonnées au profit d'un récit linéaire qui ne perd pour autant pas sa complexité.
À QUI LA CONSEILLES-TU ? De même que Forêts. Tous. Lisez. Vraiment.




_________________________________________________

The spider hides all manner of rituals, certain to reveal nothing,
for true enlightenment need not be shared.


Dernière édition par Jacana le Mar 28 Juil - 19:33, édité 1 fois (Raison : [CPJ])
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacana


avatar


Messages : 4705
Age : 27
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: Ciels   Mer 7 Sep - 21:06

« La poésie et la beauté peuvent devenir destruction. »

Waouw, quelle claque en pleine face ! Je ne m’attendais vraiment pas à cela.

Comme l’a dit L’erreur sociale plus haut, je pense que c’est une très bonne idée de se lancer dans cette lecture innocemment, sans ne rien savoir avant, les yeux fermés ; et de se laisser guider dans cet univers si différent des trois autres pièces du Sang des promesses. Un contrepied total, et aussi un pied total (en fait).

Je ne sais pas comment commencer mon avis, alors étonnamment, je vais commencer par la fin. La postface nous donne de précieuses indications de la création de la mise en scène de la pièce et je dois dire que je n’ai jamais vu quoi que ce soit de semblable. La scène est circulaire et entoure les spectateurs qui doivent se tourner pour suivre les différentes « chambres » et deviennent en plus une partie du décor de la pièce. Franchement, je ne sais pas où Wajdi Mouawad a été chercher cette idée, mais je crève d’envie de voir ça en vrai ! Certaines scènes sont décrites en détail (toujours dans la postface) et… Waouw, je veux en être !

La part visuelle est donc énorme, la dynamique théâtrale joue une grosse importance ; et malgré cela, la pièce écrite ne souffre en rien de ce manque de transmission visuelle, ses mots sont largement suffisants pour être pleinement appréciés. Dès les premières pages, une litanie aux sonorités puissamment poétiques m’a entièrement prise dans ses filets. Les mots choisis, les allitérations, les rythmes, la force des images utilisées… J’ai été soufflée, j’ai apprécié chaque syllabe et j’étais déjà à 100 % captive de l’ambiance si troublante de la pièce.

« Le hoquet que voilà ne craint pas le sursaut
Ne craint pas la gorgée de sang de gorge égorgée
Ni sursaut ni gorgée ne sauront l’interrompre
Nulle respiration retenue
Hic ! Hic !
Voici venu le temps hoquetant !
La peur, la terreur
L’hallali ! »

Ces vers libres reviendront à plusieurs reprises s’insérer entre les répliques et donnent un profond relief aux mots et une grosse secousse aux émotions. Un vrai coup de pied dans la fourmilière. Sincèrement, je ne veux pas en dire plus sur la trame, il faut la découvrir soi-même.

Je tiens juste à rajouter que je vous conseille fortement de lire Ciels après les autres pièces du Sang des promesses, autant les trois premières, qui partagent des liens de similitude très forts, peuvent être lues dans n’importe quel ordre, autant, celle-là qui prend le contrepied des trois autres doit impérativement être gardée pour la fin si vous voulez vous envoler avec ses mots.

En bref : un sujet passionnant, une litanie qui m’a prise aux tripes, au cœur, et même un peu au-delà, je ne sais pas comment l’exprimer, une mise en scène qui doit vraiment tout déchirer, une claque magistrale ; sans aucun doute ma pièce préférée de cette tétralogie, qui vient vraiment clore en beauté ce Sang des promesses.

PS : J'adore la couverture, elle m'a déjà séduite avant même d'ouvrir la première page. Par contre, j'ai réalisé qu'il y a cinq têtes pour quatre paires de jambes et ça m'a fortement perturbée.

_________________________________________________

Profil Livraddict | Mon Blog !


Dernière édition par Kassyna le Mer 7 Sep - 21:13, édité 1 fois (Raison : Corrigé par Kassyna)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ciels

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Autres formats :: Théâtre-