Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cynthia, en quête de l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Swan


avatar


Messages : 7503
Age : 22
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Lecture, musique, cinéma


Vos papiers SVP
Crédits: Gritsou
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Cynthia, en quête de l'amour   Mer 8 Fév - 21:16

Cynthia, en quête de l'amour
Barbara Cartland



informations
TITRE D'ORIGINE : Where is love
DATE DE PARUTION : 1947
NOMBRE DE PAGES : 160
ÉDITION DE TON LIVRE : J'ai lu
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Jeux de haine et de séduction entre Cynthia Melton, une mondaine qui n'a pas l'habitude d'être méprisée, et le commandant Michael Fielding, un héros de la Seconde Guerre mondiale qui commence à se distinguer sur la scène politique londonienne.
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non



©️ aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : Tout est dans mon avis. Je révèle beaucoup du contenu du roman dans mon avis. Soyez averti !
LE LIVRE EN UN MOT : Insipide
UNE CITATION : -
UNE NOTE SUR 10 : 5/10
TON AVIS :
Le genre le plus mal-aimé de la littérature, voire même des genres « paralittéraires », est certainement le roman sentimental. Ce n'est pas vraiment considéré comme de la littérature, en fait. On reproche souvent à ce genre ses stéréotypes et ses intrigues prévisibles. C'est le genre de roman qu'on n'est pas fiers de lire dans le métro  lol J'avais moi-même un énorme préjugé sur ces romans. Même si je n'ai pas vraiment apprécié ma lecture, elle m'a permis d'élargir mes horizons littéraires. Barbara Cartland est l'une des auteures les plus lues au monde. Ses romans sont traduits dans plus de trente langues. Elle est un phénomène et pourtant son nom n'est pas vraiment connu.

Cette lecture a été assez pénible. Le roman est court, donc le supplice n'a pas duré trop longtemps. J'ai lu ce roman avec mes yeux de 2017. Je reproche au roman ses clichés, mais Barbara Cartland a un peu inventé ces clichés. Ce roman a été écrit en 1947. Certes, elle n'est pas la première a avoir écrit des romans sentimentaux, j'ignore ce qui se faisait dans ce genre avant son époque, mais j'ose croire que le nombre de livres qu'elle a écrits a permis d'établir certaines caractéristiques de la littérature sentimentale qui sont toujours utilisées aujourd'hui. En somme, j'ai conscience que mon opinion peut être biaisée par mon époque et mes « légères » tendances féministes.

Ce roman n'est pas très flatteur pour la gente féminine. Tous les personnages féminins sont présentés de manière négative et sont en contraste avec la brillance des personnages masculins.

Le père de Cynthia s'est remarié avec Lavinia, une femme beaucoup plus jeune que lui. Elle incarne donc le cliché de la jeune femme qui cherche la fortune a travers un mariage avec un homme beaucoup trop vieux pour elle. Lavinia est donc une femme horrible, « gold digger », qui ne se gêne pas pour tromper son mari avec son assistant.

Cynthia, notre personnage principal, est elle aussi présentée comme une jeune femme austère, au coeur de pierre. Elle a repoussé les avances d'un homme et celui-ci fou de chagrin s'est embarqué dans une mission suicide dans l'armée et est mort au combat. Elle a été franche avec lui, n'a pas entretenu une relation basée sur le mensonge et a refusé un mariage sans amour. Michael, l'ami de son prétendant, reproche a Cynthia de l'avoir « tué » puisque indirectement c'est à cause d'elle qu'il est parti en mission suicide et est mort là-bas. Mais quelle femme horrible d'avoir mis son pied à terre, d'avoir pris son destin en main et du même coup d'avoir épargné à son prétendant de faux espoirs!

Mary a été secouru par Michael alors qu'elle tentait de se suicider dans la Tamise. Il l'a rassurée et lui a trouver un emploi afin qu'elle puisse se remettre sur pied. Elle devient complètement folle de Michael (surprise ?), mais celui-ci ne désirant pas trop la brusquer ou lui faire du mal n'arrive pas à lui dire fermement qu'il n'est pas amoureux d'elle. (hum... ça me rappelle quelque chose). Mary devient excessivement jalouse lorsque Michael engage un autre employé. Elle tente par tous les moyens d'attirer son attention sur elle, agissant parfois comme une enfant capricieuse ou en folle jalouse. On a ici une dynamique malsaine. La pauvre petite fille secouée émotionnellement tombe amoureuse de son sauveur. Une intrigue amoureuse qui m'a semblé complètement inutile. Toutefois, Mary est guérie de sa jalousie lorsque l'autre employé de Michael lui avoue ses sentiments pour elle. (Pardonnez-moi, mais son nom m'échappe).

Michael est charismatique, angélique. Il se présente en politique et a des idées de réforme. Il est un ex-militaire engagé dans sa communauté. Il tient à aider les moins nantis que lui. Il est donc parfait. Il déteste Cynthia du plus profond de son être. Le verbe « détester » est répété plusieurs fois par page. Il ne lui pardonnera jamais ses actions. On a ici le schéma romantique parfait. Les deux prétendants se détestent au plus haut point (du moins, on essaie de nous le faire croire), mais finissent par révéler leur vraie nature et c'est soudainement l'amour fou, le grand mariage et l'amour éternel. Le coeur de pierre de Cynthia est finalement guéri par l'amour de Michael. J'ai eu l'impression que les personnages féminins lorsqu'ils tombent en amour, par le biais de leurs liens avec les personnages masculins sont de nouveau présentés positivement.

C'est donc cette attitude négative envers tous les personnages féminins qui m'a le plus marquée puisque le reste du roman est facilement oublié. Il ne tient que sur une centaine de page donc ça se lit très vite. On peut se permettre de lire en diagonale ou de sauter certaines descriptions. Le schéma narratif est clair et pensé pour qu'on le devine d'avance. L'écriture est simple et sans fioritures, ce qui n'est pas un défaut en soi. On ne se prend pas la tête dans cette lecture. On reconnaît le canevas du roman sentimental qui a été utilisé mainte fois avec les années. C'est un canevas rassurant. Je ne pense pas qu'on lise ces romans dans un espoir de nouveauté et d'originalité. On lit ces romans parce qu'ils sont familiers, limpides et faciles à décortiquer. C'est un roman qui comble les attentes des lecteurs de ce genre, mais qui pourrait décevoir ceux qui s'attendent à être surpris, décontenancés.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? Roman qui convient à tous les âges




_________________________________________________

"Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie."
Johannes Wolfgang von Goethe


"La seule connaissance authentique naît de l'amour universel. Lorsque nous aimons, nous souffrons de toutes les formes d'oppressions et de toutes les dictatures: et nous désirons lutter pour la liberté , pour la justice, et pour tous ce qui peut favoriser la dignité humaine" Antoni Tàpies, "La pratique de l'art"

Avatar par Poison Ivy


Dernière édition par Goblinlaya le Jeu 9 Fév - 8:34, édité 1 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cynthia, en quête de l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature rose :: Romans d'amour/romances/chick-lit-