Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les hirondelles de Kaboul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LaraEmilie


avatar


Messages : 1654
Age : 25
Localisation : CH
Emploi/loisirs : ACO, étudiante


MessageSujet: Les hirondelles de Kaboul   Ven 5 Aoû - 22:07

Les hirondelles de Kaboul
Yasmina Khadra



informations
DATE DE PARUTION : 2002.
NOMBRE DE PAGES : 148.
ÉDITION DE TON LIVRE : Pocket (2010).
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici, une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les Taliban veillent. La joie et le rire sont devenus suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Le goût de vivre a également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l'obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n'a plus d'autres histoires à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis ? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore...
Y A-T-IL UNE SUITE ? Ce n'est pas vraiment une suite, mais L'attentat et Les sirènes de Bagdad sont considérés comme une trilogie avec ce livre-ci. Le point commun est toutefois plutôt thématique, car les personnages sont différents et les histoires se passent dans des pays différents.



© aurélie

Ton avis
LE LIVRE EN UN MOT : Profond.
UNE CITATION : Ne me demande pas de renoncer à mon prénom, à mes traits, à la couleur de mes yeux et à la forme de mes lèvres pour une promenade à travers la misère et la désolation ; ne me demande pas d'être moins qu'un ombre, un froufrou anonyme lâché dans une galerie hostile.
UNE NOTE SUR 10 : 9.
TON AVIS :  Avec Les hirondelles de Kaboul, Yasmina Khadra nous projette dans une Kaboul mourante, ravagée par la guerre. Le réveil est brutal pour le lecteur occidental, parfois même incapable de situer le pays sur la carte. Il se retrouve confronté à un univers on ne peut plus éloigné du sien : dans les rues de la capitale afghane, les rires et la joie de vivre ont laissé place aux exécutions, aux lapidations, aux sermons haineux et mollahs, et à la violence systématique.
Sous le régime extrémiste, tout change. La vie de deux couples bascule ; ils sont perdus et ne se retrouvent plus dans la société. Avant, ils étaient heureux, mais les mentalités ont changé et ils assistent à l’effondrement de leur pays. Désormais, le climat est à l’oppression ; la déshumanisation règne, les femmes deviennent anonymes, cachées derrière leur tchadri et leur époux.
Le dépaysement est total : comment imaginer la triste réalité du peuple afghan ? Sans dramatiser, Yasmina Khadra nous plonge dans le sombre quotidien de Mohsen, ruiné et détruit par la guerre ; de Zunaira, autrefois avocate mais désormais forcée à rester chez elle ; d’Atiq, gardien de prison qui commence à douter de sa foi à force d’être témoin de tant d’injustices ; et de Mussarat, sa femme malade, guettée par la mort ou la répudiation.
Aux côtés des personnages, on ressent peur, désespoir, amour et colère. Comme eux, on espère jusqu’à la fin, même s’il n’y a plus d’espoir. Car si ce n’est pas la mort qui les attend au prochain tournant, la folie les menace.
Les femmes, bien qu’opprimées par le régime, sont l’étincelle d’espoir des hommes. Elles sont enfermées, mais cela ne les empêche pas d’être fortes et résolues, prêtes à tout pour conserver le peu de dignité qui leur reste.
Le style sobre de l’auteur nous fait voyager sur un autre continent, profond et plein de métaphores. Sa plume vibrante et évocatrice donne vie à ses personnages : on les aime, on les déteste, mais on n’y est pas indifférent. On ne peut s’empêcher de se demander ce que l’on ferait à leur place et, mêlé à l’impuissance, apparaît rapidement un sentiment d’admiration. Les comportements que nous tendions à condamner au premier abord nous semblent soudain plus compréhensibles et nous amènent à apprécier les libertés que nous considérons parfois trop rapidement comme acquises.
Les hirondelles de Kaboul est un roman bouleversant, poignant et déchirant. C’est un cri de protestation face à l’extrémisme et un hommage aux femmes et aux hommes qui se battent jour après jour pour survivre dans une ville enchaînée par des principes religieux déformés par le régime de la peur.
À lire absolument !
À QUI LE CONSEILLES-TU ? À tout ceux qui pensent que nous n'avons pas assez de libertés ; à tous ceux qui doutent du courage des femmes... ainsi qu'à ceux qui veulent se plonger dans la guerre civile afghane.




_________________________________________________

Anciennement connue sous le pseudonyme de Lolly

___________

Imagine all the people, living life in peace.


Dernière édition par L'erreur sociale le Ven 5 Aoû - 23:00, édité 1 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iletaitun-livre.blogspot.com
 

Les hirondelles de Kaboul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Littérature contemporaine/générale-