Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Curée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ceres


Ceres


Genre : ♀ | Elle
Messages : 1585
Age : 30
Emploi/loisirs : Prêcher la bonne parole (c'est-à-dire harceler les gens au sujet de mes œuvres favorites)


Vos papiers SVP
Crédits: Gokupo 101
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

La Curée _
MessageSujet: La Curée   La Curée EmptyDim 1 Mar - 20:59

La Curée
Émile Zola


La Curée Unname10

informations
DATE DE PARUTION : 1871
NOMBRE DE PAGES : 384
ÉDITION DE TON LIVRE : Feedbooks
QUATRIÈME DE COUVERTURE : La France de Napoléon III vue par Zola : « À cette heure, Paris offrait, pour un homme comme Aristide Saccard, le plus intéressant des spectacles. L'Empire venait d'être proclamé... Le silence s'était fait à la tribune et dans les journaux. La société, sauvée encore une fois, se félicitait, se reposait, faisait la grasse matinée, maintenant qu'un gouvernement fort la protégeait et lui ôtait jusqu'au souci de penser et de régler ses affaires. La grande préoccupation de la société était de savoir à quels amusements elle allait tuer le temps. Selon l'heureuse expression d'Eugène Rougon, Paris se mettait à table et rêvait gaudriole au dessert... L'Empire allait faire de Paris le mauvais lieu de l'Europe. »
Y A-T-IL UNE SUITE ? Deuxième roman des Rougon-Macquart, il y en a 18 après lui, mais chaque livre peut se lire de manière indépendante.


La Curée 810
© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : On découvre ce que devient Aristide Rougon (maintenant appelé Saccard) à Paris, et nous suivons également les frasques de sa deuxième femme, Renée, ainsi que son fils, Maxime.
LE LIVRE EN UN MOT : Culotté
UNE CITATION : « Il était au courant de toutes les escroqueries classiques : il savait comment on revend pour un million ce qui a coûté cinq cent mille francs ; comment on paie le droit de crocheter les caisses de l’État, qui sourit et ferme les yeux ; comment, en faisant passer un boulevard sur le ventre d’un vieux quartier, on jongle, aux applaudissements de toutes les dupes, avec les maisons à six étages. »
UNE NOTE SUR 10 : 9/10
TON AVIS : Définition de "curée" dans le Larousse :
Citation :
Ensemble de certaines parties du cerf, du chevreuil ou du sanglier, et même du lièvre, qu'on donne aux chiens.
Littéraire. Ruée avide pour s'emparer des biens, des places, des honneurs laissés vacants.
Voilà exactement ce à quoi l'on assiste dans ce livre.
Aristide Rougon quitte la campagne de Plassans avec sa femme Angèle pour faire fortune à Paris. Là-bas, il décide de changer de nom et de s'appeler Saccard. "Un nom à aller au bagne ou à gagner des millions" selon son frère Eugène, et il n'aura pas tort. Aristide devient riche, mais à quel prix ! Si son gagne-pain se fait dans la spéculation immobilière, il n'hésite pas à user de moyens douteux pour amasser encore plus de richesses.
On voit assez peu Eugène dans ce livre (après tout, il est consacré à Aristide), mais il fait des apparitions nous indiquant qu'il n'est pas le dernier à magouiller. D'ailleurs, le premier poste qu'obtient Aristide est grâce à l'intervention de son frère.
En revanche, Mme Sidonie, sœur des deux frères, passe et repasse à de nombreuses reprises, souvent pour faire avancer l'intrigue, ou du moins pour la rendre encore plus horrible. On peut noter par exemple le moment où elle propose déjà à Aristide comment arranger son prochain mariage alors qu'Angèle n'a pas encore eu le temps d'expirer son dernier souffle. Car oui, Aristide n'est pas le seul protagoniste de ce roman, La Curée s'attarde aussi sur les aventures de sa seconde femme, Renée.
Renée est une jeune femme bien trop jeune pour Aristide, mais argent oblige, l'homme fait là une belle affaire tandis que la jeune femme voit sa réputation sauvée. Toutefois, Aristide n'est pas vraiment satisfait. Il faut dire que sa nouvelle femme est assise sur une potentielle fortune immobilière, alors tous les moyens seront bons pour l'escroquer et lui faire croire que c'est nécessaire pour supporter le train de vie luxueux auquel Renée s'est habituée.
On le sent déjà très bien : Aristide est ce chien prêt à dévorer ce qu'on lui présente, et Renée, goûtant elle aussi aux plaisirs, finit par devenir petit à petit un morceau de choix elle-même.
Cependant, tout cela n'est qu'une partie de ce que nous offre le roman. L'excès appelle l'excès, et celui dans lequel Renée se plonge en plus de dépenses outrancières, c'est bien sûr le sexe. Les amants s'enchaînent sans la contenter, jusqu'à ce qu'une passion interdite naisse. Liée d'amitié avec son beau-fils Maxime, né du premier mariage d'Aristide, ce sentiment fait finalement place à un autre.

Il est terrible de voir les événements s'enchaîner avec une fatalité, comme s'il était impossible qu'il en advienne autrement. Zola a d'ailleurs le don d'user de descriptions qui amplifient les émotions ou les travers des personnages. On peut noter l'opulence des banquets où les invités se goinfrent et s'arrachent les morceaux de viande, ou encore la serre aux plantes luxuriantes qui dégage une chaleur humide au moment où Renée se rend compte du désir qui la possède.
Mais le pire est bien sûr de voir que ce roman a presque 150 ans et pourtant certaines mentalités n'ont pas changé. Lire des phrases comme : « Quant à la dépense, déclara gravement le député Haffner, qui n’ouvrait la bouche que dans les grandes occasions, nos enfants la payeront, et rien ne sera plus juste. » ou bien « Maintenant, ils parlaient des ouvriers, en reprenant leur marche prudente au milieu des flaques. Il n’y en avait pas beaucoup de bons. C’étaient tous des fainéants, des mange-tout, et entêtés avec cela, ne rêvant que la ruine des patrons. » font rire incroyablement jaune.

Je pense que ce n'est pas pour rien qu'Aristide Saccard a un autre roman dédié qui s'appelle L'Argent, car c'est l'argent qui gagne et la fin de La Curée le montre bien : peu importe le reste tant qu'on peut se baigner dans une piscine d'argent. Le fric, mes bons amis ! Et surtout, bien écraser ceux qui n'en ont pas ! Toujours voler plus ! Manger, se gaver, dévorer, et ne rien laisser !

Bref, avec La Fortune des Rougon, on avait un tome d'introduction à cette famille, avec La Curée, on suit l'ascension de l'un de ses rejetons. C'est dans ce tome qu'on se rend compte à quel point l'arbre est pourri et que chaque fruit qui y est attaché sera pétri de vice lui aussi, que chaque nouvelle greffe sera contaminée.

À QUI LE CONSEILLES-TU ? Comme pour le tome précédent : aux amateurs de classiques, aux personnes qui n'ont pas peur d'être dégoûtées du genre humain.




_________________________________________________

La Curée 210


Dernière édition par L'erreur sociale le Ven 17 Avr - 23:29, édité 3 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
Epo9


Epo9


Genre : F
Messages : 900
Age : 24
Emploi/loisirs : en vie


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

La Curée _
MessageSujet: Re: La Curée   La Curée EmptyLun 2 Mar - 13:11

Aaah mais du coup celui-ci a l'air d'avoir des liens assez forts avec le premier (j'ai parcouru très vite fait ton résumé, je veux garder de la surprise).

Je vais me l'acheter. Ton influence sur moi est terrible.


Dernière édition par Goblinlaya le Mer 4 Mar - 9:47, édité 1 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
http://athenenoctua9.tumblr.com/
Ceres


Ceres


Genre : ♀ | Elle
Messages : 1585
Age : 30
Emploi/loisirs : Prêcher la bonne parole (c'est-à-dire harceler les gens au sujet de mes œuvres favorites)


Vos papiers SVP
Crédits: Gokupo 101
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

La Curée _
MessageSujet: Re: La Curée   La Curée EmptyLun 2 Mar - 16:05

En fait, si on n'a pas lu le premier livre, il y a les infos nécessaires pour comprendre d'où vient Aristide. Mais si on l'a lu, alors le lien se fait plus fort car on comprend bien d'où vient cette volonté d'Aristide de se faire un max de blé. C'est limite une obsession, il ne veut plus se retrouver dans le camp de ceux qui échouent.
Ça permet aussi d'avoir une meilleure vision de la situation d'Eugène, car même si on ne le voit pas tant que ça dans les deux tomes, on ressent encore plus l'influence qu'il peut avoir : il donne les conseils, il est le tremplin.

À part ça, j'avais fait la blague sur Discord, mais ce serait dommage de vous priver de cette chanson incroyable, alors je vous présente (à nouveau ou pas) l'hymne d'Aristide qui résume sa pensée à merveille :


_________________________________________________

La Curée 210


Dernière édition par Goblinlaya le Mer 4 Mar - 9:51, édité 1 fois (Raison : CPG)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La Curée _
MessageSujet: Re: La Curée   La Curée Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La Curée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Romans classiques-