Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ourika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Swan


Lady Swan


Messages : 8463
Age : 23
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Lecture, musique, cinéma


Vos papiers SVP
Crédits: Gritsou
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

Ourika _
MessageSujet: Ourika   Ourika EmptySam 7 Avr - 1:56

Ourika
Claire de Duras


Ourika 9782081245594

informations
TITRE D'ORIGINE : /
DATE DE PARUTION : 1823.
NOMBRE DE PAGES : 128.
ÉDITION DE TON LIVRE : GF.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Amie de Chateaubriand et de Mme de Staël, Claire de Duras fut le premier écrivain à donner sa voix à une femme de couleur victime des préjugés raciaux. Ourika (1823) retrace l’histoire saisissante d’une jeune Sénégalaise : ramenée en France à la veille de la Révolution pour être offerte à la princesse de Beauvau, qui l’élève comme sa fille, elle découvre en grandissant que l’éducation, la morale, la religion ne suffisent pas à rendre les individus égaux. Goethe avait été bouleversé par ce roman. Si, deux siècles après sa parution, il continue de nous émouvoir, c’est, comme le suggère l’écrivain britannique John Fowles, parce qu’il « touche vraiment un des points les plus profonds de l’art, le désespoir de ne jamais atteindre la liberté dans un milieu déterminé et déterminant. Voilà pourquoi Ourika d’un côté plonge ses racines dans le XVIIe siècle français, chez Racine, La Rochefoucauld, Mme de La Fayette, tandis que de l’autre côté il regarde vers Sartre et Camus. C’est l’examen clinique d’une outsider, de l’éternel étranger dans la société humaine ».
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.


Ourika 810
©️ aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : /
LE LIVRE EN UN MOT : Désespoir.
UNE CITATION : « Elle s'est placée dans la société sans sa permission ; la société se vengera. »
UNE NOTE SUR 10 : 8/10.
TON AVIS :
Ourika est une jeune Sénégalaise adoptée très jeune par une famille aristocratique française. Cette famille l'élève comme l'une des leurs. Toutefois, lorsqu'elle arrive à l'âge où elle devrait entrer sur le marché nuptial, ce n'est pas possible étant donné ses origines et donc de sa couleur de peau. C'est la première fois qu'Ourika expérimente ce rejet systématique, un racisme dont elle n'était pas consciente. Le drame d'Ourika réside dans son amour pour un aristocrate de son entourage. Un amour qui n'est pas possible étant donné le préjudice dont elle est victime.

Le récit est raconté par Ourika elle-même à travers les confidences qu'elle fait au médecin qui la soigne dans le couvent où elle s'est retirée. C'est une histoire très triste. Ourika ne tente pas de se révolter contre sa société d'accueil. Elle préfère s'en retirer. Elle a accepté et même intériorisé les préjugés auxquels elle est confrontée. Elle n'en avait pas conscience et c'est cette brutale désillusion qui nous la rend si sympathique. Elle évolue dans un monde déterminé d'avance, un monde qui ne bouge pas. Le désespoir d'Ourika est ainsi parfaitement compréhensible.

L'aspect que j'ai le plus apprécié est la narration particulière. La narration est faite par une femme noire dans un roman du XIXe siècle ce qui n'est pas habituel. Cela m'apparaît comme une expérience d'écriture pour Claire de Duras. Elle se met dans la peau d'un personnage qui est tout le contraire de ce qu'elle connaît, expérimente elle-même. Le roman est l'occasion d'expérimenter l'altérité, d'écrire sur la marginalité et les préjugés d'une époque.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? C'est une lecture très enrichissante et c'est aussi une écriture qui est facile d'approche. Je la recommande à tous. C'est un roman méconnu ! 13+.




_________________________________________________

"La seule connaissance authentique naît de l'amour universel. Lorsque nous aimons, nous souffrons de toutes les formes d'oppressions et de toutes les dictatures: et nous désirons lutter pour la liberté , pour la justice, et pour tous ce qui peut favoriser la dignité humaine" Antoni Tàpies, "La pratique de l'art"

Crédits pour l'avatar: Gritsou


Dernière édition par L'erreur sociale le Sam 7 Avr - 6:37, édité 1 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
 

Ourika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Romans classiques-