Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Planète des singes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacana


avatar


Messages : 3941
Age : 26
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: La Planète des singes   Lun 10 Oct - 12:22

La Planète des singes
Pierre Boulle



informations
TITRE D'ORIGINE : /
DATE DE PARUTION : 1963.
NOMBRE DE PAGES : 223.
ÉDITION DE TON LIVRE : Pocket.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Au XXXe millénaire, un couple, Jinn et Phyllis, parcourent le cosmos. Lors d'un voyage, ils aperçoivent une... bouteille dérivant dans l'espace. Elle contient le manuscrit d'un explorateur qui a découvert une planète dont les singes sont l'espèce dominante et où les êtres humains sont chassés comme du gibier et réduits à l'état d'animaux de laboratoires. Paradoxe que Boulle exploite tout au long du récit, à la manière d'un conte philosophique, pour observer les travers de nos sociétés.
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : L’espace, 2500, l’équipage d’une navette récupère une bouteille « à la mer » qui flotte près du vaisseau. Le message à l’intérieur est le témoignage de Ulysse Mérou, un homme qui a quitté la Terre avec deux compatriotes pour découvrir une nouvelle planète. Il atterrit sur Soror, qui ressemble en tous points à la Terre, si ce n’est que les hommes vivent nus et à l’état sauvage et sont sous le joug de la population dominante, qui se trouve être des singes, doués de parole et de raisonnement, et qui, à l’instar des humains terrestres, portent des vêtements. Découvrez les aventures de trois hommes débarqués sur Soror et rabaissés au rang d’animaux domestiques tout juste bons à amuser les foules (et encore, s’ils ont de la chance).
LE LIVRE EN UN MOT : Étonnant.
UNE CITATION : « A présent prenez un homme, enlevez-lui ce qui le rend homme, ses vêtements, ses chaussures, sa montre, sa voiture et - pourquoi pas ? - la parole. Que lui reste-t-il, s'il n'est pas Tarzan, qui est d'ailleurs plus singe qu'homme? rien. »
UNE NOTE SUR 10 : 7.
TON AVIS : Je vais être honnête, je connais l’un des films de La Planète des singes et je n’avais absolument aucune idée qu’il était tiré d’un livre et encore moins que le livre en question avait été écrit par un Français il y a plus de 50 ans ! Moi qui pensais que c’était très récent et probablement américain, raté comme qui dirait. Du coup, lorsque Kassyna m’a proposé de le lire, je n’ai pas hésité très longtemps.

Je ne lis pas beaucoup de science-fiction, mais en ayant déjà vu le film, je savais que la trame de base allait me plaire. De plus le livre étant assez court, je ne risquais vraiment pas grand-chose.

J’ai apprécié le départ dans la navette de Jinn et Phyllis, car on en apprend un peu plus sur les possibilités spatiales dans le futur et l’histoire d’Ulysse Mérou et de ses compagnons ne commence qu’au bout de quelques chapitres, lorsque l’équipage trouve sa bouteille « à la mer ». C’est lorsque l’on se plonge dans son témoignage que les choses sérieuses commencent, mais on a déjà un bel aperçu de l’univers au sens propre comme au figuré.

Une fois sur la planète Soror, tout devient plus dynamique et l’on suit les trois voyageurs ainsi que leur compagnon de route poilu, un petit chimpanzé, lors de leur découverte avec la population locale. Les liens se tissent petit à petit et les découvertes se font aussi en douceur, on commence d’abord par apprendre à connaître les humains de Soror, qui vivent comme des animaux sauvages, et seulement après, les simiens qui règnent en maîtres sur la planète et qui en sont l’espèce dominante.

J’ai beaucoup apprécié découvrir les déconvenues d’Ulysse lorsqu’il essaie de prouver sa vraie nature aux singes. Il y a quelques passages un peu longs à mon goût, notamment lorsqu’il se retrouve dans sa cage, mais dans l’ensemble, j’ai trouvé le rythme assez satisfaisant et les événements se déroulent sans précipitation, laissant le temps au lecteur de s’habituer à Soror.

J’ai été surprise de quelques grosses différences avec le film, certaines m’ont plu, d’autres moins, mais dans l’ensemble, j’étais contente de constater que le film n’est pas un copié-collé du livre, sinon je me serais un peu ennuyée je suppose, et je trouve que le film comporte quelques éléments très intéressants et très visuels.

La toute fin m’a beaucoup plu, mais les événements qui mènent aux dernières phrases sont quant à eux assez peu probables, je ne vois vraiment pas comment personne ne peut découvrir le pot aux roses avant, ça me paraît assez peu probable, mais bon. Par contre, la toute dernière phrase (même en sachant ce qui va se passer) reste un véritable coup de poing dans la face des plus appréciables.

Si vous n’êtes pas un grand amateur de science-fiction ou que vous voulez commencer par quelque chose d’assez accessible, je vous conseille vivement La Planète des singes. Certes, j’ai peu de points de comparaison, mais je peux au moins vous dire que j’ai pris plaisir à le lire.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? À tous sans restriction d’âge.




_________________________________________________

Profil Livraddict | Mon Blog !


Dernière édition par Kassyna le Mar 11 Oct - 13:01, édité 1 fois (Raison : Corrigé par Kassyna)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassyna


avatar


Messages : 312
Age : 30
Emploi/loisirs : lecture, cinéma, jeux de société


MessageSujet: Re: La Planète des singes   Lun 10 Oct - 15:42

Mon avis : Il faut reconnaître que les ouvrages de science-fiction sont loin d’être mon genre de prédilection. Cependant, j’ai pensé que ce roman culte, ayant séduit de nombreux lecteurs, pouvait être une bonne piste, et grand bien m’en a pris. À travers deux voyageurs spatiaux, nous découvrons le récit d’Ulysse Mérou, un journaliste monté à bord d’un vaisseau avec un éminent scientifique et son second. Tous trois décident de se poser sur Soror, une planète en tout point semblable à la Terre. Cependant, lors de leur arrivée, ils sont très étonnés de voir des hommes nus se conduire tels des animaux. Ils ne parlent pas, mais poussent des cris, et se comportent comme s’ils étaient restés à l’état sauvage, qu’ils n’avaient pas évolués. C’est alors que des coups de feu retentissent, et Ulysse se retrouve prisonnier, dans une cage, où on l’a dépouillé de ses vêtements… prisonniers d’individus simiesques ! Sur cette planète, ce sont les chimpanzés, les gorilles et les orangs-outans qui font la loi, et les hommes ne sont bons qu’à les divertir, les servir, ou être l’objet de leurs expériences.

Le narrateur et héros de ce roman n’est autre qu’Ulysse Mérou. C’est à travers lui que nous allons découvrir cette planète où l’évolution s’est faite de façon bien différente, et nous allons partager sa stupeur. En effet, il ne comprend tout d’abord pas comment ses semblables ont pu être réduits à une telle animalité, alors que les singes sont devenus des individus doués de raison. À ses côtés, nous allons nous poser de nombreuses questions sur le pourquoi et le comment. Il va tenter de montrer aux singes qu’il n’est pas un humain comme ceux présents sur cette planète, mais bien capable de raisonner, et qu’il vient d’un autre monde. Mais son cœur sera également brisé lorsqu’il se rendra compte que les espoirs qu’il a fondés sur une femme qu’il a rencontrée sont vains : elle est humaine, mais animale. Zira, un chimpanzé femelle, joue aussi un rôle très important, puisqu’elle va être la première avec laquelle Ulysse parviendra à entrer en contact. Fiancée à Cornélius, un singe savant, elle aidera Ulysse à communiquer avec les autres. C’est un protagoniste assez touchant, et il était intéressant en tant que lecteur de voir que je me laissais prendre au jeu de l’auteur au point de ressentir une certaine forme d’empathie pour un singe.

L’écriture de Pierre Boulle est très agréable. À n’en point douter, s’il était parti dans des explications trop scientifiques, je n’aurais pas accroché ; de même, s’il avait été souvent question de l’espace, de galaxies, de vaisseaux spatiaux, etc. Mais une fois le décor planté, tout cela n’est plus l’objet de l’intrigue : on s’intéresse davantage à la découverte d’une civilisation. Et là où l’auteur m’a subjuguée, c’est qu’il parvient à rendre tout cela absolument fluide et crédible – alors qu’à la base, une planète peuplée par les singes pourrait être quelque peu loufoque et m’aurait laissée dubitative. Mais non, tout est mûrement réfléchi et l’univers maîtrisé de la première à la dernière page. Pierre Boulle a d’ailleurs mis au point toute une hiérarchie au sein de ces espèces. En outre, le lecteur se surprend à s’attacher à certains de ces singes. Quant à la fin, elle nous révèle une information sur Jinn et Phyliss à laquelle je ne m’attendais pas, et qui m’a fait refermer ce roman le sourire aux lèvres.

À recommander : Aux amateurs de science-fiction, et aux novices qui ont envie de s’essayer à ce genre.

Une citation : « J’assistais à une battue – j’y participais aussi, hélas ! – une battue fantastique où les chasseurs, postés à intervalles réguliers, étaient des singes et où le gibier traqué était constitué par des hommes, des hommes comme moi, des hommes et des femmes dont les cadavres nus, troués, tordus en des postures ridicules, ensanglantaient le sol. » (22 %)

Ma note : 8/10.


Dernière édition par Kassyna le Lun 10 Oct - 16:43, édité 1 fois (Raison : CPJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loasislivresque.wordpress.com/
 

La Planète des singes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature imaginaire / futuriste :: Romans de Science-Fiction-