Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Errante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurélie


avatar


Messages : 7942
Age : 26
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Reine des cailloux


Vos papiers SVP
Crédits: (c) sweet disaster
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: L'Errante   Sam 10 Mar - 15:22

L'Errante
Valeria Montaldi



informations
TITRE D'ORIGINE : La Randagia
DATE DE PARUTION : Juin 2017 (traduction française).
NOMBRE DE PAGES : 448 pages.
ÉDITION DE TON LIVRE : Éditions Pygmalion.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : 1494. Dans la petite maison nichée dans les bois de Machod, la belle Britta da Johannes vit seule, recluse. Bien que beaucoup dans le village bénéficient de ses remèdes à base de plantes, la jeune femme suscite la peur. Médisances et calomnies s’accumulent à son encontre et parviennent jusqu’aux oreilles de l’Inquisiteur, dont le verdict est sans appel : Britta est une sorcière...

2014. Par un froid matin de novembre, Barbara Pallavicini, spécialiste des études médiévales, atteint les ruines du château Saint-Jacques-aux-Bois. Elle vient chercher l’élément qui doit lui permettre de terminer sa thèse : l’inscription laissée par une femme reconnue coupable de sorcellerie. Mais dans la faible lumière du crépuscule, c’est un cadavre qu’elle trouve. Terrifiée, elle appelle la police. Commence alors une nouvelle enquête pour Giovanni Randisi, adjudant des carabiniers d’Aoste. Et si le destin de cette passionnée d’occulte et celui de Britta étaient liés ?
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



©️ aurélie

Ton avis
LE LIVRE EN UN MOT : Ennuyant.
UNE NOTE SUR 10 : 4/10.
TON AVIS : Les romans sur fond historique avec une touche de thriller, c’est à double tranchant : soit je suis complètement fascinée et séduite, soit l’intrigue ne prend pas et je soupire du début à la fin. Ici, malheureusement, c’est plutôt l’option yeux levés au ciel toutes les trois phrases qui a primé.

L’intrigue avait du potentiel en abordant le traitement réservé aux femmes qui vivaient en marge de la société, qui rendaient service avec des remèdes à base de plantes, qui dérangeaient quand elles étaient belles et attiraient les regards des hommes. Ces femmes qui étaient rapidement qualifiées de sorcières, accusées de connivence avec le diable. La dualité entre le passé et le présent, les intrigues qui s’entrecroisent et se répètent dans le temps, c’est le genre de mélange que j’aime beaucoup. Mais, ici, l’histoire sonne creux et le côté « historique » est bien trop tiré par les cheveux malgré le travail de documentation qui semble avoir été fait.

L’histoire aurait pu fonctionner mais deux points noirs empêchent la mayonnaise de prendre avec moi : des personnages insipides à qui on tente de donner une fausse profondeur pour la forme et des dialogues qui sonnent aussi faux que l’intrigue. Est-ce un problème de traduction ? Je n’en suis pas certaine puisque c’est souvent que je tombe sur ce problème dans les romans sur fond historique, tout en ayant conscience qu’un problème de dialogues peut aussi être directement lié à une traduction qui ne réussit pas à garder du naturel. Mais, vraiment, plus je lis, plus je deviens intransigeante face à des personnages voulus profonds et mystérieux et à qui on donne des attitudes de martyrs juste pour servir une histoire. Je préfère cent fois un personnage simple, naturel et qui se forge à travers l’intrigue plutôt que des héros sur lesquels on fait des collages d’attributs clichés pour coller à une ambiance choisie. C’est très personnel comme préférence, et je pense qu’ici, le choix fait par l’auteur peut fonctionner sans problème pour les lecteurs qui apprécient ce style.

Enfin, la touche de fantastique aurait pu être intéressante mais, là aussi, elle est mal dosée et très clichée. Un moyen d’avoir une touche de mystère posée là, pour faire joli mais qui aurait tellement gagné à être plus discrète, plus nuancée.

Sur la fin du roman, je n’avais qu’une hâte : que ça aille vite. J’ai été très déçue du résultat, du dénouement aussi, et je regrette surtout que le potentiel de l’idée de base n’ait pas été exploité. Comme toujours, cela ne m’empêchera pas de relire des romans inspirés de l’Histoire parce qu’au fond, j’aime ce genre et, de temps en temps, je réussis à tomber sur des livres qui me plaisent vraiment. Je pense tout de même que ce livre peut plaire aux amateurs du genre, je suis simplement bien trop exigeante sur certains points.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? Aux amateurs du genre qui ne sont pas rebutés par les clichés.

_________________________________________________



Dernière édition par Jacana le Mar 20 Mar - 13:42, édité 2 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/
 

L'Errante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Romans historiques-