Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Saga] Les Cahiers noirs de l'aliéniste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacana


avatar


Messages : 3954
Age : 26
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: [Saga] Les Cahiers noirs de l'aliéniste   Sam 17 Sep - 20:53

Les Cahiers noirs de l’aliéniste
Jacques Côté


image

Dans le quartier des agités (tome 1)
Paris, juillet 1889…

À vingt-sept ans, Georges Villeneuve a terminé ses études en médecine. Désireux de se spécialiser en médecine légale des aliénés, il quitte le Québec pour se rendre à Paris où il aura la chance d’étudier avec les plus grands aliénistes de l’époque, Valentin Magnan à l’asile Sainte-Anne et Jean-Martin Charcot à la Salpêtrière. Le jeune Montréalais en profitera aussi pour assister aux cours réputés de Brouardel, à la morgue de Paris, et pour suivre une formation avec Mégnin, le pionnier de l’entomologie judiciaire.

Mais dès la première journée du Congrès international de médecine mentale de Paris, qui se tient à l’asile Sainte-Anne, Villeneuve est témoin de l’admission dramatique d’un patient atteint d’une sévère intoxication à l’absinthe. Quand Magnan apprend que la police croit ce malade dangereux et veut s’en emparer pour l’accuser de meurtre – ce serait le fameux « coupeur de nattes » dont la presse parle tant depuis des mois –, il demande à son jeune élève de veiller sur lui, mais aussi de mener sa propre enquête. Or, les recherches de Villeneuve l’amènent très vite sur une tout autre piste, celle d’un étrange dandy au passé trouble et qui entretenait de bien curieuses accointances avec son patient…
image

Le Sang des prairies (tome 2)
Fort Edmonton, 5 mai 1885…

Trois mois après avoir joint les rangs du 65e bataillon de Montréal, le capitaine Georges Villeneuve, assisté du lieutenant Bruno Lafontaine et du docteur Paré, entend la déposition sous serment de François Lépine, un interprète métis qui a survécu au massacre de Lac-à-la-Grenouille.

Villeneuve et ses hommes ont reçu l’ordre du général Strange de former une commission d’enquête afin d’identifier les cadavres et de retrouver la trace des auteurs de ce crime odieux, de jeunes guerriers cris que le gouvernement canadien croit sympathiques à la cause de Louis Riel. Or, Villeneuve, tout comme la majorité des soldats et officiers du 65e bataillon, considère Riel non comme un traître mais bien comme un héros de la Nation !

Si la vie militaire n’effraie pas le jeune homme de vingt-deux ans – ses gages lui permettront en plus de payer ses études de médecine –, ce qu’il voit des injustices commises par le pouvoir d’Ottawa à l’encontre des Indiens du Nord-Ouest, des Métis et de Louis Riel, demeurera gravé dans la mémoire du futur aliéniste.
image

Et à l’heure de votre morte (tome 3)
17 septembre 1894…

La grande salle de l’hôtel Windsor est bondée de notables. Tous sont venus entendre Georges Villeneuve, médecin-expert à la morgue de Montréal, et son collègue, le docteur Wyatt Johnston, exposer les raisons qui les poussent à demander la construction d’une nouvelle morgue. Villeneuve a à peine terminé son discours quand surgit le lieutenant Bruno Lafontaine : une atrocité s’est produite dans un taudis de Griffintown et il a besoin de son expertise.

Sur la scène du crime, une jeune femme gît dans son sang, littéralement éventrée à la suite d’un avortement clandestin. Villeneuve, qui tente d’inculquer aux forces de l’ordre des méthodes d’analyse modernes, découvre bien peu d’indices en raison de l’incurie des agents. L’enquête sera longue et laborieuse.

Villeneuve n’en poursuit pas moins ses autopsies à la morgue, ses cours aux étudiants en médecine et, depuis peu, son travail d’assistant-surintendant à l’asile Saint-Jean-de-Dieu, car il a enfin obtenu le poste d’aliéniste qu’il convoitait. Or, quand une deuxième, puis une troisième boucherie sont découvertes, la presse s’enflamme et la pression pour que soit arrêté le fou meurtrier devient intenable. Pour Villeneuve, à cette obligation de résultat immédiat s’ajoute une terrible responsabilité : celle de l’aliéniste, dont le devoir est de protéger à tout prix les personnes atteintes de maladie mentale !


informations
TITRE D'ORIGINE : /
DATE DE PARUTION : 2010 – 2013.
ÉDITION DE LA SAGA : Alire.
RÉSUMÉ DE LA SAGA : Résumé du tome 1 : Paris, juillet 1889…

À vingt-sept ans, Georges Villeneuve a terminé ses études en médecine. Désireux de se spécialiser en médecine légale des aliénés, il quitte le Québec pour se rendre à Paris où il aura la chance d’étudier avec les plus grands aliénistes de l’époque, Valentin Magnan à l’asile Sainte-Anne et Jean-Martin Charcot à la Salpêtrière. Le jeune Montréalais en profitera aussi pour assister aux cours réputés de Brouardel, à la morgue de Paris, et pour suivre une formation avec Mégnin, le pionnier de l’entomologie judiciaire.

Mais dès la première journée du Congrès international de médecine mentale de Paris, qui se tient à l’asile Sainte-Anne, Villeneuve est témoin de l’admission dramatique d’un patient atteint d’une sévère intoxication à l’absinthe. Quand Magnan apprend que la police croit ce malade dangereux et veut s’en emparer pour l’accuser de meurtre – ce serait le fameux « coupeur de nattes » dont la presse parle tant depuis des mois –, il demande à son jeune élève de veiller sur lui, mais aussi de mener sa propre enquête. Or, les recherches de Villeneuve l’amènent très vite sur une tout autre piste, celle d’un étrange dandy au passé trouble et qui entretenait de bien curieuses accointances avec son patient…
NOMBRE DE TOMES : 3.
EST-ELLE TERMINÉE ? Pas sûre, mais je crois.



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : /
LA SAGA EN UN MOT : Aliénés.
UNE CITATION : « […] des catacombes s’allongeaient le long du corridor humide. Des centaines de crânes et d’ossements empilés s’accumulaient dans des boîtes. C’était une vision d’enfer. » (p.109)
UNE NOTE SUR 10 : Tome 1 : 9.
TON AVIS : J’ai découvert Jacques Côté avec sa saga mettant en scène Daniel Duval, et depuis, j’ai très envie de découvrir Les Cahiers noirs de l’aliéniste. J’ai acheté le tome 3 au stand de l’auteur au Livre sur les quais, qui peut apparemment se lire sans avoir lu les deux autres, mais entre-temps, j’ai craqué et j’ai acheté le premier, donc je vais les lire dans l’ordre.

George Villeneuve, un aliéniste québécois en devenir, est le personnage principal de la saga. Dans le premier tome (Dans le quartier des agités), il se rend à Paris pour parfaire ses connaissances en la matière auprès des meilleurs aliénistes. Nous sommes alors en 1889, en pleine exposition universelle dans la Ville lumière, à une époque qui assiste aux balbutiements de la médecine légale. Aux côtés de George Villeneuve, nous allons suivre les cours de grands noms connus dans ce domaine, comme Brouardel, Charcot ou Magnan, qui, à l’instar de Villeneuve, sont des personnages qui ont existé. En parallèle, notre aliéniste en herbe va se retrouver au beau milieu d’une enquête criminelle qui le concerne pleinement, l’assassin semblant être un aliéné. Le lecteur est ainsi entraîné à remonter la piste d’un coupeur de nattes qui tue froidement ses victimes. Encore faut-il l’arrêter à temps.

Au début de l’œuvre, nous accompagnons Villeneuve dans ses premiers pas dans Paris et ses premières rencontres avec ses habitants. En tant que Suissesse qui a une certaine image de l’archétype du Parisien, j’avoue que j’ai bien ri de ses premières réactions et réflexions. J’ai eu l’impression de me revoir lors de mes premiers voyages en territoire français « Le déjeuner en France devenait maintenant le petit-déjeuner, le dîner le déjeuner et le souper le dîner. » (p.18) Apparemment, la Suisse partage plus avec le Québec que je ne le croyais de prime abord, et on rencontre aussi le même genre de blagues ou réflexions cinglantes sur notre façon de parler. Comme le dit si bien Villeneuve : « Je trouve les gens d’ici sympathiques, bien que je sois fatigué de me faire rappeler mon accent. Les Parisiens croient qu’ils n’en ont pas. » (p.135) Très bon point donc sur l’arrivée dans la Ville lumière, d’une part par le choc des cultures, mais aussi par la découverte de l’exposition universelle, que j’ai pu visiter à travers les pages de ce livre. Un pur plaisir.

Venons-en maintenant au point central de l’histoire : les premiers pas dans l’asile de Sainte-Anne et dans l’univers des aliénistes comme des aliénés. Dès les premiers chapitres, on ne peut qu’apprécier le travail de documentation de l’auteur, qui nous dépeint fidèlement les techniques et connaissances de l’époque, s’appuyant sur de nombreux personnages historiques et rendant le texte authentique et réaliste. J’ai énormément appris au fil des pages et j’ai adoré. C’est fou de se rendre compte qu’il y a à peine plus d’un siècle, la médecine telle que nous la connaissons n’en était qu’à ses prémices. Présentation publique d’aliénés, achat de cadavres pour s’entraîner, on plonge donc dans une époque très différente, et c’est bien agréable, parce que ça change diamétralement de ce que je lis en ce moment.

Venons-en maintenant à l’enquête, qui est très intéressante. J’aime ces livres qui se passent avant les grandes inventions modernes comme les portables, les GPS et autres analyses ADN qui facilitent grandement le travail des inspecteurs. J’aime quand ils doivent se déplacer et chercher des indices « à l’ancienne », d’une manière tellement plus proche de ce que peut imaginer et déduire le lecteur, qui ne se sent jamais à la traîne et qui remonte la piste, indice après indice, main dans la main avec les enquêteurs.

Je ne veux bien entendu rien dévoiler de l’identité du meurtrier ou des recherches, mais j’ai suivi les pérégrinations et mésaventures de Villeneuve avec grand intérêt. Et je dois avouer que le changement de rythme des derniers chapitres arrive au bon moment et amène le lecteur à une fin des plus mouvementées qu’il aurait difficilement pu imaginer !

Pour résumer, si vous ne connaissez pas, je vous recommande vivement ! Je me réjouis de lire le tome 2, Le Sang des prairies, qui se passe apparemment avant Dans le quartier des agités. Plus qu’à aller l’acheter au plus vite.

À QUI LA CONSEILLES-TU ? À tous les amateurs de romans policiers réalistes. Cette saga est très rafraîchissante, car elle change de ce qu'on a l'habitude de lire.

_________________________________________________

Profil Livraddict | Mon Blog !


Dernière édition par Jacana le Dim 18 Sep - 13:53, édité 3 fois (Raison : Corrigé par Kassyna)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacana


avatar


Messages : 3954
Age : 26
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: [Saga] Les Cahiers noirs de l'aliéniste   Lun 1 Mai - 20:58

Et à l'heure de votre mort - Tome 3 :

Ça y est, je continue mon aventure dans Les Cahiers noirs de l’aliéniste. Et c’est volontairement que je vais vous parler du tome 3, Et à l’heure de votre mort, avant de vous parler du tome 2, Le Sang des prairies. En fait, le tome 2 se passe chronologiquement avant le tome 1, et j’ai personnellement été un peu déçue d’opérer ce retour en arrière à ce moment-là de la saga. J’aurais préféré la lire dans l’ordre 1, 3 et 2 afin de ne pas avoir une coupure entre le premier et le troisième qui se suivent et fonctionnent très bien ensemble, puis de découvrir le passé de Villeneuve en le découvrant dans le tome 2, sous forme de préquelle. Donc c’est ainsi que je vous présente les choses.

Dans Et à l’heure de votre mort, nous nous retrouvons en territoire québécois en 1894, ce qui m’a tout de suite ravie et dépaysée. Georges Villeneuve a pris de la bouteille et travaille maintenant comme médecin légiste, donnant des cours sur le sujet à ses élèves, tout en cherchant une place d’aliéniste.

Son travail en tant que légiste va devenir crucial, car une vague de meurtres sordides s’est abattue sur la ville : un ou des faiseurs d’anges font rage, avortant en toute illégalité des femmes qui trouveront la mort dans d’atroces souffrances. Grâce aux techniques de l’époque, notamment aux analyses entomologiques et capillaires, Villeneuve va tout faire pour arrêter ce ou ces criminels de l’ombre.

Une histoire dure, incroyablement réaliste et aux personnages toujours aussi attachants. Sans se vouloir didactique, ce livre m’a renseignée sur de nombreuses techniques de l’époque. Entre autres, comment les corps étaient gardés avant de pouvoir procéder à une autopsie et comment se menait une autopsie elle-même. J’ai été heureuse de joindre ainsi l’utile à l’agréable sans même m’en rendre compte.

J’ai une affection toute particulière pour ces enquêtes hyperréalistes dans lesquelles Jacques Côté sait nous plonger après quelques pages seulement. Rien n’est laissé au hasard, tout est expliqué et tout me semble parfaitement cohérent par rapport à l’époque traitée. C’est donc avec plaisir que j’ai retrouvé Villeneuve dans une histoire et un décor complètement différents !

Je ne peux que vous recommander de lire cette saga, dont les tomes peuvent se lire plus ou moins indépendamment, même si quelques éléments du 3 sont plus largement expliqués dans le 1. Ce qui est sûr, c’est que si un quatrième tome sort, il sera très vite entre mes mains, j’adore !

_________________________________________________

Profil Livraddict | Mon Blog !


Dernière édition par Aurélie le Mer 9 Aoû - 14:55, édité 1 fois (Raison : CPA)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Saga] Les Cahiers noirs de l'aliéniste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature noire / à suspense :: Romans policiers/thrillers/horreur-