Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Americanah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
A&M


avatar


Messages : 947

MessageSujet: Americanah   Mer 4 Avr - 21:47

Americanah
Chimamanda Ngozi Adichie



informations
TITRE D'ORIGINE : Americanah
DATE DE PARUTION : 2014 pour la version originale, 2015 pour la traduction française.
NOMBRE DE PAGES : 528 pages.
ÉDITION DE TON LIVRE : /
QUATRIÈME DE COUVERTURE : « En descendant de l'avion à Lagos, j'ai eu l'impression d'avoir cessé d'être noire. »
Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l'Amérique qui compte bien la rejoindre.
Mais comment rester soi lorsqu'on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés?
Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.

À la fois drôle et grave, doux mélange de lumière et d'ombre, Americanah est une magnifique histoire d'amour, de soi d'abord mais également des autres, ou d'un autre. De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et les clichés sur la race ou le statut d'immigrant, et parcourt trois continents d’un pas vif et puissant.
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non



©️ aurélie

Informations
Livre présenté dans le cadre d'une lecture commune sur le forum.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sanctuairedelalecture.com
Aurélie


avatar


Messages : 7942
Age : 26
Localisation : Marseille
Emploi/loisirs : Reine des cailloux


Vos papiers SVP
Crédits: (c) sweet disaster
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Re: Americanah   Lun 27 Aoû - 18:34

Americanah est présenté comme une histoire d’amour entre trois continents mais ce roman va bien au-delà de ça, il creuse avec brio plusieurs sujets et offre de nombreuses pistes de réflexion.
À travers le parcours d’Ifemelu et Obinze, nous découvrons le rite initiatique du passage à la vie adulte de deux jeunes quittant leur pays d’origine pour grandir à l’étranger. Seulement, quitter l’Afrique pour l’ailleurs ne se passe pas de la même façon pour ces deux jeunes qui étaient fous amoureux durant leur adolescence.

Sous couvert de fiction, Chimamanda Ngozi Adichie nous offre une vision de l’accueil réservé aux étrangers aux USA comme en Europe. Elle nous montre le parcours du combattant traversé par Obinze et Ifemelu qui n’ont pas vécu les mêmes choses mais qui n’ont été dans les yeux de certains que des « Africains » avant d’être des êtres humains. De la vie de sans-papiers d’Obinze à la vie d’écrivaine noire d’Ifemelu, on côtoie différentes formes de racisme, assumées ou non, volontairement méchantes ou camouflées sous la bonne charité.

Ifemelu tient un blog « Raceteenth ou Observations diverses sur les Noirs américains (ceux qu’on appelait jadis les nègres) par une Noire non américaine » qui prend peu à peu de l’ampleur et lui permet de vivre de ce qu’elle écrit. Elle y distille son avis sur des faits de société, des détails de la vie quotidienne, des réflexions… Et surtout, elle met en lumière beaucoup de faits qui passent inaperçus pour tous ces gens qui ne subissent pas d’oppression quotidienne (dont je fais partie si on laisse de côté l’oppression du patriarcat parce que j’ai un vagin). Le tour de force de Chimamanda réside dans l’éducation qu’elle offre à ses lecteurs à travers le regard de son héroïne. S’il y a des faits dont j’étais consciente, notamment parce que j’ai écouté des amis subissant ces oppressions m’en parler, il y a aussi de nombreux détails auxquels je ne faisais pas attention. Et c’est en ça que j’ai vraiment adoré lire ce roman et que je le considère comme roman à recommander sans modération.

Ifemelu et Obinze nous permettent de comprendre une autre réalité du monde, de nous glisser dans la peau de deux jeunes avec des rêves plein la tête qui se fracassent le crâne avec plus ou moins de violence contre le mur que l’on appelle la Réalité.
Lorsqu’Obinze retourne au pays, il le vit comme un échec parce qu’il a été expulsé. Son rêve a été piétiné, on ne lui a pas laissé de réelle chance. Il accepte de construire sa vie au Nigéria selon une ligne autre que celle prévue et s’en sort bien. Seulement, on sent toujours cette blessure, cet accroc de la vie laissé sur son âme.
Ifemelu, elle, revient en vraie Americanah, ces Africains considérés comme complètement américanisés une fois qu’ils reviennent « à la maison ». Et ce mot devient réel pour ces gens qui ne reconnaissent plus rien de leur jeunesse, ou ne reconnaisse que trop bien un lieu qu’ils ont quitté. Entre accélération trop poussée dans certains domaines et pause à rallonge dans d’autres, leur pays leur semble étranger parce que trop proche de ce qu’ils étaient avant de grandir peut-être. Le décalage est là, ils étouffent en même temps qu’ils sont heureux d’être rentrés. Et c’est ce que ressent Ifemelu, cette Americanah qui ne sait plus dans quel pays elle a réellement sa place.

Les épreuves de la vie qui ont marqué Ifemelu et Obinze sont celles que l’on croise nous aussi, mais il y en a d’autres, il y a celles liées au fait qu’ils sont des étrangers, de couleur qui plus est. Tant d’obstacles ajoutés à cause d’une couleur de peau différente, d’un pays différent, d’un autre continent, surtout.

Il y a encore tant de choses à dire sur Americanah que tout ce que je peux conseiller c’est de le lire, de découvrir la plume de l’autrice, d’écouter sa voix qui permet de découvrir de nouvelles choses, de nouveaux points de vue. Elle est une voix qui a réussi à émerger dans le monde littéraire mais aussi féministe, et qui permet de mettre en avant toutes ces autres voix qu’on ne laisse pas s’exprimer. Chimamanda Ngozi Adichie rappelle que l’Afrique n’est pas un continent arriéré, que la littérature africaine mérite aussi d’être mise en avant et que les Africains ont tout autant à apporter au monde que les autres êtres humains sans avoir besoin de renier là d’où ils viennent.

Lisez, lisez Chimamanda Ngozi Adichie, lisez de la littérature étrangère, lisez sur le regard des autres, mais aussi écoutez les gens qui vous entourent pour mieux comprendre leurs différences et les prendre en compte quand vous souhaitez vous exprimez sur un sujet. La littérature est une porte qui m’a permis de m’ouvrir à d’autres horizons, d’apprendre plus sur les « autres », ces gens qui n’ont pas la même histoire que moi, qui ne viennent pas du même milieu et c’est aussi en ça que lire m’est essentiel, en ça que je le conseille à tous. Quoi de mieux que la voix de l’autre pour le comprendre ?

Et, pour tout ce que ce livre m’a fait ressentir, je peux dire qu’Americanah a été un coup de cœur de l’année 2018 ♥️.


« Un autre ami nous dit : « Les Noirs autochtones sont toujours plus mal traités que les Noirs non autochtones partout dans le monde. Mon amie qui est née et a été élevée en France de parents togolais prétend être anglophone quand elle va faire des achats à Paris, parce que les vendeurs sont beaucoup plus aimables avec les clients noirs qui ne parlent pas français. Tout comme les Noirs américains sont traités avec respect dans les pays africains. » »


« Si tu ne comprends pas, pose des questions. Si poser des questions te met mal à l'aise, dis-le et pose-les quand même. On voit facilement si une question part d'une bonne intention. Puis écoute encore davantage. Parfois les gens ont seulement envie d'être entendus. »

« Alexa, et les autres invités, comprenaient tous la fuite devant la guerre, devant la pauvreté qui broyait l'âme humaine, mais ils étaient incapables de comprendre le besoin d'échapper à la léthargie pesante du manque de choix. Ils ne comprenaient pas que des gens comme lui, qui avaient été bien nourris, qui n'avaient pas manqué d'eau, mais étaient englués dans l'insatisfaction, conditionnés depuis leur naissance à regarder ailleurs, éternellement convaincus que la vie véritable se déroulait dans cet ailleurs, étaient aujourd'hui prêts à commettre des actes dangereux, des actes illégaux, pour pouvoir partir. »



Merci @RedPanda et @Joyce pour cette LC, j'ai tellement aimé ♥️

_________________________________________________



Dernière édition par L'erreur sociale le Lun 27 Aoû - 23:26, édité 1 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rambalh.blogspot.com/
 

Americanah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Littérature contemporaine/générale-