Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le silence même n'est plus à toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Swan


Lady Swan


Messages : 8295
Age : 23
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Lecture, musique, cinéma


Vos papiers SVP
Crédits: Gritsou
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

Le silence même n'est plus à toi _
MessageSujet: Le silence même n'est plus à toi   Le silence même n'est plus à toi EmptyLun 4 Fév - 16:37

Le silence même n'est plus à toi
Asli Erdoğan


Le silence même n'est plus à toi CVT_Le-silence-meme-nest-plus-a-toi_4131

informations
TITRE D'ORIGINE : Artık Sessizlik Bile Senin Değil
DATE DE PARUTION : 2017.
NOMBRE DE PAGES : 168.
ÉDITION DE TON LIVRE : Actes Sud.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Vingt-neuf textes parus dans la presse au cours des dix dernières années – chroniques politiques, réflexions sur l’écriture et l’exil, essais mixtes sur les actions gouvernementales, les pesanteurs archaïques et les clichés à l’œuvre dans la vie quotidienne en Turquie – qui éclaireront le profil d’essayiste engagée de Aslı Erdoğan et permettront de comprendre pourquoi l’auteur, victime de la chasse aux sorcières déclenchée en juillet 2016, est actuellement en prison. L’écriture toujours soignée et traversée de fulgurances poétiques de la romancière trouve ici un autre terrain d’expression, non moins convaincant.
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.


Le silence même n'est plus à toi 810
©️ aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : /
LE LIVRE EN UN MOT : Puissant.
UNE CITATION : « Les limites de l’écriture, limites qui ne peuvent être franchies sans incendie, sans désintégration, sans retour à la cendre, aux os et au silence… Si loin qu’elle puisse s’aventurer dans le Pays des Morts, l’écriture n’en ramènera jamais un seul. Si longtemps puisse-t-elle hanter les corridors, jamais elle n’ouvrira les verrous des cellules de torture. Si elle se risque à pénétrer dans les camps de concentration où les condamnés furent pendus aux portes décorées et rehaussées de maximes, elle pressent qu’elle n’en ressortira plus. Et si elle en revient pour pouvoir le raconter, ce sera au prix de l’abandon d’elle-même, en arrière, là-bas, derrière les barbelés infranchissables… Face à la mort, elle porte tous les masques qu’elle peut trouver. Lorsqu’elle essaie de résonner depuis le gouffre qui sépare les bourreaux des victimes, ce n’est que sa propre voix qu’elle entend, des mots qui s’étouffent avant même d’atteindre l’autre bord, avant les rives de la réalité et de l’avenir… La plupart de temps, elle choisit de rester à une distance relativement sûre, se contentant peut-être, pour la surmonter, de la responsabilité du témoignage. »
UNE NOTE SUR 10 : 8/10.
TON AVIS :
Ce livre est une série de chroniques qui portent, pour la plupart, sur l’état politique de la Turquie des dix dernières années. L’auteure inclus ses réflexions sur la situation du peuple Kurdes. C’est aussi une réflexion plus générale sur la guerre et un traité sur le silence, le silence sur des réalités tellement horribles que les mots ne peuvent pas les exprimer dans toute leur ampleur. Erdoğan pense aussi son propre processus d’écriture. Pourquoi écrire ? Pour qui ? Quelles sont les limites de l’écriture en situation de guerre civile ? Ces questions ne trouvent pas complètement de réponses. Je ne pense pas non plus qu’elles puissent en trouver, mais la perspective de l’auteure est très intéressante.  Les chroniques se présentent aussi sous la forme de fragments. Certaines sont complètes, d’autres sont inachevées. Il y a donc quelques répétitions puisqu'on présente parfois deux versions d’un même texte. J’ai trouvé intéressant de voir la construction du texte et des idées. Je trouve que ça rend le sujet plus vivant et nous rapproche de la personne derrière les mots. Ce ne sont pas des chroniques objectives. Ce n’est donc pas un reportage de faits. Il y a une continuité entre les chroniques et l’écriture est travaillée au niveau poétique. Erdoğan arrive à créer une atmosphère avec une écriture intime et surtout imprégnée d’émotions.
Je peux donc recommander cette lecture ! Asli Erdoğan a été libérée de prison en 2016 et est une figure très importante de la résistance pro-kurde en Turquie. Je vais très certainement découvrir le reste de son œuvre !
À QUI LE CONSEILLES-TU ? Je crois que c'est accessible à partir de 14 ans !




_________________________________________________

"La seule connaissance authentique naît de l'amour universel. Lorsque nous aimons, nous souffrons de toutes les formes d'oppressions et de toutes les dictatures: et nous désirons lutter pour la liberté , pour la justice, et pour tous ce qui peut favoriser la dignité humaine" Antoni Tàpies, "La pratique de l'art"

Crédits pour l'avatar: Gritsou


Dernière édition par L'erreur sociale le Mar 5 Fév - 18:51, édité 2 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le silence même n'est plus à toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Romans biographiques/témoignages/réalistes-