Forum de discussion littéraire pour tous les passionnés de lecture !
 
AccueilAccueil  Blogs des A&M  Boutique  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il reste la poussière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jacana


avatar


Messages : 4128
Age : 26
Localisation : Genève
Emploi/loisirs : étudiante// escrime, théâtre


Vos papiers SVP
Crédits: créateur de l'avatar
Coups de Coeur:
Lecture du moment:

MessageSujet: Il reste la poussière   Sam 6 Aoû - 19:55

Il reste la poussière
Sandrine Collette



informations
TITRE D'ORIGINE : /
DATE DE PARUTION : Janvier 2016.
NOMBRE DE PAGES : 302.
ÉDITION DE TON LIVRE : Denoël (Sueurs froides).
QUATRIÈME DE COUVERTURE : Patagonie. Dans la steppe balayée de vents glacés, un tout petit garçon est poursuivi par trois cavaliers. Rattrapé, lancé de l’un à l’autre dans une course folle, il est jeté dans un buisson d’épineux.
Cet enfant, c’est Rafael, et les bourreaux sont ses frères aînés. Leur mère ne dit rien, murée dans un silence hostile depuis cette terrible nuit où leur ivrogne de père l'a frappée une fois de trop. Elle mène ses fils et son élevage d’une main inflexible, écrasant ses garçons de son indifférence. Alors, incroyablement seul, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien.
Dans ce monde qui meurt, où les petits élevages sont remplacés par d’immenses domaines, l’espoir semble hors de portée. Et pourtant, un jour, quelque chose va changer. Rafael parviendra-t-il à desserrer l’étau de terreur et de violence qui l’enchaîne à cette famille ?
Y A-T-IL UNE SUITE ? Non.



© aurélie

Ton avis
RÉSUMÉ PERSONNEL : /
LE LIVRE EN UN MOT : Agrammatical (un Bescherelle parfois c’est bien...).
UNE CITATION : /
UNE NOTE SUR 10 : 4.
TON AVIS : Bon, commençons par le commencement, ce livre est présenté comme un thriller (catégorie Sueurs froides), il n’en est rien : il s’agit plus d’un drame familial qu’autre chose et le suspense est vraiment très léger voire inexistant. Déjà, première déception.

Deuxième grosse déception : j’ai été très souvent arrêtée dans ma lecture à cause de phrases que je suppute avoir été écrites avec les pieds. Je ne parle pas de fautes d’orthographe, mais de fautes de syntaxe et de grammaire incroyablement irritantes, parce qu’elles reviennent systématiquement. Les doublets de sujets m’ont particulièrement agacée, du genre « […] s’il voulait se cacher de lui Mauro il ne ferait pas autrement […] » (p. 200). J’ai également trouvé des phrases sans verbe, des relatives sans que, des phrases où les segments en incise semblent avoir été choisi à pile ou face (je n’ai plus d’exemple en tête, mais comme si je disais : je mange un gâteau à la cuisine, à la vanille). Autant dire que pour ce qui est de la plume et du style, c’est gênant et frustrant, en bref : zéro.

En ce qui concerne l’histoire, il s’agit d’une mère et de ses quatre enfants qui vivent tant bien que mal grâce aux maigres revenus tirés de la ferme familiale. L’effort est considérable, car l’argent pour engager des saisonniers manque depuis la mort du père et le bétail est nombreux. Les personnages sont décrits assez longuement et on arrive bien à se les figurer. Il en va de même pour le paysage, et je dois avouer que j’ai apprécié galoper dans la steppe argentine au milieu des araucarias sur une terre aride et rocheuse dans un nuage de poussière. Mais des personnages et un décor bien planté ne suffisent pas pour faire un bon livre...

J’ai attendu désespérément l’élément perturbateur qui allait rendre les choses palpitantes, quoique je suppose qu’il s’agisse de la rencontre avec le vieux. Le rythme n’a pas changé, le fond de l’histoire non plus ; un vrai pétard mouillé... En fait, il ne se passe vraiment pas grand-chose, on entre dans le quotidien de la famille, mais en dehors de ses membres pour lesquels on se prend d’affection ou au contraire pas du tout selon les cas, il n’y a rien, le vide poussiéreux des steppes andines.

Une déception autant bien pour l’histoire que pour la plume (pourtant, j’avais apprécié Six Fourmis blanches, je ne sais donc pas ce qui est arrivé à Sandrine Collette pour que son style en pâtisse autant). C’est bien dommage, mais j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps avec cette lecture.
À QUI LE CONSEILLES-TU ? Je ne recommande pas ce livre. Pas palpitant pour deux ronds et à la grammaire douteuse, vous pouvez passer à côté sans problème, une perte de temps à mon avis.




_________________________________________________

Profil Livraddict | Mon Blog !


Dernière édition par Jacana le Lun 8 Aoû - 17:56, édité 2 fois (Raison : Corrigé par L'erreur sociale)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il reste la poussière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Accros et Mordus de Lecture :: LA BIBLIOTHEQUE :: Littérature noire / à suspense :: Romans policiers/thrillers/horreur-