Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le cri du sablier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'erreur sociale


avatar


Messages : 957
Age : 21
Emploi/loisirs : Prototype d'humanoïde artisanal


Vos papiers SVP
Crédits: Phosphore. Nuages et suie. L'été léger.
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Le cri du sablier   Lun 14 Déc - 18:42

Le cri du sablier
Chloé Delaume



informations
TITRE D'ORIGINE : Le cri du sablier
DATE DE PARUTION : 2001 (a obtenu le prix Décembre de cette même année).
NOMBRE DE PAGES : 128.
ÉDITION DE TON LIVRE : Gallimard/ Folio.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Le livre de Chloé Delaume est le récit d'une réminiscence. Il remonte le temps afin de faire voler en éclats un passé oppressant. Sa virulence a la puissance du cri. Véritable leitmotiv du roman, la métaphore du sablier se propage, se ramifie : elle dessine la figure centrale et traumatisante d'un père « sédimentaire » et d'une « enfant du limon ».
Ni pathos ni complaisance. Mais la tentative, à l'âge adulte, de répondre au questionnement d'un enfant, tentative rendue possible par une certaine douceur de l'ironie. Tout passe par le prisme d'une langue singulière, débordante d'inventions. Le style est démesuré, tantôt lapidaire, tantôt abyssal. Les mots se bousculent, deviennent envahissants, jusqu'à donner une impression de fusion.
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : /
LE LIVRE EN UN MOT : Dur.
UNE CITATION : « Le sceptre sculpté laissa ses franges cuir ricocher. Le jouet patriarcal cessa vaste furie retomba au parquet laissant son onde de choc les lattes se hérissèrent dominos turgescents, jusqu'à l'orée salon la mère tendit le cou puis rétracta retraite palpant l'air implosé. Pourquoi. Scanda l'enfant. Dis-moi ce que j'ai fait que je ne le fasse plus. Elle le suppliait presque. Car elle voulait bien faire autant que récession des zébrages de la foudre sur ses bras dénudés. Pourquoi. Le père s'agenouilla. Posa ses paumes étau ceignant la petite tête. Son nez toucha grumeleux le museau de l'enfant. Rétine contre rétine l'électrique commotion s'infiltra fiel glacé écarquillant pupille. Il laissa passer l'ange pour bien poser le ton. Un jour je vais te tuer : ça c'est en attendant. »
UNE NOTE SUR 10 : 7,5
TON AVIS : J'ai trouvé ce livre complètement au hasard. En farfouillant dans les livres proposés en bookcrossing par le café de ma gare. Le titre m'a plu, la couverture aussi, alors hop : dans le sac. Je suis donc parti à l'assaut de ce texte complètement naïf et en ne sachant rien de ce qu'il était. Grave erreur, ce n'est pas un récit que l'on prend à la légère !

Parlons tout d'abord de l'auteur : Chloé Delaume (c'est un pseudonyme) est une femme à l'enfance difficile, notamment marquée par le meurtre de sa mère par son père, qui se suicide ensuite, le tout sous ses yeux. Cette fiche va être marrante tout plein, c'est moi qui vous le dis. Père qui, psychologiquement instable, la battait régulièrement. Joie. Je ne vais pas trop en dire parce que c'est ce qui est raconté dans Le cri du sablier, en revanche je tiens à poser les bases : c'est le récit d'une femme affirmée traumatisée en conflit avec sa propre histoire profondément sombre que vous trouverez ici. C'est complexe, c'est noir. Ce sont des phases de haine, d'acceptation, de souffrance, de déni, d'égarement, de perdition. Bref.

Et comment parler de ce livre sans aborder son écriture ? Elle est très travaillée. Et c'est peut-être le seul reproche que j'aurais à lui faire. Le roman se détache de la simple biographie "machin a fait ci, truc a fait cela" : c'est une œuvre artistique à part entière. Le style empruntant tour à tour à l'OuLiPo, à la pataphysique... débouche sur une littérature expérimentale jouant sur les sons, les effets de rythme, les images viennent, se bousculent, s'arrêtent net. Et si le tout regorge d'idées et de phrases intéressantes et qui ont un impact non négligeable, il faut cependant le lire à tête reposée. En soi, cela exclut les personnes ne voulant pas tant s'impliquer dans leur lecture qui passeront leur chemin un peu vite. Ce n'est pas un genre fait pour tous, clairement.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? À des personnes matures. De toute façon le style d'écriture implique une réelle concentration qui n'est pas donnée à tout le monde. C'est, pour ma part, un style qui me parle et, pour ceux qui y sont sensibles, renferme tant de bonnes choses...




_________________________________________________



Dernière édition par Aurélie le Jeu 18 Fév - 11:44, édité 1 fois (Raison : CPA)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le cri du sablier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Littérature contemporaine/générale-