Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Amours de loin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'erreur sociale


avatar


Messages : 957
Age : 21
Emploi/loisirs : Prototype d'humanoïde artisanal


Vos papiers SVP
Crédits: Phosphore. Nuages et suie. L'été léger.
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Amours de loin   Sam 5 Déc - 18:25

Amours de loin
Anne-Marie Garat



informations
TITRE D'ORIGINE : Amours de loin
DATE DE PARUTION : Initialement en 1998 et 2004, les nouvelles ont ensuite été compilées en le présent ouvrage en 2015.
NOMBRE DE PAGES : 176.
ÉDITION DE TON LIVRE : Actes Sud/ Babel.
QUATRIÈME DE COUVERTURE :
La conversation entre un homme et une femme démarre la nuit, dans un lit, ou par une aube d’été sur un sentier d’Italie entre vignes et oliviers. Elle part de presque rien, d’un souvenir, d’un paysage, d’une question anodine, et se déploie en un voyage intérieur sur les chemins mystérieux de l’imaginaire, du temps et de l’espace.
Quelle magie exercent sur nos affinités les mots, les images ? Quels liens secrets entretiennent-ils entre eux et avec notre mémoire ? Ce triptyque en forme d’art poétique rend un hommage ardent aux forces vives de la création et à l’émotion renouvelée des enchantements.

Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : /
LE LIVRE EN UN MOT : Contemplatif.
UNE CITATION : Je prends une page au hasard :
« Car la balle, de l'autre point de l'horizon, vient de commencer sa course, qu'infléchit la contingence : une imperceptible hésitation du tireur déportant son poignet, une qualité ou vivacité de sa poudre, ou de celle de l'air qu'elle traverse, un vent soudain, ou l'obstacle déviant ; quoi qu'il en soit la nécessité la conduit vers la délicieuse salière de Mlle Elzear ; c'est fatal. »

Une autre :
« J'ai passé de longs après-midi dans cette Mayre, à faire pas grand-chose, ce qui laisse le temps d'apprendre le nuage. Il s'en passe d’inouïs, de simples, de sophistiqués, exquis de netteté ou tout brouillés de bruine, des figures de style d'une incroyable audace, des gammes, des flocons monotones, itératifs ils arrêtent le temps, soudain d'un galop le précipitant. Le temps élastique raccorde des durées, des vitesses d'exposition fulgurantes, le temps passe avec les nuages. La question du nuage se pose dans l'ennui, car l'ennui recherche l'accident. »
UNE NOTE SUR 10 : 8.
TON AVIS : Amours de loin est une œuvre qui m'a fait prendre conscience d'un fait important chez moi : j'attache énormément plus d'importance à la forme qu'au fond. Au final, une histoire, même avec moult rebondissements, est une histoire comme tant d'autres et, à prendre du recul, toutes partagent énormément de similarités. Une trame commune que les uns et les autres s'amusent à modifier à leur guise. Certaines parleront d'ours en armures, d'autres de mineurs lors de la révolution industrielle. Pour autant, elles suivront le même schéma. Et c'est pour ça que, pour rendre une histoire intéressante, il faudra s'attacher à adopter un style d'écriture. On ne peut se contenter de décrire les faits sans le prendre en compte.
Amours de loin fait presque abstraction de l'histoire. La quatrième de couverture résume bien ce que vous trouverez dans le livre : des discussions entre deux personnes sur le point de dormir, ou bien sur un sentier d'Italie. Sauf que ce ne sont pas des discussions comme les autres.

Prenez n'importe quel roman. Détachez-en la partie la plus poétique, où l'écriture légère mais profonde prend aux tripes. Imaginez toute une nouvelle construite sur ce ton-ci. Maintenant, essayez d'imaginer trois nouvelles différentes conçues autour de la thématique de l'image, de l'intemporalité de l'instant, cherchant à décrire ici une vision, là le panorama du paysage lors de la naissance d'un protagoniste : vous obtenez Amours de loin. Mme Garat le dit d'ailleurs elle-même : il ne s'agit ni de nouvelles, ni de poèmes mais de quelque chose à la frontière. Dans le fond, l'histoire n'a pas d'intérêt propre, c'est un prétexte au récit poétique, aux envolées sentimentales, à la fraîcheur de l'été et à l'asphyxie de la naissance.

C'est un ouvrage purement contemplatif, et c'est bien le reproche que j'ai à lui faire : quoique ça ne m'ait pas tant dérangé, c'est une écriture qui, si on y accroche difficilement, s'essouffle rapidement. Le rythme est bien tenu, et finalement les idées s'enchaînent et s'articulent suffisamment bien pour que l'on ne trouve pas le temps long mais l'écriture y est atypique. Cependant, pour autant, bien qu'elle soit pleine d'adjectifs et de phrases à rallonge, je ne lui ai pas trouvé le côté lourd de certains romans (monsieur Hugo, je vous regarde attentivement — le romancier, non le poète —,  avec des yeux noirs).
À QUI LE CONSEILLES-TU ? À un public adulte, davantage tourné vers la poésie et qui ne rechignera pas à abandonner le récit au profit de la qualité de la narration, qui appréciera cette abstraction.




_________________________________________________



Dernière édition par Aurélie le Jeu 18 Fév - 11:42, édité 1 fois (Raison : CPA)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Amours de loin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Littérature contemporaine/générale-