Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -23%
Console PC Engine CoreGrafx mini
Voir le deal
84.41 €

Partagez | 
 

 La Pérégrination vers l'Ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ceres


Ceres


Genre : ♀ | Elle
Messages : 1625
Age : 31
Emploi/loisirs : Prêcher la bonne parole (c'est-à-dire harceler les gens au sujet de mes œuvres favorites)


Vos papiers SVP
Crédits: Raph (Rapho Draws)
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

La Pérégrination vers l'Ouest _
MessageSujet: La Pérégrination vers l'Ouest   La Pérégrination vers l'Ouest EmptyVen 23 Oct - 19:45

La Pérégrination vers l'Ouest
Wu Cheng'en


La Pérégrination vers l'Ouest 61txbo10

informations
TITRE D'ORIGINE : 西遊記 (Xī Yóu Jì)
DATE DE PARUTION : Environ 1592.
NOMBRE DE PAGES : 2528.
ÉDITION DE TON LIVRE : University of Chicago Press.
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Le Xiyou ji est probablement le roman le plus extravagant qui ait jamais été écrit.
Son thème est celui d'un moine qui, au VIIe siècle, parti pour l'Inde (vers le paradis de l'Ouest) chercher les livres qui lui permettraient de retrouver les soutras véritables du Bouddha. Il fit une relation de ce voyage. Les conteurs s'emparèrent du schéma narratif. Le récit – historique et géographique – d'un moine servit de prétexte à l'imaginaire des raconteurs qui ameutèrent et rameutèrent toutes les figures de l'imaginaire de l'âme chinoise, la taoïste et la bouddhiste. Cette structure-cadre permit d'englober fantômes, revenants et monstres, l'intrigue autorisant de rattacher chacun des contes l'un à l'autre.
Au XVIe siècle, le très probable compilateur - Wu Cheng'en - rassembla cette masse de récits pour en faire une seule œuvre. S'il a bien repris la trame romanesque traditionnelle, il l'ourdit sans cesse en la déraisonnant, par nécessité ou par jeu, pour créer une fantasmagorie…
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.


La Pérégrination vers l'Ouest 810
© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : Le plus grand récit de demoiselle en détresse jamais écrit ! Il devrait être renommé « Heureusement que Sun Wukong était là quand même ».
LE LIVRE EN UN MOT : Drôle.
UNE CITATION : “You must now take him back, for the demonic barriers on your journey are by no means entirely overcome, and only with his protection can you reach the Spirit Mountain and see the Buddha for scriptures.”
UNE NOTE SUR 10 : 8/10.
TON AVIS : Rohlala, par où commencer ? Ce livre est un monument à lui tout seul ! Il s'agit d'un des quatre livres piliers de la littérature chinoise, et je pense que ce n'est pas pour rien qu'il s'agit du plus connu et le plus adapté.
Tout le monde a entendu parler de ce livre, où du moins d'un de ses personnages : Sun Wukong. Non ? Et si je vous dis Son Goku ? Eh oui ! Ça vient de là !

Le livre commence d'ailleurs par nous conter les origines de ce personnage, et honnêtement, c'est un bon plan. Quoi de mieux que ce cher roi-singe pour nous donner envie de lire la suite ? Sun Wukong se désigne par un mot : impulsif. Son deuxième prénom c'est « Ultra-pété ». Car oui, Sun Wukong est puissant. TRÈS puissant. Les premiers chapitres du livre sont là pour nous dire à quel point ce singe est un boss final à lui tout seul, à quel point il a mis le bazar au Ciel et dans le Royaume des morts, à quel point toutes les divinités en ont marre de lui, et qu'il a fallu appeler LE Bouddha pour mettre un terme à ses agissements. Rien que ça, ça vous pose le bonhomme singe.
Mais Sun Wukong n'est pas le personnage principal de ce livre, eh non ! (Selon moi, il l'est un peu quand même, hein, mais bon.) Ce rôle revient à  Xuán Zàng, un moine bouddhiste chargé de se rendre en Inde pour récupérer les écrits sacrés de Bouddha. D'où ce fameux titre ! Ce moine sera surnommé Tripitaka durant tout le récit (à noter que c'est un mot pour désigner les sutras, donc en gros, c'est comme si un prêtre catholique se faisait surnommer Bible).
Sauf que voilà, la route est longue, difficile, et remplie de monstres prêts à dévorer Tripitaka ! Ne vous inquiétez pas, la Bodhisattva Guanyin a tout prévu : sur son chemin, le moine trouvera trois disciples récemment convertis à la religion pour l'aider. Ainsi, Sun Wukong sera le premier à le rejoindre, suivi de Zhu Wuneng (un cochon prompt à la gourmandise et la luxure), et de Sha Wujing (un démon de sable qui n'a franchement rien de particulier en fait). Ah oui, et il y a aussi un dragon transformé en cheval qui sert de monture à Tripitaka, mais vu son utilité, autant ne pas en parler.

Ce livre est drôle. Très drôle ! Honnêtement, c'est le genre de livre où on finit par rire à haute voix tant ce qu'il se passe tient du n'importe quoi ! Le groupe, disons le franchement, est une équipe de bras cassés. En fait, le compétent du groupe, c'est Sun Wukong, mais pour une raison qui m'échappe, PERSONNE ne l'écoute quand il donne un conseil. Résultat, c'est la pagaille. Mais il n'y a pas que ça : ce livre a beau dater du XVIe siècle, il y a clairement des passages dignes des Looney Tunes. Il y a du burlesque, de l'absurde, bref : on rigole bien !
Cela n'empêche pas d'avoir des moments épiques et dramatiques, mais je pense qu'il y a clairement plus d'humour que de tension dans ce récit. De toute façon, Sun Wukong est toujours là pour sauver la situation, et s'il n'y arrive pas, c'est le seul qui est capable d'aller voir une divinité pour lui demander de l'aide.

C'est pour cela que je dis que sans ce personnage, le voyage serait voué à l'échec. Même les divinités l'ont compris. Ce n'est pas pour rien, qu'il y a cette scène hilarante dans l'adaptation très libre de Stephen Chow :
Un merveilleux moment musical:
 
Alors par contre, hormis quelques références bien placées, ce film part tellement en live et ne respecte tellement pas le caractère des personnages, que si vous cherchez une version courte de l'histoire, ce n'est pas là que vous trouverez votre bonheur.
En revanche, je ne peux que vous recommander l'excellente série de vidéos de la chaîne Overly Sarcastic Productions, qui résume une partie du livre (c'est sous-titré en français) :
Ce n'est pas du tout exagéré pour Internet, le livre est vraiment comme ça:
 

Mais bon, cette œuvre possède tout de même un défaut majeur : elle est répétitive. La majorité des aventures peuvent se résumer en : Tripitaka se fait enlever (bonus s'il n'a pas écouté Sun Wukong qui l'a spécialement mis en garde) → Les disciples le libèrent OU si c'est trop difficile, Sun Wukong va cherche de l'aide → Le moine est sauvé, le monstre dompté ou tué, tout le monde est content → Retour sur le chemin jusqu'à la prochaine embuscade. Bref, il faut aimer les récits de demoiselle en détresse, car Tripitaka est le parangon de ce type !
Je le signale, car cette redondance pourra en freiner plus d'un, mais en toute honnêteté, cela ne m'a pas gênée. Il faut dire qu'il y a tellement de situations improbables et de résolutions tout aussi improbables, que malgré une recette similaire, le livre parvient à rester captivant. À voir donc, si c'est votre tasse de thé.

Un dernier détail ! Il y a beaucoup, mais genre BEAUCOUP de poèmes dans ce livre. C'est bien simple, dès qu'un endroit paradisiaque est décrit, dès que quelqu'un veut raconter ses origines, dès que quelqu'un veut encenser son arme, etc., on a un poème sur le sujet. Là encore, c'est quelque chose qui peut plaire ou non.

Enfin, concernant la traduction : j'ai personnellement lu la version anglaise et annotée d'Anthony C. Yu qui est très réputée, mais si vous cherchez une traduction française, je vous conseille celle d'André Lévy. C'est La Pléiade, donc ça coûte cher, mais je crois que c'est la seule qui contient le texte intégral et qui est fidèle au texte d'origine.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? À toute personne ayant envie de découvrir ce pilier de la littérature chinoise. À noter qu'il y a quand même du sang et des entrailles (donc si ça vous pose vraiment problème, passez votre chemin).




_________________________________________________

La Pérégrination vers l'Ouest 210


Dernière édition par L'erreur sociale le Jeu 12 Nov - 18:07, édité 1 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
 

La Pérégrination vers l'Ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature générale :: Romans classiques-