Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ces jours qui disparaissent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elya


Elya


Messages : 1620
Age : 33
Emploi/loisirs : Médiathécaire | Roliste


Vos papiers SVP
Crédits: Elya
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

Ces jours qui disparaissent _
MessageSujet: Ces jours qui disparaissent   Ces jours qui disparaissent EmptyJeu 28 Sep - 18:22

Ces jours qui disparaissent
Timothé Le Boucher


Ces jours qui disparaissent Couv4410

informations
TITRE D'ORIGINE : (si étranger)
DATE DE PARUTION : 2017
NOMBRE DE PAGES : 192
ÉDITION : Glénat
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Lubin Maréchal se réveille chaque matin sans se souvenir de la veille et découvre que pendant ce temps une autre personnalité prend possession de son corps. Il tente de communiquer avec son double par caméra interposée.
Y A-T-IL UNE SUITE ? non


Ces jours qui disparaissent 810
© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : Un matin, Lubin acrobate qui veut monter son spectacle avec ses amis, s’aperçoit qu’il ne se souvient plus de la journée de la vieille. Aucun souvenir, rien. Pourtant 24 heures, se sont bel et bien écoulées. Il ne comprend pas ; mais son patron est furieux. Le soir il retrouve sa petite amie pour la nuit, sauf qu’elle a disparu au petit matin ! Il a encore sauté un jour. Il s’aperçoit qu’il ne vit plus qu’un jour sur deux. Parce qu'un autre, avec une autre personnalité lui prend sa place. Lubin va essayer de se dépêtrer de tout ça.
L'OUVRAGE EN UN MOT : Magnifique
UNE CITATION : facultatif
UNE NOTE SUR 10 : 10 !
TON AVIS : Cet one-shot de Timothée le Boucher m’a séduite dès la couverture par sa couleur et ses traits. Puis le scénario a fait le reste. Le héros qui se rend compte qu’il ne vit plus qu’un jour sur deux. L’auteur nous montre ce que ça implique sur le quotidien de Lubin, aussi bien professionnellement que dans sa vie privée. Les détails sont distillés doucement histoire de bien poser l’histoire. On prend bien conscience des différences entre les deux personnalités.
D’ailleurs le scénario est parfois aux frontières du fantastique tout en jonglant avec des troubles psychiques. C’est joliment mené, parce que l’auteur a pris le parti de suivre qu’une seule personnalité, celle de Lubin l’acrobate. L’autre est vue à travers une webcam. Le Boucher a su manié l’art de l’ellipse. Il arrive à faire défiler le temps en douceur, sans que ça soit choquant. Ainsi on suit la vie de Lubin et de son double sur la longue durée.
Ce récit nous permet aussi de s’interroger sur la gestion de notre temps au quotidien. Les jours passent sans qu’on en ait conscience. Mais si on vivait un jour sur deux, prendrait-on plus de temps pour vivre ? Puis la force de l’amour, pourrait on aimer une personne qui ne vit qu’un jour sur deux ?
Si j’avais une critique à faire, ça serait sur le côté passif des personnages. Lubin ne cherche pas trop à combattre ce qui lui arrive, ni à en comprendre la cause. Même si au fil des pages, la cause nous est dévoilée. Donc c’est un poil dommage.
En plus, l’illustration est réaliste et cohérente. La lecture de ce roman graphique est  très appréciable avec un scénario qui tient la route.

À QUI LE CONSEILLES-TU ? aux ados et aux adultes !




_________________________________________________

“Retenez bien ceci : Livre = connaissance = pouvoir = énergie = matière = masse. Une bonne bibliothèque n'est donc qu'un trou noir cultivé.”
Terry Pratchett



Profil Livreaddict : Elya



avatar = Chocolatine.


Dernière édition par Aurélie le Dim 7 Juil - 17:44, édité 3 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélie


Aurélie


Messages : 8328
Age : 27
Localisation : Montpellier
Emploi/loisirs : Reine des cailloux


Vos papiers SVP
Crédits: (c) sweet disaster
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

Ces jours qui disparaissent _
MessageSujet: Re: Ces jours qui disparaissent   Ces jours qui disparaissent EmptyDim 7 Juil - 17:40

Ces jours qui disparaissent nous entraîne à la rencontre de Lubin, jeune acrobate forcé d’avoir un boulot alimentaire pour poursuivre sa passion, qui voit peu à peu ses journées disparaître… Durant ses moments d’absence, un autre Lubin semble prendre sa place, un garçon ordonné, qui fait les courses, le ménage et ramène un peu plus d’argent. Au fil du temps, Lubin l’acrobate sent que son temps est grignoté par cet autre qui prend le dessus et qui fait tout pour que la tendance ne s’inverse pas jusqu’à ne laisser que quelques apparitions furtives à son alter ego.

J’ai eu du mal à accrocher à cette BD, ne m’attachant pas une seule fois aux personnages présentés. Il m’a manqué un petit quelque chose pour réellement plonger dans l’histoire avec mes tripes ce qui fait que je l’ai lue avec une certaine distance. C’est ainsi que les messages subliminaux m’ont paru trop peu subtils, trop faciles et attendus, très clichés aussi.
Timothé Le Boucher nous propose un récit graphique où le Lubin rêveur laisse peu à peu place à un Lubin responsable, un Lubin adulte. Notre artiste de cirque disparait au profit d’un homme qui entre dans les rangs, qui exerce un travail dit « utile » par la société, qui contribue au bon fonctionnement de la vie citoyenne en somme. L’éditeur décrit ce changement par le passage de l’enfance à l’âge adulte en faisant peu à peu taire l’enfant insouciant et rêveur.
Tous ces mécanismes m’ont paru trop attendus, trop simples parce qu’on entre dans la critique pure et dure de cet âge adulte quand tout est fait pour que le Lubin « responsable » passe pour le méchant de l’histoire. Et c’est là que j’ai du mal à accepter l’explication du duel entre l’enfance et l’âge adulte : j’avais plutôt l’impression de voir un duel entre le conformisme et l’idéalisme. Et ce duel m’a semblé bien trop manichéen et stéréotypé pour me plaire.

Plus le temps passe et plus j’aime la finesse, les sens cachés, la critique d’une société trop rigide. Ces jours qui disparaissent est à mes yeux une critique de la société qui range les gens dans des cases de façon un peu maladroite, en grossissant le trait et en perdant de son charme. Il y a des dessins assez simples, dans un trait flou et des couleurs très parlantes qui m’ont plu mais qui, parfois, rappelaient finalement le simplisme de la réflexion autour de l’affrontement entre les deux Lubin à mes yeux. Un scénario un poil moins simpliste m’aurait sûrement permis d’accrocher totalement au résultat.

J’ai apprécié ma lecture sur la première moitié du livre puis me suis vite ennuyée sur le reste, sur cette vision trop manichéenne mettant les deux personnalités en opposition. Je pense que le rythme y est aussi pour beaucoup même si, lui, est totalement logique et justifié : le Lubin rêveur se fait de plus en plus rare mais c’est lui que nous suivons, c’est donc des bonds dans le temps immenses qui nous portent jusqu’au bout de cette histoire et qui m’ont plus encore coupée des personnages. Le choix est judicieux mais il a ce défaut de ne pas réussir à garder dans le rail les lecteurs comme moi qui sont susceptibles de ne pas s’attacher aux personnages.

Ces jours qui disparaissent est une BD proposant un scénario original, des pistes de réflexion intéressantes mais à laquelle je n’ai pas su m’accrocher. Je suppose qu’il me manque encore une certaine sensibilité à ce type d’ouvrage pour me satisfaire de certains raccourcis nécessaires et trouver dans la partie graphique les éléments manquants à la partie scénaristique.

Garder son âme d’enfant me semble essentiel dans notre monde mais je ne pense pas qu’il faille rejeter en bloc tout ce que l’âge adulte semble attendre de nous en apparence : c’est en jouant avec les deux facettes de notre moi qu’on trouve un équilibre à mon sens. Et c’est cet équilibre que les personnages de Timothé Le Boucher ne trouvent pas, cet équilibre auquel nous devons essayer d’aspirer sous peine de finir comme ces deux Lubin, incomplets et perdus. Ces jours qui disparaissent est un bon moyen de se rappeler que faire la paix avec nous-même peut nous être salutaire.

@Elya merci de m'avoir donné envie de lire cette BD en tout cas, parce que je ne regrette rien ♥

_________________________________________________



Dernière édition par L'erreur sociale le Dim 7 Juil - 18:23, édité 1 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/
 

Ces jours qui disparaissent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: BDs et Mangas :: BDs-